Skip to main content

Putain, il faut qu’on baise ensemble pour fêter ça !

Putain, il faut qu’on baise ensemble pour fêter ça !

Le 24 septembre 2015,

Dans le but d’avoir un compte FaceBook un peu crédible à Lyon, j’ai décidé d’ajouter chaque jour quelques nanas méticuleusement choisies au hasard. Hier, j’me suis attaqué à un event pour une soirée Erasmus.

En réponse, au lieu des habituels « on se connait ? » ou « t ki ? » (pour lesquels j’ai même fini par préparer une réponse toute faite) j’ai, pour une fois, reçu le message suivant, de la part d’une polonaise mignonne et bien foutue : « salut :) ça va ? :) » Avec les smileys et tout. Sérieux. Putain, j’ai une sacrée théorie sur les smileys : quand une conversation commence comme ça, c’est que la meuf est adorable, ouverte et qu’elle suce !

Je lui ai répondu que j’allais bien. C’était un mensonge… car je traîne une espèce de bronchite à la con depuis quelques jours : ça me brûle dans la poitrine et j’crache des glaires. Mais bon c’est pas très vendeur tout ça alors je préfère dire que ça va.

Entretemps, elle likait toutes mes photos comme une petite folle sous extasie. Je lui ai demandé ce qu’elle avait fait de sa journée (elle va à la fac de psycho le jour et travaille en ligne le soir pour gagner de l’argent en Pologne) et elle m’a retourné la question : « je suis allé travailler moi aussi, ensuite acupuncture et là je viens de rentrer chez moi… et je te drague !
– tu es crazy en positif way :)
– heureusement que je parle anglais pour te comprendre. J’ai des trous dans les bras pour témoigner de ma séance d’acupuncture… je te les montrerai un de ces jours s’tu veux
– OK ça peut être intéressant
– tu vis dans quel coin de Lyon ?»

Tournant décisif : elle m’a répondu qu’elle vit à un arrêt de métro de moi. Elle m’a dit qu’elle estimait son trajet entre 5 et 8 minutes pour venir chez moi. J’ai osé lancer (un peu par acquis de conscience mais tout en souhaitant qu’elle ne vienne pas car j’étais crevé) « super, puisque je vais prendre une douche et que tu es à côté, pourquoi tu viendrais pas la prendre avec moi?
– Aujourd’hui ??!
– Je sais pas moi, pourquoi pas ?! C’est spontané au moins.
– No aujourd’hui je dois travailler »

J’ai négocié qu’elle pouvait venir et rentrer travailler après mais elle ne voulait pas. Qu’est-ce qu’elle est sérieuse ! Elle me faisait des promesses pour samedi soir à la place (qui n’engagent que ceux qui les écoutent comme celles de mon patron) : « Pardonne moi mais quand nous rencontrons samedi nous faisons beaucoup de choses spontanieuze je te promis
– Je n’ai pas très bien compris, are you coming tonight ? est-ce que je t’attends pour prendre ma douche ?
– No I stay at my apartment
– come on stay one hour here, it would be soooo cool, so spontaneous, you can work then… me too I have to wake up early tomorrow
– Ok I will for 30 minutes on you. What is your adresse? Or téléphone numéro? »

Ça me semblait un peu trop facile tout ça même si elle m’a quand même demandé de venir la chercher à la sortie du métro (car elle n’est arrivée en France que depuis 5 jours et ne connait pas la ville). J’y suis allé en laissant quand même mon portefeuille à la maison, sait-on jamais. Pas mal de choses tournaient dans ma tête. J’me demandais par exemple si ce ne serait pas un traquenard et si 4 slovaques n’allaient pas me tomber dessus ??! Puis, j’me suis dit qu’elle redoutait peut être la même chose. Et qu’il y avait objectivement peut-être plus de risques pour elle que pour moi… donc j’ai salué son esprit d’aventure et j’ai assumé jusqu’au bout.

A finalement pointé le bout de ses nénés son nez une nana vraiment pas mal, bien foutue, grande : une tête de plus que moi, facile ! Fine et musclée à souhait. Comme je le dis souvent, le culot paye ! Encore plus gênée que moi, elle rigolait tout le temps. Elle parlait un anglais approximatif et un peu de français, donc on est parvenus à communiquer de façon légère et amusante mais c’était difficilement : je ne comptais plus les fois où elle a répondu à côté à mes questions… Avec mon mal de gorge, je ne disais en fait pas grand-chose : je la faisais donc surtout parler, mais elle m’a dit à un moment « ton anglais très bon »… ça m’a fait marrer. C’est ça, le pouvoir de l’écoute active !!!

Je l’ai ensuite ramenée chez moi comme convenu mais elle m’a demandé dans l’ascenseur ce qu’on allait faire. J’ai pris un air surpris et lui ai répondu comme une évidence « beeeeen, on va prendre une douche non ?
– ahhhh je croyais que c’était un blague. Je ne peux pas j’ai mes périodes. On peut s’assoir et discuter peut-être ?
– OK, tu veux un verre d’eau ?
– Oui. »
J’lui ai pris la main pour la guider jusque sur le canapé. Elle l’a serrée : ça roule, ça boome !

J’ai appris lors de cette conversation constructive qu’elle a 21 ans et est prof de yoga en Pologne… alors elle m’a appris la salutation au soleil. Ensuite, elle a regardé un peu mes livres dans ma bibiliothèque et a kiffé surtout ceux qui ont un rapport avec la méditation, le bouddhisme, etc. Gros kiffe aussi sur mes livres de psychologie : elle m’a dit être une grande manipulatrice, le démon personnifié… j’ai répondu que moi je suis juste un gentil communicant. J’ai ainsi cassé son délire de rapport de force malsain. Truc rigolo, on a le même signe astrologique : elle est née le 16 février et moi le 17 ! « Putain, il faut qu’on baise ensemble pour fêter ça ! »

Tout le long de l’interaction, je n’ai pas perdu mon objectif de vue, je ne la lâchais pas, je lui disais que j’étais un français… donc qu’il ne fallait pas m’en vouloir d’être très sexuel. Elle répondait qu’elle ne faisait jamais rien avec ses règles. J’ai fait forcing, elle a dit « you’re a real man » avec des étoiles plein les yeux. Là, j’ai su que c’était gagné : elle résistait mais ça lui plaisait. Les meufs font souvent ça !!! Je lis donc le langage de leur corps qui communique mieux leurs envies que leurs mots. Et puis : gros forcing, grosse pression ! On s’est embrassés juste après ça. Avec la langue. Elle a aussi pris mes doigts pour les mettre dans sa bouche et a mimé une pipe de folie. Elle était déchaînée. J’ai donc logiquement tripoté et léché ses seins… au début elle repoussait ma main puis s’est mise à gémir en disant que c’est la partie de son corps qu’elle préfère. Faut dire qu’ils sont assez gros et fermes et que ses tétons roses sont jolis. Puis, lorsqu’elle fut un peu plus excitée, le coup de maître : j’ai sorti ma bite et elle m’a fait une turlutte. Je passais en même temps ma main sur sa culotte et faisais des commentaires déplacés genre « t’es toute mouillée
– je demande bien pourquoi
– pas ma faute en tout cas, tu dois te faire des films…
– mais oui c’est ça »
(dialogue approximatif : ma mémoire s’est comme qui dirait coupée lorsque j’ai éjaculé.)

Ce qui a bien marché c’est d’alterner le chaud et le froid : j’agissais comme un putain de prédateur sexuel mais je la calmais par la parole: je lui disais qu’on était juste amis, que je ne voyais pas de quoi elle parlait quand elle disait qu’elle me trouvait entreprenant. Les émotions étant contagieuses : si ça me paraissait normal d’agir ainsi, j’espérais que ça l’influencerait positivement. C’était ça le plan ! Comme expliqué dans La vérité qui dérange sur les relations H/F. Et ça a marché, putain de merde !

Ensuite, j’lui ai dit que j’pouvais la faire jouir sans la pénétrer, seulement avec ma langue. C’était un peu comme un défi. Elle ne m’a pas laissé essayer parce que ça la dégoûtait de faire ça avec sa rivière qui coule rouge, mais à force de persistance, j’ai quand même pu jouer avec son clito du bout de mon doigt. Elle me roulait des putains de galoches pendant ce temps et a fini par me supplier de la doigter. Bon, elle avait vraiment ses règles vu dans quel état mes doigts sont ressortis de là. Ce n’est pas une menteuse, c’est déjà ça !

Après, on a un peu parlé. Elle veut qu’on se revoie pour baiser totalement. Je ne suis pas contre. Je l’ai raccompagnée au métro comme elle me l’avait gentiment demandé. C’est bien la preuve que je suis un gentleman et non un connard.

Enfin tranquille, vers 1h, j’ai regardé le replay de Castle en buvant une infusion miel/citron et j’me suis endormi du sommeil du baiseur international.

Note : vous pouvez lire la conversation ayant mené à ce pick-up en intégralité dans Droit au FC !

Ce midi, j’ai skypé avec mes parents : j’ai appris que mon frère, ce sale enculé, a redonné de ses nouvelles. Sa femme, cette obèse flemmasse informe, n’a pas repris le travail après son congé maternité (on se doutait qu’elle ferait le coup) donc ils sont en rade de thune… alors ils reviennent vers mes parents qu’ils ont jeté comme des merdes y’a un an en disant que les vieux ne servent plus à rien (après leur avoir tout de même même allègrement gratté 8000€)… normal ! Puis, maintenant, ils veulent vendre cette putain de maison, celle qu’on leur avait dit de ne pas acheter, car même si j’ai passé plusieurs journées de mon hiver dernier à la retaper avec mon père : ça reste une ruine qui s’effondre… et y’a plein de vices cachés partout. Enfin bon, on avait raison sur la plupart des choses et cette tête de mule consanguine qui me sert de demi-frère vient de s’en rendre compte. Mais avec moi, il a tellement été un enculé que s’il veut que je la pardonne, il va falloir qu’il fasse de gros efforts. Mon père se laisse peut-être endormir et mange avec lui demain mais pas moi… j’veux bien être bouddhiste, mais y’a des limites ! Je veille au grain.

Mais j’ai pas mal d’autres soucis comme mon dilemme entre le fait d’envoyer chier mon patron pour chercher un autre taf car c’est un gros menteur bâtard esclavagiste ou faire le bon petit soldat et me contenter de dire « oui oui » tout en en faisant à ma tête. De toute façon, tous mes collègues sympas se barrent ou veulent se barrer, c’est la merde ici. J’suis pas sûr que ça soit vivable sur le long-terme…

Que le Dieu du Game nous vienne en aide !

---

Incoming search terms:

  • faut quon baise
  • putain on baise

Fab

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

thomas davisthomas davis