Je suis allé pour la première fois dans un club libertin

Ma première soirée dans un club libertin

Le 12 avril 2016,

Salut les gars,

Voilà un bon moment que je n’ai pas publié mais vous allez comprendre POURQUOI en trois temps. Aujourd’hui, je vais vous raconter :
1) que j’ai logé un pote et sa copine chez moi;
2) pourquoi je ne veux plus revoir la fille du SPU ;
3) que je suis allé pour la première fois dans un club libertin.

Partie 1 : le pote qui a tourné une sextape chez moi avec ma webcam et mes sextoys

Un pote du LAIR de Lyon s’est fait mettre à la porte de sa coloc (qu’il payait au black) lorsqu’il a invité sa copine à le rejoindre pour le week-end de Pâques. Ce pote est assez torturé puisqu’il hésite à aller vivre à Bruxelles avec cette polonaise… mais, d’un autre côté, il l’a rencontrée après seulement un mois de game et il sait qu’il pourrait avoir beaucoup mieux s’il se bougeait le cul. Le pire c’est que lui-même dit qu’elle est physiquement « moyenne » autant de visage que de corps !

Du coup, ils étaient deux à la rue. Je lui ai donc proposé de les loger puisque je partais le vendredi soir à Aix chez mes parents pour le week-end de Pâques. Nous avons par la force des choses passé une journée ensemble (du jeudi au vendredi soir) et puis je leur ai laissé mon appart quelques jours. Durant notre colocation, je l’ai trouvée chiante et impolie. Par exemple, quand on mangeait ensemble : elle sortait de table et se mettait sur le lit avec son portable. Quand on parlait, elle avait des idées vraiment arrêtées : par exemple elle nous a raconté que son ex (homme) suçait la bite de son coloc de temps en temps. Alors je lui ai dit qu’il était un peu homosexuel sur les bords mais elle me soutenait que « AH NON PAS DU TOUT ILS ETAIENT JUSTE POTES !
– Ok ! »

Et puis, ils n’ont pas grand-chose à se dire tous les deux : elle fait la chieuse la moitié du temps, ne supporte aucune taquinerie, etc. Elle fume alors qu’il déteste ça, elle boit beaucoup d’alcool et ne fait pas de sport alors qu’il est sportif… Elle exige de lui qu’il prenne des médicaments car elle trouve qu’il ronfle et elle le fait chier pour plein d’autres trucs de merde. De son côté, il n’est pas tout blanc : lui aussi est maniaque et a peu de tact… Par exemple, il adore répéter devant les gens, ce qu’on lui a dit en privé. Par exemple, devant elle « Toi, Fabrice, tu m’as dit l’autre jour qu’elle et moi ça durerait pas à Bruxelles et qu’elle me ferait chier !
– heuuuuuuuuuuuuu… ouais… enfin ça me semble mal parti, quoi ! »

En fait, tout le monde leur dit de ne pas faire cette connerie mais ce n’est pas grave. Une partie du problème c’est que mon pote n’a plus de vrais résultats depuis qu’il « est » avec elle. Et l’autre partie du problème c’est qu’elle est avec lui parce qu’elle voulait un couple et cherchait quelqu’un plutôt que parce qu’ils sont vraiment faits pour être ensemble. En gros, elle a déclaré « je veux être un couple »… et comme elle l’a rencontré à ce moment-là, lui a imposé cette frame. Lui, avait envie de cul donc il a accepté. Et maintenant, je ne sais pas si c’est par culpabilisation ou auto-sabotage mais depuis ce jour-là, il ne fait plus rien sur le field. Pourtant, il est motivé à sortir… mais le hic c’est qu’une fois sur le terrain, il ne se rigidifie (si on le pousse au cul, il dit que c’est parce qu’on le stresse qu’il est pétrifié mais si on ne le pousse pas, il ne fait pas mieux). Et le pire c’est qu’à la fin de la soirée, il s’énerve car s’en veut de n’avoir rien tenté.

Pour moi, il sera bloqué tant qu’il sera avec elle ! Mais bon, pour rompre et imposer ce que l’on veut (faire des choix par opposition à se laisser porter et espérer que ça se fasse tout seul), il faut apprendre à assumer ses couilles !!!

Autre anecdote : il a eu une proposition de travail à 40k€ à Lyon qui lui aurait permis de rester (sachant qu’il a moins de diplôme et d’expérience que moi qui gagne seulement 20k€) mais il l’a refusée en disant au recruteur qu’il aurait « l’impression de se brader » à ce prix-là. Sachant qu’il était pris et tout, et qu’en ce moment il ne touche pas tout à fait 30k€, il n’a trouvé que ça à dire : pour moi c’est de l’inconscience. Si ça ce n’est pas de l’auto-sabotage pour aller en Belgique avec cette meuf… Et encore, s’il était vraiment sûr de son coup : mais il est vraiment mal, il hésite, etc. Quand on est vraiment amoureux, on le sait, je pense !

Enfin voilà, quand je suis rentré de mon week-end dans le sud, il m’a dit qu’ils avaient beaucoup baisé et qu’ils s’étaient beaucoup disputés aussi… Et qu’ils avaient utilisé mes sextoys et tourné une sextape avec ma webcam. Ça m’a vraiment énervé sur le coup : franchement tu dépannes quelqu’un et il fait n’importe quoi avec tes affaires comme ça… aucun savoir-vivre, c’est chaud ! Enfin bon ! Il avait quand même bien nettoyé mon studio et tout. Donc passons l’éponge !

Là, aux dernières nouvelles, il a finalement l’air décidé à aller en Belgique parce que sa meuf a déjà presque signé un bail (elle lui force encore un peu plus la main). En espérant que ça ne se passe pas trop mal pour lui… mais l’attitude de sa nana me rappelle vachement celle de Virginie, peu avant que ça parte en couilles entre nous.

Partie 2 : la fille de la rue commençait à trop s’attacher mais mon cœur était déjà pris

J’ai revu la bombe rencontrée en street pick-up fin mars. C’est vraiment dommage que je ne puisse pas mettre de photos de certaines de mes copines ici car ça vaudrait le coup (mais ça poserait un gros souci éthique) ! Pour que vous vous fassiez une idée, elle ressemble un peu à Marylou, celle à qui j’ai dédié mon Diary of a French PUA 1. D’ailleurs, pour l’anecdote, j’ai appris que Marylou est aujourd’hui mariée avec le type avec qui elle était déjà à l’époque où elle m’a sucé.

Donc, un vendredi soir, la fille du SPU m’a proposé de revenir me voir vers 22h. J’ai dit « non c’est trop tard » parce que je me remettais à peine d’une espèce de grippe. Elle a surenchérit « alors à 20h30, j’annule le repas avec mes copines pour toi » ! J’ai trouvé ça ouf ! Quand elle est arrivée, elle avait apporté un cadeau pour moi et tout. La meuf était passée un peu en mode needy juste parce que je l’ai bien baisée une fois. Elle a même dit préférer le sexe avec moi que le chocolat de Pâques ! C’est dire !!

On a passé une bonne soirée : je l’ai refaite jouir trois ou quatre fois. Elle s’est décidée à me sucer mais je ne sentais rien, c’était pas top, dommage ! Elle a aussi tâté le terrain pour que je la prenne sans capote mais j’ai résisté à la tentation. Par contre, elle fume toujours autant entre les orgasmes… En fait, elle m’excite car elle est très belle mais c’est tout : elle ne me correspond pas plus que ça ! Cela dit, je suis quand même flatté et surpris qu’une nana canon, belle et riche (elle vient du quartier chic de Lyon, sort dans les boîtes chères et tout) devienne folle d’un mec qui l’a draguée dans la rue et puisse envisager que ça devienne sérieux avec…

Je l’ai raccompagnée au dernier métro et elle m’a dit « j’espère qu’on se revoit bientôt » : je n’ai pas assumé de dire non. Je n’ai juste pas répondu. Depuis, j’ignore ses SMS. C’est petit, je sais, mais bon… je ne veux pas qu’elle s’attache et qu’elle soit déçue. Je préfère faire le connard afin qu’elle n’ait pas de regrets ! Car, en ce qui me concerne, mon cœur est déjà pris. Fabrice a trouvé sa Fabricette, Cochon (je suis un cochon dingue) a trouvé sa Cochonnette : La Prof !

Si je n’ai pas publié depuis un moment c’est essentiellement parce que je passe mes week-ends et la plupart des soirs de la semaine en autarcie avec ma chérie. Je ne sais pas trop ce qu’il m’arrive. Je pensais que j’aurais du mal à arrêter de FuckClose… mais ça va, en fait, je me désintoxique. Les rares soirs où on n’est pas ensemble, on s’appelle, je n’avais jamais fait ça avant. Je pense à elle souvent. Elle me fait rire, d’habitude y’avait que moi qui faisait rire les nanas mais elle est vraiment sympa et drôle.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà ressenti ça un jour pour une nana. Donc, ouais, ça correspond aux symptômes de l’amour comme on nous le décrit dans la littérature. Mais putain ! J’ai lutté de toutes mes forces, j’ai continué à baiser ailleurs et tout pendant plusieurs mois. Maintenant, je pense que je vais rendre les armes et profiter de cette chance. En fait, je voulais être sûr que c’était le big love, car je sais qu’on peut rapidement se monter la tête et être déçu. Ça me fait très peur et à elle aussi d’ailleurs !

Je ne suis pas sûr de mon coup à 100% : si ça se trouve on va se prendre la tête dans quelques temps et rompre. Mais, au moins, j’aurai vécu ça. Ca me fera une expérience de plus dans ma carrière. Même si c’est une expérience différente. Ceci dit, pour l’instant, je me projette avec La Prof jusqu’au point de parler d’avoir des enfants ensemble dans quelques années.

J’crois qu’avant elle, j’étais incapable de tomber amoureux. Je veux dire par là que je ressentais de l’affection pour des nanas mais que ça n’a jamais été comme ça ! Et surtout, jamais au point de songer à arrêter le field pour elles ! Par exemple, l’autre jour y’a une nana d’Adopte qui m’a relancé pour un rencard, et j’ai répondu « noooooooooooon » : je l’aurais niquée dans un autre espace-temps mais j’ai résisté.

Je me demande si ça tient à la fille en elle-même que j’ai craqué ? Il faut dire que c’est une bombe : 1m60, 45kg, 90D, on voit ses petits abdos sur son ventre et elle fait des squats. Intellectuellement, elle est super intéressante et ouverte d’esprit. Elle prend soin de moi (est-ce que cette attitude va durer ?) Par exemple, l’autre jour, je m’étais fait mal au dos : elle a pris rendez-vous avec l’ostéo pour moi et m’a fait un massage le soir et tout… Elle a un joli visage aussi, elle est bien typée italienne. Elle a beaucoup de qualités importantes à mes yeux : elle ne fume pas, ne se drogue pas, sa mère n’est pas devenue grosse, etc. Ou alors est-ce que ça tient à moi ? Le fait que je vieillisse, que je vive seul à Lyon, que j’avance dans ma vie, etc. Bref, je ne voudrais pas trop l’idéaliser non plus : elle est assez anxieuse quand même par exemple !

Attention, y’a quand même des trucs qui font que je me questionne : l’autre jour on s’est pris la tête (c’est presque normal qu’une femme soit chiante de temps en temps, non ?) Jusqu’ici la relation était un ciel bleu sans nuage mais là ça a pété. Elle m’a fait la gueule pendant toute la nuit avant de finalement, le lendemain midi, vider son sac. Je n’aime pas trop les capricieuses comme ça… En fait, j’aurais fait une remarque maladroite lui laissant penser qu’elle n’était pas assez bien pour moi et elle a eu peur que je la quitte et tout (surinterprétation). Mis à part ça, globalement, on se tire mutuellement vers le haut pour l’instant. Alors, ai-je peur de la perdre moi aussi ? Oui. Surtout si elle commence à changer d’attitude maintenant qu’elle me considère davantage comme acquis.

Bon, si ça ne fonctionne pas, tant pis ! Au moins aurais-je vécu autre chose que le game pur sur le terrain avec des nouvelles chattes tout le temps. Et si ça fonctionne, eh ben tant mieux, car le but de ma démarche de développement personnel, au départ, était quand même de sortir avec une bonnasse intelligente. J’ai vécu maintes désillusions et trahisons en cours de route, mais bon… elle n’a pas à payer les erreurs des autres. Je veux bien lui faire confiance mais par contre, si elle me la fait à l’envers, après c’est fini !!! J’crois que je vivrais une vie simple de débauche à la Hank Moody et puis c’est tout…

Partie 3 : une baise devant des gens dans un club libertin et en live sur un site

Histoire de pimenter nos ébats et pour sortir de notre comfort zone, on a décidé de tester le club libertin le plus connu de Lyon, avec La Prof. En fait, qui dit club libertin, ne dit pas forcément « club échangiste ». Y’a plein d’autres types de libertinage !

Puisque c’est un fantasme qu’on a en commun, on avait décidé d’y aller juste pour reconnaître les lieux. Vendredi soir dernier, c’était 44€ pour un couple. On était tous les deux stressés sur le chemin, un peu comme pour notre première boîte !

Quand on est arrivés, un mec sympa nous a donné des serviettes et des capotes. Il a un peu testé notre connaissance du milieu, notre expérience et nos valeurs en nous questionnant l’air de rien. On a pris un escalier et on s’est retrouvés aux vestiaires. Là, on s’est déshabillés et on a rangé nos affaires dans un casier.

Puis, on a visité le club, sur trois étages. Au rez-de-chaussée, il y a le bar, un sauna, un hammam, une salle avec des chaises longues et un grand jacuzzi. Au premier étage, il y a des salles avec des grands matelas. On peut fermer ou non les portes. Il y a aussi des salles avec fenêtres afin que d’autres gens puissent nous regarder. Au sous-sol, il y a des salles avec des accessoires pour attacher ceux qui souhaitent l’être.

Déception ! C’était, il paraît, une soirée « sans » : il y avait peu de monde. Genre 4/5 meufs pour plusieurs dizaines de gars. Les autres femmes étaient plutôt vieilles et pas trop canons. D’ailleurs, on s’est rapidement retrouvés encerclés par une dizaine de gus.

Dans le jacuzzi, certains se branlaient en regardant La Prof. D’autres sont venus s’asseoir à côté de nous pour discuter, la bite à l’air. Ils lui ont caressé les seins un peu et essayaient de la toucher mais elle disait non. Alors, ils respectaient. Je ne disais rien pour ne pas gâcher son plaisir ni paraître needy mais ça ne doit pas être la même logique dans ce milieu. Il faudrait faire les choses quand ça plaît aux deux, pas si ça plaît à l’un et que l’autre peut supporter. Je maronnais un peu. Presque tous sont venus me parler pour me proposer un trio avec ma copine. Je n’ai pas compris s’ils étaient bi ou s’ils voulaient juste niquer ma femme et me demandaient l’autorisation comme si elle était une marchandise. Certains ont essayé de lui faire des propositions salaces quand j’avais le dos tourné mais elle a eu une attitude exemplaire.

Je ne leur en veux pas, en tant qu’hommes seuls, ils ont payé 72€ l’entrée donc je comprends qu’ils restent sur leur faim s’ils ne baisent pas. D’un autre côté, pour ce prix, ils auraient pu se prendre une bonne formation de séduction et aller en club libertin avec des filles…

Donc on était tous à poils dans l’eau chaude à parler puis on a décidé d’aller baiser tous les deux. On a dit aux mecs qu’on prendrait une salle avec fenêtre pour qu’ils puissent nous regarder. Dans la salle, on a commencé à s’embrasser et tout contre le mur mais y’avait des trous dans la paroi et certains faisaient dépasser leur queue. Alors, on est allés au fond de la pièce sur le grand matelas : je l’y ai doigtée (1 orgasme) puis léchée (2 orgasmes). Après, elle m’a sucé en position allongé. C’est là que trois gars ont réussi à pénétrer dans la pièce (j’avais apparemment mal fermé la porte). On leur a demandé de sortir et tout mais que nenni ! Et en plus, ils ont refermé la porte pour empêcher d’autres gens de rentrer !

Les autres râlaient dehors, ils voulaient venir aussi et tout. On aurait dit des morts de faim, c’était super oppressant. Y’avait également une femme dans le lot, une espèce de péruvienne, qui disait « je peux rentrer moi ? Je suis une fille ! » Mais bon, on n’a pas vu sa gueule ni rien donc on a dit non. Les trois mecs se sont allongés à côté de nous et nous regardaient en se branlant.

Certes, c’était plutôt respectueux comme milieu : ils nous appelaient par nos prénoms et tout. Personne ne juge rien niveau pratiques et délires, mais bon. Ils essayaient de toucher ma meuf, elle disait non, donc ils respectaient pendant 5 secondes mais ça ne les empêchait pas d’insister, de revenir à la charge… y’en a même un qui, à défaut de toucher, s’amusait à lui souffler sur le clito à 10cm de distance.

Au moment où elle s’est mise en position levrette, ils se sont tous les trois mis à genoux devant nous, la bite à la main, comme des soldats au garde-à-vous. Et ils se sont branlés, un a demandé « je peux jouir sur tes seins ?
– non »
. Alors, ils ont joui sur le matelas et on a marché dedans.

Finalement, c’était 3h du mat et un grand videur habillé est venu nous dire que le club fermait. On n’a pas vu le temps passer. Elle m’a sucé et j’ai fini rapidos dans sa bouche. On s’est rhabillés mais on n’a pas eu le temps de prendre de se laver (y’avait des douches un peu partout). Dommage car il faisait très chaud dans le club, on transpirait pas mal !

On est partis et j’étais un peu dans le mal, pour tout vous dire. De voir qu’elle était la princesse et tout comme ça. Ils la complimentaient tous et quand ils me parlaient c’était seulement pour me complimenter sur les seins, la beauté ou le cul de ma meuf. Elle m’a dit que c’est exactement ce qu’elle avait ressenti lors de nos plans à trois avec des filles qui n’étaient pas vraiment bisexuelles. Donc, selon elle, ce n’était que le retour du bâton… < 3 (l’amour est inférieur à trois).

Si j’ai bien compris, il faut y aller pour les soirées « couple », « mousse » ou « jeune ». Là, c’était une soirée vide, à cause des vacances scolaires en plus. C’était plein de morts de faim qui ont profité du fait que ce soit notre première fois pour abuser un peu… Mais on y retournera dans de meilleures conditions pour se faire une vraie opinion. J’espère voir des nanas un peu sexy baiser aussi (histoire de me rincer l’œil).

Actuellement, le plan c’est de trouver une vraie nana bisexuelle pour que l’on s’amuse tous autant. Cette idée me redonne le moral car cette aventure m’a certes fait prendre conscience de ma chance de l’avoir mais m’a aussi donné envie d’en niquer d’autres pour me re-prouver des choses, pour me rassurer.

On s’est donc inscrits sur un site libertin. Dessus, beaucoup d’hommes morts de faim et de couples nous ont contactés, mais les nanas seules sont impolies et ne répondent pas en général. Dommage ! Alors, on a testé la fonction « live ». En fait, le concept c’est qu’on peut baiser devant notre webcam et que des gens en ligne nous matent et commentent.

En rentrant du club, elle était en folie, la petite. La bonne nouvelle c’est qu’on n’a pas arrêté de baiser du week-end ! Et une fois, on l’a donc fait devant la caméra. On a eu plus de 500 personnes qui nous regardaient et nous encourageaient.

Par contre, comme au club : ils étaient presque tous à fond sur elle, à part quelques gays et deux-trois meufs. Ils disaient qu’elle est superbe et tout mais pour moi, rien du tout !!! Vraiment, j’ai l’impression de n’avoir aucune valeur dans ces conditions. Enfin, j’exagère, certains ont quand même salué ma performance… Mais bon, le truc c’est, qu’avant, c’était elle qui se battait pour m’avoir et là je vis ces expériences de libertinage comme si elle était le prix dans la relation et moi le chanceux de l’avoir…

Enfin voilà, on a baisé pendant plus d’une heure comme ça, c’était hyper excitant, j’ai eu un orgasme de ouf et elle en a eu 3 ou 4 extraordinaires aussi. On doit être un peu exhibitionnistes, en fait !

Au club libertin, y’avait quand même une sensation très agréable de non-jugement, tout cela avait l’air très naturel pour tout le monde. Après, quand on en est ressortis et qu’on s’est retrouvés place des terreaux devant les bars normaux, ça nous a fait tout drôle. Comme si on était sortis d’une petite bulle… On parlait avec un libertin du club sur le chemin du retour, il nous expliquait avoir commencé avec sa petite amie de l’époque mais que, depuis, il a du mal à retrouver une copine car il fait peur aux gens en général dès qu’il parle du monde libertin.

Pour l’anecdote : le samedi soir suivant, on est allés draguer dans un bar normal. On a trouvé ça beaucoup moins sain. On a trouvé des nanas réceptives à l’idée d’un plan à trois mais elles étaient très fortes pour se culpabiliser ou pour avoir peur du jugement des autres donc aucune n’est allée au bout de la démarche. Elles disparaissaient dans le bar après avoir dit que ça les intéressait… Sortie de nulle part, y’en a même une qui a dit qu’elle me trouvait « pas mon genre mais ça va » : j’ai trouvé ça irrespectueux, putain ! D’où elles se permettent de nous juger comme ça, les nanas ? Moi, quand une moche me parle, je fais en sorte de ne pas la blesser si je ne suis pas intéressé… mais les nanas lambda sont apparemment beaucoup plus cruelles que les mecs lambda.

Sinon, lundi prochain je commence mon nouveau boulot. Et je tiens sans Zoloft. Donc, ma vie s’améliore, je pense… J’ai aussi perdu un peu de poids, je vais continuer comme ça ! Et enfin, j’ai fait un test de MST et je n’ai rien ! Cool !!!

Que le Dieu du Game soit avec vous !

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

One thought to “Je suis allé pour la première fois dans un club libertin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*