Skip to main content

Où séduire des femmes ?

 Où séduire des femmes ?

Aujourd’hui nous allons voir où on peut se permettre d’aborder des femmes pour les séduire… en gros, nous allons analyser ce qui fait ou ne fait pas un bon field (terrain pour draguer).

Attention, nous reviendrons dans une prochaine vidéo sur la façon dont on peut aborder les femmes sans qu’elles se sentent agressées ni chosifiées. Ici, on parlera simplement des lieux à fréquenter pour optimiser vos chances de rencontres !

 

Partie 1 : La drague en environnement ouvert (quand la fille disparaît de votre vie si elle vous met un râteau)

*La rue, les transports en commun, etc. : ce que l’on appelle le street pick-up ! Une ressource illimitée de femmes (dans les grandes villes)… mais malheureusement pas triées (elles peuvent être en couple et fidèles, lesbiennes, etc.) ! Y’a l’adrénaline de l’abordage en réel, c’est gratuit et la rue appartient à tout le monde (ou à personne).

*Les bars/boîtes : Des endroits réputés propice à la séduction même si y’aura plus d’obstacles que dans le SPU (cockblocks, AMOGs)… les gens y sont davantage triés que dans la rue (dans l’inconscient collectif il est autorisé de draguer en boîte) mais pas trop non plus. Y’en aura toujours qui diront (et c’est pas toujours faux) « j’ai un copain » ou « je suis ici pour danser/pour la musique ». Cependant, l’alcool, l’ambiance et la désinhibition que cela engendre jouent en notre faveur. Ce qui montre bien que les meufs, au fond, ont envie de baiser ! D’ailleurs, certaines soirées (comme les soirées « médecine ») sont connues pour l’ouverture d’esprit des participantes.

*Internet et les environnements virtuels (online dating) : Les femmes sont là pour faire des rencontres même si y’a encore parfois des connes qui arrivent à ne pas assumer (« je suis ici juste pour me faire des nouveaux amis »). Les femmes sont seules devant leur ordi donc y’a moins de pression sociale. Le virtuel les aide davantage à assumer leurs envies et il nous aide, nous aussi, à ne pas trop manger de râteaux (on les digère mieux). Il protège de l’anxiété d’approche. On reste chez soi, ce qui est pratique et confortable, surtout en hiver ! Attention cependant aux arnaques et faux profils : si une nana commence à vous demander de lui acheter des trucs, c’est probablement en fait un mec qui cherche à vous pigeonner (ou pire, une nana réellement vénale). Et attention aussi aux messages automatiques qui vous disent de cliquer sur un lien louche en comptant sur le fait que vous soyez vraiment très en chien (« je suis sexy je viens d’arriver en ville j’ai envie de te rencontrer clique sur ce lien »).

– Facebook c’est un peu comme la rue : c’est pas trié (mais au prix de quelques efforts de recherches, on peut sélectionner nos cibles), c’est gratuit et on peut aborder un peu au hasard dans notre ville. Quand on sélectionne nos cibles, on peut s’appuyer sur certaines généralités (de notoriété publique) : en fac de psycho ou de lettres, les nanas sont plus ouvertes qu’ailleurs. Tout comme dans la rue, on peut trouver des spots meilleurs que d’autres. Mais y’a de plus en plus de limites, ce qui fait qu’il faut bien sélectionner les profils qu’on aborde.

– Les applis : Tinder c’est la meilleure selon moi car il y a beaucoup de choix, et que sur le nombre, on trouve toujours son bonheur pour un peu tout et n’importe quoi. Lovoo ça a l’air d’être pareil mais j’ai jamais compris comment ça marche et le public y est très jeune ! Happn, j’ai vu dans Capital sur M6 qu’il y’a 75% de mecs donc c’est pas terrible (mauvais ratio) et le principe ne vous encourage pas à porter vos couilles dans la vie réelle (l’appli permet de retrouver des personnes qu’on a croisées mais qu’on n’a pas remarquées ou osées aborder). Once y’a un ratio H/F de 50-50 mais c’est parce qu’ils promettent « du sérieux » et  alors si ce n’est pas ce qu’on cherche, on est obligés de mentir et ce n’est pas très éthique (un seul profil qu’on choisit pour vous est proposé par jour… sauf si vous payez, le romantisme a ses limites). Au fait, les différences de ratio H/F entre les différentes applis selon leurs principes s’expliquent par l’Evopsy (voir mon ebook à ce sujet).

– Les sites de rencontre classiques : Adopteunmec est une valeur sûre, surtout si vous avez lu mes ebooks Secrets pour séduire sur Internet et Droit au FC qui vous permettront de trouver l’amour ou de vous faire livrer des plans cul à domicile. Meetic et compagnie, c’est généralement peuplé par des personnes qui cherchent l’âme sœur (c’est pour ça qu’il ya des sites de plus en plus spécialisés pour ceux qui ont une idée très précise de leur âme sœur mais qui ne la connaissent pas encore) et c’est un peu has been.

– Les sites de rencontres libertines : si on est en couple et qu’on veut échanger ça fonctionne. Y’a beaucoup de gens de plus de 40 ans donc ça restreint un peu les recherches. Si on cherche juste une fille seule c’est pas top car y’en a pas beaucoup et ce sont souvent des faux profils. Les vraies filles seules et bonnes y’en a encore moins et elles sont sur-sollicitées. Par contre, y’a beaucoup d’hommes seuls, le chibre à l’air sur leur photo de profil, donc les femmes qui cherchent des plans cul sans prise de tête pourraient y trouver leur bonheur si elles surmontaient leurs a priori.

– Les clubs libertins, c’est un peu pareil que les sites libertins. L’ambiance est propice à se libérer, ce qui peut être assez agréable et excitant. Mais si on ne veut pas échanger ni que sa meuf se fasse niquer par un autre, y’a peu de chances de trouver son bonheur c’est-à-dire une fille pour un plan à trois (sauf si on aime l’exhib/le voyeurisme, les gang bangs ou d’autres pratiques comme ça). Les filles par contre pourront avoir autant de relations sans conséquence et réaliser autant de fantasmes qu’elles voudront (trios HHF). Contrairement aux idées reçues, y’a pas que des pervers dégueulasses et y’a même des meufs sexy… parfois !

Mon conseil, si vous habitez dans un (petit) village, privilégiez plutôt Internet ou la drague plus « prudente » en environnement fermé.

 

La drague en environnement fermé (au travail, au lycée, à la fac, les différents clubs, etc. – quand vous êtes contraint de recroiser les filles)

Avoir un cercle social permet de trouver des nanas avec qui il y a « homogamie sociale ». Le fait de draguer des filles du même milieu social permet d’optimiser les résultats : on dit que les opposés s’attirent mais en fait on aime tous ce qui nous ressemble !

Attention, on ne peut pas sauter sur tout ce qui bouge sans retenue : il faut faire attention aux risques de réputation. La nôtre surtout mais aussi celle des nanas qui se lâcheront moins facilement. Le direct game et la fast seduction sont à utiliser avec modération dans ce type d’environnement (plus adaptés aux environnements ouverts). Il faut prendre des pincettes et tâter le terrain avant de se lancer. Par contre, si vous voulez CETTE fille, plutôt qu’UNE fille, ce type de drague peut davantage vous convenir : misez tout sur le développement personnel et le développement de votre cercle social. Cependant, l’expérience montre qu’il vaut mieux tout miser sur les statistiques et s’attacher APRES aux filles que l’on séduit (ça évite beaucoup de peines de cœur).

Les soirées privées c’est vraiment bien car on est présélectionnés par les hôtes et parce que c’est beaucoup plus libre que dans un environnement davantage surveillé comme les boîtes (on peut y baiser dans la salle de bain). Mais là encore, on peut rapidement être catalogué « dragueur » et ne plus être invité et griller ses chances avec toutes les autres filles qui nous ont vu essayer avec 50 autres.

 

Maintenant, vous savez sur quel(s) field(s) vous concentrer en fonction de votre objectif personnel. Mais attention, ils sont complémentaires (ils peuvent se mixer aussi par exemple le SPU by night… SPU ou NPU ?) : y’a des nanas que vous rencontrerez dans votre club de sport, mais jamais en boîte. D’autres en boîte mais qui ne sont pas sur Tinder. Par contre, quasiment tout le monde va dans la rue et est inscrit sur FB en sachant que, sur ces fields-là, un abordage a moins de chances de réussite. A vous de voir, donc !

Je vous conseille de lire mon article : Les différents types de fields de drague reviennent-ils tous au même finalement ?

A+ !

---

Vous pouvez maintenant, si vous le souhaitez, vous inscrire à ma NEWSLETTER afin que nous restions en contact et surtout pour ne pas rater le meilleur du blog ! En plus, je vous enverrai gratuitement 2 ebooks faciles-à-lire :
- Comment sexualiser vos conversations avec les inconnues ;
- Pourquoi et comment vaincre la pression sociale.
(Pas de spam, pas de harcèlement, vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

Fab

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

thomas davisthomas davis