Skip to main content

Une relation platoniquement sexuelle avec une parisienne

Une relation platoniquement sexuelle avec une parisienne Le 24 septembre 2012,

Quoi de neuf ? Premièrement, je travaille une américaine. Je l’ai branchée en boîte vite fait, le courant est bien passé puis elle a subitement disparu. Heureusement, j’avais pris son Facebook. Du coup, on s’est contactés par FB, on s’est vus un soir et on a bu trois ou quatre verres de muscat. Puis, on a flirté par les mots, par les regards avant que nos températures corporelles n’augmentent de manière incontrôlable. On a fini par relâcher la pression en dansant « collé-serré » dans la boîte la plus proche.

Alors voilà, j’avais les mains baladeuses et cette princesse me tripotait partout partout <3 sauf que je la sentais réticente au baiser, sur le dancefloor. Je fais totalement confiance à mon intuition sociale, du coup, j’ai tenté une autre approche : je l’ai isolée et là c’est passé crème… On s’est revus deux ou trois fois depuis, et c’est à chaque fois le même scénario : elle évite mes lèvres puis me cède en fin de soirée avant de disparaître quand la tension sexuelle devient incontrôlable (par exemple quand on effleure nos sexes à travers nos pantalons). J’en ai parlé avec elle : elle m’a sorti que, dans leur culture, quand on a un certain niveau d’éducation, on ne donne pas de « démonstrations d’affection en public » parce que c’est malpoli… donc en gros, si j’veux lui donner du plaisir je vais devoir l’inviter pour «  voir un film » et ça devrait faire « jeu, set et match »… Sauf que voilà, j’ai pas trop envie: elle a beau avoir un accent archi-sexy, j’ai passé l’âge d’inventer des excuses à mes envies. Quel cinéma tout ça ! Je sais que c’est le jeu de la séduction et tout, mais bon, les filles frustrées qui ne sont pas capables d’assumer leurs envies, je vais pas me mettre en quatre pour elles !!!!!

Ca m’intriguait son histoire de « démonstrations d’affection en public » alors je lui ai demandé de développer : quand t’es en couple tu peux t’embrasser en public mais quand tu ne l’es pas, c’est mal vu. Sauf que de l’extérieur, les gens, comment peuvent-ils savoir ce que les protagonistes sont l’un pour l’autre ? Après tout, on ne perçoit qu’un garçon et une fille en train de se chercher. Ce genre de blocage est vraiment ancré dans la tête des filles et c’est chiant… Faudrait faire évoluer les mentalités outre-Atlantique afin que je puisse coucher avec des bêtes de blondes siliconées plus facilement. C’est du TAF pour Obama.

Sinon y a une nana asiatique qu’Arnaud m’a présentée. Je l’ai vue au Parc, on s’est embrassé puis la nuit est tombée et ils ont fermé le portail. J’ai failli me faire trancher une burne par les pics de la grille en escaladant pour sortir. En plus, j’avais un pantalon de costume : il est foutu…  depuis, on s’envoie des texto de cul donc ça valait le coup. J’vais essayer de pas tout faire foirer, en espérant qu’elle en fasse de même !

Troisièmement : j’ai pas trop de nouvelles de la fille d’Adopteunmec même si elle a laissé sa bague chez moi (ce qui signifie qu’elle compte revenir – elle marque son territoire mais tant qu’à faire elle aurait aussi bien pu pisser dans un coin – ou alors elle l’a vraiment oubliée et ne souhaite finalement pas me revoir). Sinon, j’ai déjà revue deux ou trois fois la fille du street-fucking, on est sex-friends. Enfin bon, elle, j’ai jamais eu trop de doutes à son sujet parce qu’entre nous c’est fusionnel : j’l’ai baisée dans les escaliers de son appart et sur le sol du hall devant chez moi (on a enterré la capote dans une plante verte)… ça crée forcément des liens !

Le week-end dernier, je suis monté à Paname pour assister au mariage d’un cousin. J’y ai pas mal parlé de cul avec mon oncle : un queutard qui fait des partouzes ! J’ai également un peu craqué sur une brune (une actrice peu connue pour l’instant) qui s’appelle Zoé. Enfin bon, y avait du beau monde : des avocats, des financiers en tous genres, des patrons de grosses boîtes… Je n’avais cependant qu’une hâte : profiter du reste de ma semaine à Paris.

En effet, depuis quelques années, j’entretiens une relation platoniquement sexuelle avec une parisienne de 25 ans que j’avais rencontrée à St-Tropez lorsque j’avais été  plagiste! Elle a des gros seins, des yeux verts et joue bien au volley. C’est cool ! Elle m’avait ajouté sur Facebook et on s’était fait un Skype coquin mais… on ne s’était pas revus « pour de vrai » depuis quoi, 3 ans ! Quand je l’ai informée que je montais à la capitale : elle m’a dit qu’elle serait là alors j’ai pensé que nos deux corps pourraient enfin faire plus ample connaissance, seulement… seulement voilà : elle était chaude sur le principe puis déjà la veille elle commençait à me faire le coup de « ouais je couche pas comme ça, tu vas me sauter puis plus me rappeler, tu ne me respectes pas, j’préfèrerais qu’on reste un fantasme l’un pour l’autre etc. » alors j’lui ai répondu « OK, j’suis à Paris pour 5 jours, du coup on peut se voir et passer un bon moment ensemble ou alors on peut ne pas se voir et être frustrés mais en tout cas je ne compte pas argumenter pendant des heures sur ce sujet… tu me diras demain ce que tu as décidé » (il faut parfois être prêt à perdre une fille pour la gagner). Et puis, en fait, j’crois qu’elle flippait, c’est tout. Ce matin, elle m’a envoyé « mon corps a décidé pour moi, j’ai mes règles ». J’lui ai dit qu’elle entrait directement à la 8ème place du top 10 des pires excuses qu’on m’a sorties (c’est vrai quoi, c’était pas très original) ! Puis, après l’avoir traitée de flippette, j’ai plus répondu. Faut dire que j’étais vraiment énervé : les filles qui sont pleines de bouche pendant des années  mais ne tiennent pas parole le moment venu ne méritent que mon mépris !

Finalement, elle m’a écrit plein de messages que j’ai lus pendant que j’étais à Nespresso en train de faire « What else » aux vendeuses (peu original mais j’ai le droit parce que je suis un touriste). Je ne répondais pas, et elle a changé d’avis toute seule. Le dernier disait « j’ai envie de toi ». Sûrement une étincelle d’intelligence… Donc on s’est finalement vus vers l’Opéra : on est allé à la FNAC, elle m’a demandé « tu veux faire quoi ? » j’ai été franc « aller chez toi et faire l’amour, tu me parlais de respect mais le respect c’est justement de ne pas te baratiner inutilement ni te mentir.
– Mais on peut aller au cinéma sinon.
– Non, chez toi. » Donc on a pris un métro flippant et on est allés chez elle, dans les mauvais quartiers de Paname (pleins de weshwesh et de grands blacks) ! Ca faisait un sacré contraste avec les serveuses de Georges Clooney qui m’ont fait l’impression d’avoir été recrutées pour leur physique et leur faculté à garder leurs ongles nickel tout en nettoyant des tasses.

Arrivés chez elle, on a mis un film qu’on a regardé 10 minutes (500 jours ensemble)… puis on a baisé deux fois dans la douche (elle avait vraiment ses règles) bien qu’elle ait dit juste avant qu’elle ne « coucherait jamais avec moi ». Donc finalement, quand une fille balance spontanément qu’elle ne couchera pas avec vous, elle le fera. Il faut juste insister et la pousser à transgresser petit à petit cette résistance de dernière minute.

Ca c’était la théorie, après ce n’est la plupart du temps pas comme ça que je procède. Enfin, je le fais bien sûr, mais à une échelle moindre, parce que ça me fait chier de tout le temps microcalibrer. Ce que j’aime c’est l’honnêteté et la franchise… alors, des fois je la mets face à ses responsabilités : je lui dis « très bien on ne couchera pas ensemble ». Ca paye la plupart du temps. Chacun son truc, il n’y a pas qu’une façon de séduire ni de parvenir à ses fins. On peut même parfois y arriver par chance ou parce que la fille a encore plus envie que nous ! Si elle m’avait dit que « non », qu’on ne se voyait pas : j’me serais branlé un coup et j’aurais relativisé.

La morale c’est : les filles veulent du sexe, des orgasmes. Elles savent qu’elles se sentiront bien après. Mais, il est plus facile pour elles de rester dans leur zone de confort, de ne pas ouvrir votre pantalon, de ne pas se retrouver nues face à un inconnu, etc. Certaines personnes vivent leur vie à fond, d’autre passent à côté des meilleures opportunités par peur. Pour leur propre bien, devenez un bon amant, et donnez leur une chance de prendre du bon temps au lieu de rester à s’ennuyer à la maison.

Que le Dieu du Game soit avec vous !

---

Vous pouvez maintenant, si vous le souhaitez, vous inscrire à ma NEWSLETTER afin que nous restions en contact et surtout pour ne pas rater le meilleur du blog ! En plus, je vous enverrai gratuitement 2 ebooks faciles-à-lire :
- Comment sexualiser vos conversations avec les inconnues ;
- Pourquoi et comment vaincre la pression sociale.
(Pas de spam, pas de harcèlement, vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

Fab

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

thomas davisthomas davis