Skip to main content

Mon premier streetfucking

My first streetfucking

Le 13 septembre 2012,

Cette journée avait vraiment mal commencé. Une fille avec qui j’avais négocié des rapports bilatéralement consentis devait venir chez moi l’après-midi. A l’heure dite : pas de nouvelle. Pour la punir, je ne l’ai pas appelée, je suis pas un petit caniche en manque. Dommage pour elle, je hais les malpolies qui se croient tout permis parce qu’elles sont mignonnes et qui font des faux-plans. Si elle me fait une contreproposition DE SON PROPRE chef, elle aura UNE seconde chance. En attendant… heureusement qu’Arnaud m’a proposé de sortir sinon j’aurais traîné dans ce froid polaire seul et dépité comme un cow-boy qui aurait perdu ses vaches.

23h

Sur la piste, j’ai dit assez fort, un peu par provocation « Il n’y a plus beaucoup de filles que j’ai pas embrassées dans cette ville… » Une nana s’est retournée « Tu veux m’embrasser?
– Ça te ferait plaisir que je t’embrasse?
– Tu veux m’embrasser? » Je me suis attelé à la tâche. Elle me proposa de la revoir le lendemain, en club. Elle prit mon numéro. Arnaud m’a soutenu que ça ne valait rien mais le lendemain, elle m’envoya un SMS pour me voir. Affaire à suivre. Je suis ensuite passé devant un groupe de nanas en faisant mine de me plaindre « j’en ai marre, elles veulent toutes m’embrasser » et là elles rigolèrent en me traitant de « prétentieux ». On dira ce qu’on veut mais les filles kiffent l’arrogance! Enfin, à tout le moins celles qui ont un minimum confiance en elles! De son côté, Nono a pris un numéro à 11 chiffres (en France, les numéros ont 10 chiffres) et a payé sa bière avec un chèque.

00h

Je suis allé poser ma veste au vestiaire puis ai négocié le FB de la jolie polonaise qui y travaillait. Ouverture : « Ah ben ça change toutes les semaines ici » puis comme j’avais déjà dragué celle d’avant, on a parlé d’elle. J’ai remarqué qu’elle lisait un bouquin, donc blague contextuelle : « il meurt à la fin », elle a rigolé et tout. Au début, elle ne voulait pas me donner son FB genre en Pologne, ils attendent de mieux se connaître. N’importe quoi, en Pologne ils s’enquillent à la vodka et baisent comme des bourrins. Après une petite discussion, elle a cédé ! Elle s’appelle Paulina (je crois) et a 25 ans, aime le sexe mais est timide : elle attend son prince qui arrivera sur son cheval blanc mais est prête à céder à tout inconnu alpha qui saurait actionner les bons leviers (supposition la dernière partie).

00h30

J’ai abordé deux filles qui se dandinaient « ce serait pas mieux de danser avec un mec ? ». Après, j’ai parlé avec leurs potes et tout. Sympas. En sortant prendre l’air, une fille m’a fixé, je l’ai fixée, je lui ai demandé si on se connaissait et si on s’était déjà embrassés et tout. Elle m’a dit que non. J’ai cru la reconnaître alors je lui ai demandé si elle s’appelait Lucie ? Elle m’a dit non mais que ça finit effectivement par « i ».
– « Je suis censé deviner ? » Donc là, joueur, j’ai fini par trouver (c’était Emilie), j’ai parlé avec ses potes, d’ailleurs, une brune m’a reconnu : j’étais sorti avec une de ses copines l’hiver dernier. Bref. Ensuite, elles sont parties et je n’ai rien fait de plus qu’un Mexicain à l’heure de la sieste (ni kiss ni FB). Heureusement, plus tard, Emilie est repassée devant moi alors je l’ai appelée d’un signe de la main, et elle est venue. On a commencé à se rapprocher quand soudain une de ses copines sortie de nulle part (elle devait fumer dehors) a fondu sur elle comme Chabal plaquant un rugbyman Australien « non mais laisse tomber il est moche ». Je la soupçonne d’être un peu frustrée et jalouse de sa copine, ou alors elle me trouvait vraiment dégueu alors que sa pote me trouvait mignon (les aléas du Game)! J’aurais dû lui mettre une biffle pour l’édenter ! Dans tous les cas, ce n’étaient pas ses oignons et ça révèle un certain mal-être de traiter les mecs ainsi.

Une nana qui regardait la scène parce qu’elle n’avait rien de mieux à foutre s’est mise à rire de mon malheur. Alors, je suis allé me présenter « salut je suis étudiant/écrivain/j’embrasse bien (à prononcer slash) ». Un peu plus tard dans la soirée, elle est revenue vers moi « alors, il paraît que tu embrasses bien ? » Je le lui ai prouvé. Ensuite, je lui ai demandé de me montrer ses seins, elle m’a répondu « pas ici, y a trop de monde ». Elle a promis de me les montrer plus tard, en boîte.

2h

On a débarqué en boîte avec Arnaud. J’ai revu la petite du bar que je m’amusais à appeler Eugénie au lieu d’Emilie. Je l’ai priée de venir, d’un signe de la main, elle a immédiatement rappliqué (compliance test) : sacré indicateur d’intérêt ainsi que d’ébriété. Sa copine motherfucka revint me l’enlever : je suis resté con. Ca fait deux fois : je crois qu’on va avoir un problème, elle et moi. En plus, vingt minutes après, je l’ai vue casser le coup à son autre copine, la brune qui dansait pourtant avec un mec 10 fois plus beau que moi… J’ai essayé de lui parler pour lui dire de s’occuper de SA vie et tout… mais elle ne m’a pas laissé en placer une ! Incroyable ! La blonde a ensuite commencé à furer un grand mec complètement bourré et le t-shirt plein d’auréoles (en plus, il avait une tête à tourner sa langue toujours dans le même sens). Tant pis pour elle, qu’elle change de copines ! Sérieux.

Vexé comme un pou qui serait vexé, j’suis allé voir celle qui devait me montrer ses seins. Elle l’a fait. Nice, j’aime quand on tient parole ! Je me souviens qu’il y avait des gars ce soir là qui ont essayé de me la piquer de manière peu catholique « ouais c’est un naze et tout, baise plutôt avec moi bb ♥ ». Autant vous dire que cela révèle un sacré niveau de frustration chez eux. Pour sa part, elle avait l’air de savoir ce qu’elle voulait et d’assumer… Ca change, en bien ! J’ai eu du bol de tomber sur elle, mais je pense qu’elle en a eu aussi : dans les boîtes comme sur Internet, il y a tellement de morts de faim nuls au pieu. Tout s’est ensuite fait naturellement en alternant douceur et fermeté… elle rêvait d’une baise intense et sauvage, je crois qu’elle en a eu pour son argent (la levrette était particulièrement bonne). Comme je la comprend : si tout était toujours aussi simple, on vivrait dans un monde meilleur ! Moins de frustration, moins de violence, plus de gens souriants… Par contre, faut assurer niveau discrétion, sinon ça craint (pression sociale).

5h

J’ai récupéré ma veste, elle a gratté une réserve de clopes pour après, et nous voilà en route pour chez moi. Pour gratter les cigs, je me suis présenté comme son coloc bicause les mecs ne donnent rien à une meuf qui va se faire honorer par un autre. On s’est arrêtés dans une espèce de ruelle, je lui ai dit « chiche le streetfucking ? » Elle m’a dit oui. J’ai pas fini sur place, j’avais la trique tel un tripode de la guerre des mondes en rentrant chez moi. Arrivés à l’appart, on a baisé, deux fois. Elle est venue 3 fois (je l’ai faite jouir avec ma langue et mes doigts et mon sexe, c’était bien la moindre des choses pour la récompenser du cran qu’elle a eu – c’est rare, l’audace). Puis une autre fois, le matin, et elle est allée travailler. Elle a 30 ans et n’arrêtait pas de me chambrer genre : ouais « pour un mec de 23 » c’est « pas mal » haha. Flatteuse. Je dois dire, elle est vraiment fun cette fille, je suis charmé, je veux la revoir. Une telle complicité, notamment au lit, ça créé des liens… Je suis intéressé. Elle a osé, elle m’a essayé, elle a gagné.

De son côté, Arnaud s’est fait bannir d’une boîte dont il était un habitué… car n’y consommait jamais rien.

Que le Dieu du Game soit avec vous.

---

Fab

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

thomas davisthomas davis