Skip to main content

Que penser du débat actuel sur le harcèlement de rue ?

Que penser du débat actuel sur le harcèlement de rue ?

Dès qu’ils entendent « Pick-Up Artist », la plupart des gens font l’amalgame suivant : dragueur = harceleur.

Mais pourquoi jeter la pierre à la communauté de la séduction alors que justement, nous les PUA, expliquons aux morts de faim sans gène comment ils pourraient faire autrement ?

Un PUA n’est pas un putain de prédateur égoïste, c’est plutôt un gars altruiste et généreux qui aime les femmes… et les hommes aussi puisqu’il aide son prochain.

Vous n’avez rien compris au concept si vous pensez qu’un PUA est un gars qui passe son temps dans le métro à gueuler « wesh mademoiselle t’es charmante, on baise ? Oh j’te parle, sale pute ! »

Je vais tenter d’expliquer ce que les féministes considèrent comme du « harcèlement de rue » et montrer que les conseils que nous donnons dans la communauté de la séduction ne cautionnent et n’encouragent absolument pas cette attitude.

 

Définition ?

La première chose à comprendre c’est que le harcèlement de rue n’est pas de la drague. D’après mes lectures sur des sites féminins, voici ce qui peut-être considéré comme du harcèlement :
– Marcher près d’une fille avec insistance suite à un refus de discuter ;
– Siffler les meufs ;
– Etablir un contact physique sans le consentement d’une personne ;
– Insulter ;
– Se toucher la queue en regardant une femme dans le métro ;
– On les appelle « ma belle » sans les connaître.

Les PUA donnent les conseils suivants :
– ne pas être lourd… si ça ne mord pas, ne pas chercher à forcer les choses ;
– ne pas insulter, accepter le refus et ne pas se sentir affecté ;
– ne pas siffler les meufs, ça ne sert à rien ;
– ne pas mettre une fille mal à l’aise, au contraire ;
– ne pas suivre les femmes, lâcher l’affaire si elle ne nous calcule pas. Dommage si on perd une fille qui en fait ne sait juste pas montrer son intérêt mais c’est mieux que d’agresser quelqu’un (les femmes devraient donc apprendre à montrer clairement leur intérêt).

On voit bien que nous allons dans le même sens. Et si jamais on les appelle « ma belle » c’est une provocation parce qu’elles ont été méchantes en premier.

 

Fréquence ?

Sur les sites féminins, le harcèlement de rue est présenté comme une épuisante banalité pour les femmes. Il faut donc comprendre qu’elles font l’objet de beaucoup d’invectives lorsqu’elles se déplacent seules dans l’espace public.

Partant de ce postulat, la conclusion serait la suivante : si on vient leur parler dans la rue, on les fait chier, alors n’abordons plus. Mais on est en droit de se demander si c’est vrai ou si certaines sont bien contentes au fond d’avoir des mecs à envoyer bouler car ça flatte leur égo.

En fait, il faudrait aussi se mettre d’accord sur ce dont on parle : se font-elles aborder fréquemment ou se font-elles harceler fréquemment ? Ce n’est pas du tout la même chose. Je suis un peu étonné de n’avoir jamais observé un phénomène de harcèlement menaçant si c’est si fréquent que ça.

Enfin, ce n’est pas étonnant dans ces conditions que les gens draguent de plus en plus sur Internet. Même si les filles y rechignent à donner leur numéro de peur qu’on les HARCELE au téléphone… Et même si elles se plaignent de ne pas faire de rencontres spontanées dans la vraie vie. Mais le féminisme n’y est pas pour rien. Est-il alors vraiment l’ami des femmes ? Ou bien est-ce le game, le véritable ami des femmes qui les réconciliera avec les hommes ? A moins que ça ne soit pas le but de ce conditionnement, de réconcilier les hommes et les femmes ?

 

Qui harcèle ?

La croyance populaire est que ce seraient seulement les arabes et les noirs dans le 93 qui harcèlent des femmes. La vérité c’est que non. J’ai eu des copines à Aix ou même ici à Lyon qui m’ont raconté avoir été suivies jusque chez elles par des mecs louches (une ou deux fois dans leur vie) : c’étaient souvent des blancs, un peu vieux et paumés. Voire ivres, le soir.

On pourrait aussi penser que c’est une question d’éducation. En fait, oui et non. Y’a des mecs très mal éduqués qui osent tout et ne respectent rien parce que ce sont des voyous. Y’a aussi des mecs de la haute société qui, justement parce qu’ils viennent de la haute, pensent que tous les gens sont à leur disposition.

Qui que vous soyez, soyez humble. Respectez les autres. Ce sont des valeurs que l’on a dans la communauté grâce à notre démarche de développement personnel et de compréhension du point de vue des femmes.

 

Comment réagissent-elles ?

Quand on aborde une femme seule dans la rue, on a parfois droit à un regard apeuré qui nous montre qu’elle pense que nous sommes un violeur, un tueur en série ou un fou dangereux.

Quand on aborde des groupes de femmes, elles sont souvent méprisantes et se permettent des commentaires désobligeants. Du genre « il se prend pour qui ? Il est moche. » La plupart du temps, elles parlent fort, pour bien nous humilier et nous vexer.

Ces réactions violentes s’expliquent, d’après elles, par le fait qu’elles ont peur des inconnus. Même si elles savent très bien que, dans 80% des cas de viols, la victime connaissait son agresseur. Elles n’en ont rien à cirer de la réalité des statistiques, elles veulent que les gentils garçons faisant un pas vers elles sans mauvaise intention paient pour les connards.

De plus, elles ne sont pas sûres de pouvoir compter sur la solidarité des gens autour en cas d’agression. Mais je les rassure : moi non plus. J’avais vu une caméra cachée d’un gars qui faisait semblant de s’évanouir dans la rue : les gens passaient à côté en l’ignorant royalement. C’est une histoire de conformisme. De pression sociale. Ca n’a rien à voir avec le fait qu’elles soient une femme. « Personne ne fait rien donc je ne fais rien. Surtout s’il y a une chance que tout cela soit anodin… je préfère me bercer de cette illusion, c’est plus facile. »

Elles pensent qu’elles n’ont d’autre choix que de subir une agression si un gars se montre pressant. C’est faux. Il existe, au pire, toutes sortes d’armes de self-defense. Mais il y a une solution encore plus simple : si elles faisaient clairement comprendre aux gens autour qu’il y avait un problème avec ce mec, beaucoup de gars viendraient pour la jouer gentleman. Mais il faut que ça soit clair. Dans ce genre de situation, on ne sait jamais si les personnes rigolent ou quoi. Et, comme je l’ai dit, il est plus facile de ne rien faire dans une telle situation et de se mêler de ses oignons. Sauf si on sait sans aucun doute qu’il y a un souci. Car sinon le risque est d’être ridicule si c’était bien son petit ami et qu’ils étaient en train de faire une blague (oui, certains plaisantent avec ce genre de sujets).

Les aiderait-on si elles étaient en danger et qu’on le savait ? Ben, oui, on n’est pas des sauvages. On ne va pas faire une tournante ! Enfin, si elles continuent à être odieuses avec nous ça pourrait changer… mais nous n’allons pas en arriver à cet extrême ! Ce que je veux dire c’est que ce n’est pas en jouant la connasse qu’elles encourageront les gens à les aider si elles ont un problème un jour. Alors, oui il faut faire la part des choses, mais cette attitude n’est saine pour personne.

 

Que penser des compliments sur le physique ?

Pour elles, c’est affreusement vexant et humiliant d’être toujours ramenées à leur apparence physique. Elles ne voient (soi disant) plus ce qu’il y a de positif à ce qu’un inconnu leur dise qu’elles sont jolies. Ca tombe bien, dans la communauté, on déconseille les compliments sur l’apparence.

Cependant, c’est un peu de la mauvaise foi de leur part de reprocher aux mecs de les juger sur leur physique alors que, quand elles nous dégagent, c’est souvent parce qu’elles ne nous trouvent pas assez beaux. Mais la différence c’est que nous ne nous sentons pas REDUITS à notre apparence physique, c’est juste une partie de nous…

Enfin, on est en droit de se demander si elles préfèreraient être moches ? Personnellement, j’aimerais bien me faire aborder hebdomadairement par des femmes, ça flatterait mon ego. Comme quoi, on veut toujours ce que l’on n’a pas dans la vie.

 

Les femmes ne sont pas des objets !

Elles ont l’impression d’être des objets (ou des morceaux de viande) dans le jeu de séduction. Elles ont l’impression qu’elles sauraient faire la différence entre un homme qui aborde uniquement car il veut tenter un truc ou parce qu’il avait envie de lui parler. Seulement, parfois, c’est un peu des deux. On va vers la fille pour voir si elle est intéressante. Et on juge ses réactions.

Il faut comprendre que la tension sexuelle est sous-jacente à presque toutes les interactions hommes/femmes, donc on ne va pas écarter cette possibilité. Mais ce n’est pas pour ça qu’on va être impoli. Et puis, elles la ressentent aussi, cette tension, ça les rend nerveuses. L’identifient-elles bien ? Et se rendent-elles comptent que, parfois, elles parlent des mecs comme s’ils étaient des objets sexuels à leur disposition ?

Leur croyance est que 90% des mecs ont juste envie de draguer ou de baiser et que 95% d’entre eux suivraient la fille jusque chez elle si jamais elle avait le malheur de répondre poliment. Le game peut aider les mecs à toucher des femmes et donc à ne plus être des morts de faim, ce qui rend moins agressif. De plus, on ne stalk pas dans la communauté, on évite les comportements weird.

 

Il y a-t-il des circonstances pour draguer ?

Elles n’ont pas envie qu’on les dérange constamment comme par exemple lorsqu’elles sont en retard pour aller à leur travail. En revanche, le samedi soir dans un bar, on aurait le « droit d’aborder ». Mais ça ne voudrait pas dire pour autant qu’elles sont disponibles ou hétéros.

Je vous jure que c’est ce que j’ai lu. Que c’est compliqué (il me semble que ça l’est moins entre gens gays) ! Il y aurait donc des environnements socialement acceptables pour aborder et d’autres non. Croyance limitante ou réalité ?

Un peu des deux, je pense. On voit bien que les taux de réussite sont plus faibles en street pick-up qu’en online ou night. Cependant, il y a aussi des filles qui ne sortent pas en boîte (elles ne boivent pas) et qui ne sont inscrites sur aucun site de rencontre (par principe) mais qui aimeraient vous rencontrer. Comment faire alors ? Simplement apprendre à distinguer celles qui ont l’air ouvertes à une rencontre et qui sont réceptives à votre approche. La communauté de la séduction enseigne aussi les bases de la synergologie…

 

Comment interprétons-nous leurs réactions ?

Quand on se fait jeter comme des merdes, c’est comme si elles nous jugeaient indignes de nous accorder quelques mots. Sérieux, on mérite mieux que de la froideur, ne serait-ce qu’humainement. Ca peut faire très mal au moral. Surtout que c’est un comportement courant, donc on pourrait se dire que l’on ferait mieux de se suicider si on est si naze que ça. La séduction, ça n’a pas à être si compliqué ! Je sais que quand une HB6 se permet de remballer un mec super beau et poli, ça peut faire drôle. Mais il faut bien comprendre que le pick-up, c’est une façon de penser et d’agir à intégrer plus qu’une question de physique.

Elles passent pour des princesses snobinardes auprès des profanes. Ce qui est aussi faux que l’image de pervers qu’ont les mecs qui vont vers des inconnues. Mais ça fout un bordel pas possible dans les relations hommes-femmes. Ceci dit, on les aime quand même, on les idéalise même parfois quand on est jeune et sans expérience.

Pour nous, quand on drague, on a de fortes chances de tomber sur des filles : pas ouvertes d’esprit, frustrées, non-avenantes, compliquées au possible. Un vrai cauchemar. Cependant, une pratique assidue du game changera petit à petit vos croyances sur les femmes en vous apprenant à voir le positif de cette situation et à vous tenir en haute estime pour ne pas avoir d’idées noires quand vous vous faites envoyer sur les roses toute la journée. D’ailleurs, draguer toute la journée est épuisant je trouve, vous apprendrez donc aussi le sens de la mesure.

 

Les femmes devraient-elles aborder ?

D’après ce que j’ai lu, elles ne comprennent pas pourquoi on a envie d’aborder une fille dans la rue. Il faut croire qu’elles n’ont jamais vu un beau mec dans la rue et que le fantasme de l’inconnu est un mythe. Elles se plaignent que les hommes sont élevés dans l’idée que c’est à eux d’initier la séduction (j’vous jure qu’on préférerait qu’elles le fassent aussi). Elles font croire qu’elles vont nous aborder si elles en ont envie. D’un autre côté, si elles font un sourire ou disent bonjour, elles ont peur de passer pour des chaudasses. Donc elles ne font rien, mais ça part d’une bonne intention.

C’est dommage car ça enlèverait une part du harcèlement, de la frustration des mecs en fait. Mais elles ne le font pas. Ce qui nous fait vivre dans une société très individualiste alors que les moyens de communication sont hyper développés. Seulement, les gens préfèrent pour la plupart tourner en circuit fermé : toujours le même cercle social, pas de fantaisie, pas de sortie hors de leur zone de confort…

Si on leur plaît mais qu’on ne vient pas, elles se disent au choix : « il n’a pas de couilles », « je suis moche » ou « c’est un mec bien puisqu’il ne m’aborde pas mais puisqu’il ne m’aborde pas je ne le rencontrerai pas. »

 

Les contradictions et limites de ce raisonnement !

Leur demander des renseignements dans la rue puis tenter de les draguer (faux prétexte) est considéré comme du harcèlement de rue par certaines femmes. Ca tombe bien car nous conseillons plutôt d’être franc. Mais, pour avoir fait beaucoup de drague directe, je sais que j’ai entendu relativement souvent qu’elles aimaient quand la drague était déguisée car ça avait l’air plus « naturel ».

Ce n’est qu’une des nombreuses choses qui montrent que toutes les femmes ne sont donc pas d’accord. C’est un problème : que faire ? Ecouter celles qui crachent leur venin et ne plus draguer ou bien faire plaisir à celles qui aiment être draguées et nous le disent (mais discrètement car les autres les culpabilisent) ?

Les féministes disent être lasses d’être draguées dans la rue mais pourtant je connais plein de filles qui se plaignent que ça ne leur arrive jamais et qui se demandent si elles sont jolies. A qui faire plaisir ?

Il faudrait savoir avant de les aborder si elles aimeraient ça. On devrait tous porter des bracelets de couleur différente indiquant nos intentions. Aller, il faut redescendre sur terre un peu. Les mecs biens ne veulent plus s’approcher des princesses qui les envoient chier avant la première phrase prononcée. Et c’est bien compréhensible. Mais ensuite, elles se plaignent de ne pas faire de rencontres ou de ne tomber que sur des connards.

En abordant dans la rue, on bafouerait leur liberté de se balader seules dans un lieu public. C’est débile de penser comme ça. A ce compte-là, en nous repoussant, elles bafouent notre liberté de nous envoyer en l’air ou notre liberté d’être moche… Et en conditionnant les mecs à ne plus aborder pour ne pas passer pour des pervers, elles ne bafoueraient pas par hasard la liberté des femmes qui ont envie qu’on les aborde ?

Quand on les aborde avec un truc bateau, elles snobent parce que c’est nul. Car on est direct, elles s’offusquent parce qu’on est pervers. Que faire ? Etre élégant, raffiné, etc. Bien sûr ! Comment n’y ai-je pensé avant ??? Sauf que ça ne marche pas non plus. Ou du moins ce n’est pas un critère du même ordre. De toutes façons, c’est elles qui décident si elles ont envie de faire chier ou pas. On peut faire la même chose sur deux filles et avoir des réactions diamétralement opposées. Et puis, la plupart ne se rendent pas compte qu’elles n’ont pas ce qu’il faut pour exiger un mec pareil… (désolé)

 

Les féministes sont-elles parfois de mauvaise foi ?

D’après ce que j’ai lu : vous saurez que toutes les femmes ont déjà été suivies, touchées, insultées…

Et si vous ne connaissez pas de femmes dont c’est le cas, alors c’est que vous ne connaissez tout simplement pas assez de femmes ! C’est un peu facile comme argument, je trouve. Mais soit, admettons que c’est vrai.

Cependant, si par miracle, vous avez déjà réussi à pécho des meufs en draguant dans la rue, alors c’est parce que c’étaient des nanas en manque de sexe, désespérées, sans aucun but sentimental réel…

Voilà comment les sites féminins décrivent la situation. Si tu es une femme : tu es soit une victime soit une chienne. Choisis ton camp.

Ce qui amène donc des filles (parfois super moches) à inventer des arguments. C’est la course à la surenchère pour ne pas être ridicule « moi on me siffle tous les 100 mètres », « moi c’est tous les 50m, j’en ai marre ». True story. Des meufs m’ont dit ça. Putain mais elles vivent où ? Aller, faut arrêter le délire, là. J’ai l’impression qu’elles sont conditionnées à voir toujours le négatif dans nos intentions. Ca ne m’étonne pas que la France soit le premier pays consommateur d’anxiolytiques quand on voit le climat angoissant dans lequel on vit.

 

Un rapport de force ?

Les femmes ont trop de pouvoir sur nous, et la plupart des mecs jouent leur jeu. Elles se font désirer et nous, on subit. On fait beaucoup d’efforts pour les draguer tandis qu’elles font les difficiles. Et ensuite, elles se plaignent des efforts que l’on fait en disant que ça les oppresse. Beaucoup de mecs sont juste perdus en fait. Dans cet article, nous nous plaçons du point de vue des femmes mais ça serait bien qu’elles se mettent aussi un peu à notre place parfois.

Je pense qu’il faudrait qu’elles comprennent que si elles veulent la totale égalité : faudra supprimer les privilèges genre tous les trucs gratuits pour elles et payants pour les mecs. Ou encore que si elles parlent mal à un mec, il pourra leur mettre une droite. Et que quand leur foufoune les démangera, il faudra qu’elles aillent au charbon pour draguer (et prendre des râteaux). Toujours partantes ?

 

La responsabilité en cas d’agression ?

Si elles se font agresser, on leur demande apparemment toujours si elles ont manifesté fermement leur refus. C’est pour ça qu’elles sont hargneuses dès qu’on leur parle. Parfois sans même nous avoir regardés avant. De notre côté, à nous de ne pas avoir un ego mal placé et de s’en foutre des râteaux.

On leur demande aussi comment elles étaient habillées, si elles ont envoyé des signaux contradictoires, etc. Elles sont en colère car elles ont l’impression que l’on fait souvent peser sur les victimes d’agression une part de la responsabilité. Et aussi parce qu’elles ont l’impression que l’on minimise constamment les agressions. Bien sûr, ce n’est pas tolérable. Ceci dit, j’ai souvent entendu des histoires inverses : des mecs accusés de viol sur la simple parole d’une femme qui mentait en fait pour emmerder des ex. On voit bien que la justice est dans une impasse à ce niveau-là, y’a rien de personnel contre les femmes !

Cependant, certaines (débiles) parleraient avec les hommes qui les abordent par crainte d’être agressées si jamais elles refusaient le dialogue. C’est absurde ! Là, pour le coup, c’est un signal contradictoire. Ce qui ne change rien au fait que si elle dit « non » c’est non. Encore une fois, il faudrait aussi que les meufs qui pensent « oui » mais disent « non » arrêtent de le faire. Pour cela, il faudrait que les mecs fassent l’embargo sur la séduction afin de regagner de la valeur à leurs yeux… et que les petits caprices à la con et le fait de ne pas assumer d’avoir envie de sexe disparaissent.

 

Souffrent-elles d’une psychose collective ?

Le traumatisme de certaines victimes ne devrait pas tourner en psychose collective. Aussi douloureux soit-il. J’ai été agressé dans la rue par des arabes et pourtant je continue de sortir le soir et de fréquenter des maghrébins. Il existe de réelles agressions qui doivent être condamnées. Ca, on est d’accord. Mais la vie continue…

Après, quand je lis que « même un regard insistant peut être du harcèlement de rue, s’il fait que la fille se sent mal à l’aise » : je trouve que c’est abuser. Y’a plus de limites, et tout est une question d’interprétation alors. Parfois, je regarde les gens dans la rue pour passer le temps, par exemple quand j’attends le tram. C’est du harcèlement de rue ? Regardons tous nos pieds alors. On sera beaux, tiens ! Et si le mec est un handicapé visuel et qu’il a du mal à lire un truc, la fille va croire qu’il la regarde bizarrement ?

Une fille qui passe par là ne saurait pas si je regarde tous les gens qui passent ou si c’est juste elle, donc, selon son état d’esprit (et son conditionnement) elle va se sentir agressée ou non. Pour info, il m’arrive de regarder des filles sans ressentir aucun désir pour elles. Et ne me faites pas croire que les meufs ne regardent jamais les mecs (sauf les goudous).

Pour finir ce paragraphe, en ce qui concerne les vêtements, je pense que tout le monde peut s’habiller comme il le souhaite tant qu’il n’y a pas atteinte à la pudeur. Aucune nana ne devrait être violée ou considérée comme un morceau de viande si elle a mis une jupe ou montre son ventre comme Britney Spears. Il faut apprendre l’empathie, moi aussi parfois je mets des shorts! Cependant, si une nana s’habille super sexy, qu’elle n’en veuille pas aux hommes de regarder son cul quand elle se retourne (c’est un réflexe plus qu’autre chose, désolé, mais normalement elle ne s’en apercevra pas donc ça va). Ceci dit, le game nous apprend à faire monter notre valeur en n’adoptant pas ce genre de comportement. J’avais vu une vidéo d’un mec qui tabassait un autre gars dans une soirée juste car il avait maté le décolleté de sa copine. Quel comportement est le plus déplacé ? Regarder un décolleté ou tabasser un mec qui regarder la poitrine de notre copine ? Ou la copine qui montrait son soutien-gorge ? C’est n’importe quoi, ces débats, mais c’est du niveau du débat actuel sur le harcèlement de rue… On voit bien que ça ne mène à rien. Le mieux serait que la meuf puisse se mettre le décolleté qu’elle veut, que l’autre gars puisse jeter un coup d’œil (c’est naturel) et que le petit ami soit content que sa femme plaise. Le tout dans le respect. Mais le problème c’est beaucoup de gens sont guère plus évolués qu’un bonobo.

 

Et à l’étranger ?

La drague est un sport difficile en France (à l’étranger c’est loin d’être partout pareil : il y a beaucoup de pays où les rapports sont décomplexés). Mais le pire c’est que les meufs qui font chier comme ça sont souvent mauvaises au lit. Donc on se casse la tête, pour qu’elles prennent dix fois plus de plaisir que nous. Bref…

On est dans un pays qui a une mentalité machiste depuis fort longtemps. Les femmes y ont été victimes d’énormément de violence. Elles ne veulent plus en subir, je le comprends, mais je ne pense pas qu’elles doivent se venger sur nous. Leur moyen actuel de lutter contre la violence, c’est de déviriliser l’homme. Or, ce qui les attire chez les hommes, c’est bien leur virilité. Donc paradoxe.

Elles ont voulu la liberté sexuelle depuis mai 68, à raison d’ailleurs. Cette libération a entraîné une forte volonté d’indépendance. Pour sentir qu’elles sont belles, elles ont besoin des hommes (comme nous avons besoin des femmes – voir la pyramide des besoins de Maslow). Donc, elles en dépendent malgré tout. Deuxième paradoxe. Sauf que la société actuelle leur impose d’avoir une apparence irréprochable. Ce qui entraîne énormément de frustration des deux côtés. Au lieu de l’évacuer dans des orgasmes, ça s’évacue dans de la haine…

J’avais vu un film où les deux protagonistes draguaient toute la journée dans la rue et ne se prenaient que des râteaux méchants. Le soir, pour se défouler, ils tabassaient un clochard qui leur avait mal parlé. On peut donc en déduire que cette violence que les femmes reprochent aux hommes, elles l’alimentent un peu en étant odieuses (même si ça n’excuse rien tout comme un compliment maladroit ne justifierait pas une femme qui frapperait un homme).

Y’a un gros problème aussi en France qui est que quand on est agressé, on n’est une victime que si on ne se défend pas. Car, si on se défend et qu’on fait mal à notre agresseur, il peut porter plainte. C’est débile !!! Mais c’est un peu la même logique détraquée qu’avec cette histoire de guéguerre « féministes contre machos ». C’est un scénario perdant-perdant. A qui profite le crime ?

A l’étranger, ça ne se passe pas du tout comme ça. Dans les pays de l’Est, en Suède, en Australie : tout est différent. Parfois même, les femmes viennent demander un coup de bite sans complexe. Et pourtant les mecs ne se sentent pas comme des objets. Je dirais que l’organisation de notre société est à l’origine des problèmes hommes/femmes (voir la merde qu’est la justice parfois). Est-ce pour autant une raison de quitter le pays ? Je ne pense pas, battons-nous plutôt ! Changeons les choses pour le meilleur avant qu’il ne soit trop tard (démographie en baisse) ! Mais tous ensemble… pas que les mecs ou que les filles. C’est un combat commun, nous sommes dans le même bateau, un seul chromosome nous différencie. Par contre, c’est un peu le même délire aux Etats-Unis et dans les pays comme ça…

 

Quels conseils et conclusions en tirer ?

Le premier conseil que donnent les féministes : si vous n’aborderiez pas un homme hétéro d’une certaine façon, n’abordez pas non plus une femme de cette façon. Le second : elles conseillent à certains de faire un compliment et de se barrer sans n’attendre aucun retour.

Clairement, ce sont des idées de merde inutiles. Par contre, voici ce que j’en pense : il ne faut pas juste surmonter sa timidité mais être attentif au ressenti d’autrui. Ce n’est pas parce qu’on a osé approcher une femme qu’elle nous doit quelques chose.

Restez viril même si la société vous dit « sois frustré et tais toi ! Surtout n’essaie pas de sortir du troupeau, accepte ton sort et ferme ta gueule! » Continuez votre démarche de développement personnel et ne faites jamais de saloperie comme agresser ou violer une femme (même si on vous a convaincu que le fantasme du viol existe : ce n’est pas un bon délire et surtout jamais avec une inconnue avec qui vous n’en avez jamais parlé avant… votre croyance devrait être que personne ne cherche à se faire violer).

Ayez des valeurs fortes et gardez-les ! Petit à petit, le game vous aidera à renverser le rapport de force et à ce que ce soient les femmes qui soient demandeuses de votre queue. Continuez d’approcher lorsque vous avez eu un eye contact clair ! Faites de votre mieux pour ne pas leur faire peur (ceci dit si elles ont peur de tout, vous n’y pouvez rien).

Cependant, si vous passez votre vie à ne vouloir surtout jamais contrarier personne, vous ne ferez rien. Après, c’est une question de choix.

En résumé je dirais qu’elles ont raison de se plaindre quand des types posent la main sur elles alors qu’elles ne sont pas d’accord. Elles ont raison de se plaindre lorsqu’elles sont traitées de pute juste parce qu’elles ne sont pas intéressées. Elles ont raison lorsqu’elles ont peur de se faire suivre jusque chez elles par des gens qui n’y ont pas été invités. Mais il ne faudrait pas non plus voir le mal partout. Pour ma part, je vous conseille de draguer de façon un peu classe et originale mais de vous retirer dès que vous ne rencontrez pas d’enthousiasme (ça peut ne durer que 2 secondes). Après, si elles feignent de ne pas être contentes alors qu’elles aimeraient être baisées : c’est leur problème. Le plus important est de surtout ne pas vous attirer d’ennuis de cet ordre (harcèlement, viol). Aucun doute ne doit jamais planer ! Leur mentalité devrait changer aussi car y’en a beaucoup qui m’ont remercié d’avoir un peu insisté et m’ont dit avoir été très contentes de me rencontrer en fait même si elles ont été froides au début et qu’elles ne regrettent pas surtout qu’elles ont joui comme des fofolles. Ce serait effectivement mieux si blanc voulait dire blanc et non pas gris. Et si noir voulait dire noir et non pas blanc chez certaines et noir chez d’autres.

Les féministes m’insulteront-elles dans les commentaires ou bien comprendront-elles que je suis autant du côté des femmes que des hommes ?

J’espère avoir fait avancer un peu le débat et apporté des éclairages nouveaux à mes lecteurs/lectrices.

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

10 réponses à “Que penser du débat actuel sur le harcèlement de rue ?

  1. Dis moi fab peut on devenir aussi bon en seduction comme toi même quand on est noir?

  2. Bonjour je tiens à te féliciter pour ton travail qui si on ne s’y intéresse pas un minimum et j’entends par là qu’il n’y a aucune réflexion peut-être mal interprété.
    Pour ma part je le trouve très profond et tu réponds à pas mal d’idées reçues et de croyances de notre société qui bloquent pas mal de personnes dans leurs visons des relations hommes femmes.
    Si on ne s’arrête qu’à certains termes volontairement provocateurs que tu utilise cela peut offusquer même si je pense que ce serait un peu surfait.
    Tu as u sens aiguisé de l’humour combiné à un esprit très fin d’analyse chapeau bas pour ton travail je le délecte de te lire lors de tes nouveaux articles et apprecie chacun d’entre eux encore bravo à toi j’espère que nous pourrons nous rencontrer un de ces jours afin de parler de tout ça je te souhaite une excellente soirée.

  3. Pourquoi serais-tu moins bon parce que tu es noir ? :) ça se joue beaucoup dans la tête

  4. Aujourd’hui le féminisme n’a plus aucun sens, il n’a aucun combat digne de ce nom à mener, c’est juste un ramassis de conneries, un truc de gouine frustrée ou de mal baisée.

  5. Article très interessant Fab,tu as fait le tour de la question de manière lucide et réaliste.

  6. Bonjour Fab,

    Je suis tombée sur ton article et je n’ai pas le même point de vue que toi sur bien des choses. Apparemment, je suis aussi la première femme à commenter ici.

    Je ne dis rien sur un ton haineux, et désolée d’avance pour le pavé, ou plutôt le roman ! J’espère que tu prendras le temps de me lire et que voir ce qu’une femme a pu penser en lisant ton article t’apportera quelque chose au niveau personnel (sans dire que tu en as besoin), à toi et à ceux qui auront l’envie de me lire…

    En lisant ton article, je n’ai pas pu penser que tu parlais d’hommes et de femmes, mais bien de dragueurs de ta « communauté » (comme tu y fais souvent référence) et de salopes (à part à quelques endroits). Evidemment, les comportements dont tu parles existent, mais toutes les femmes ne prennent pas un malin plaisir à rabaisser ceux qui les abordent. Et si certaines sont distantes même si elles se font aborder poliment, c’est (pour l’avoir vécu) que parfois ça commence gentiment et après ça part mal, on ne sait pas à quoi s’attendre… ou bien c’est qu’elles n’ont tout simplement pas envie de se faire draguer et c’est une façon de le signaler sans avoir à s’engager dans une conversation qui peut devenir trop insistante voire injuriante (là encore, on ne peut pas deviner). Certaines aiment ça, mais d’autres n’en ont pas besoin, et moi je ne vois pas en quoi ça serait cool de faire croire des choses à un type pour le jeter au bout de cinq minutes (c’est comme ça que je le ressens et je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde). De plus, si quelqu’un comme toi me séduisais, et que je découvrais assez vite que ce n’est que pour « le game » ou pour coucher, je serais furieuse et c’est plutôt à ce moment-là que je me sentirais comme un morceau de viande, mais ça dépend de ce que l’on cherche, je comprends que ça plaise à certains.

    Une autre chose qui m’a dérangé est que tu dis te mettre du point de vue des femmes et les respecter. Pour le respect, c’est une question de point de vue (apparemment tu n’insistes pas, etc… Mais pour moi enchaîner les conquêtes ce n’est pas les respecter, enfin…). Pour ce qui est de se mettre dans leur perspective, je ne trouve pas que tu le fais, tu dis plutôt « elles pensent ça, elles font ça, elles aiment ça, elles attendent ça », mais cela tient plus du fantasme ou ne concerne qu’une partie des femmes. On a l’impression que « les femmes » forment un bloc uni, (quasi-)homogène, alors que je le redis, en te lisant, je vois beaucoup plus des salopes que des femmes.

    Quant aux féministes, évidemment certaines exagèrent. Mais ce que je vois en lisant certains hommes, c’est que de leur côté, ils minimisent les faits. Par exemple « Ouais arrêtez les filles, moi quand je rentre le soir je peux me faire racketter, c’est pareil ». Justement, non, ce n’est pas pareil ; nous aussi pouvons nous faire racketter, et en plus nous faire harceler ou pire. Et je pense qu’un homme a beaucoup de mal à se mettre à la place d’une femme pour ça. De plus, on n’a jamais nié que vous risquez aussi de vous faire voler ou autre, on parle d’un autre problème, c’est tout. Et par rapport aux statistiques de viols… N’empêche qu’il reste 20% de viols par des inconnus, que c’est bien réel et qu’on n’a pas de détecteurs pour savoir dans quelle catégorie on est…

    Bien sûr, ce n’est pas toujours dangereux, le harcèlement : en pleine rue, devant tout le monde, avec un type qui n’a pas l’air bourré ou violent, ce n’est pas la même chose que seule dans une ruelle quand tu dois passer devant un type ou un groupe qui te mate depuis le début de la rue. Mais ce n’est jamais agréable et oui, si c’est des types musclés/violents qui m’interpellent, je préfère faire comme si de rien n’était, parce que franchement, je vais leur dire quoi ? Et si je les énerve en leur parlant, qu’est-ce qu’ils vont faire ? Et qu’est-ce que je ferai avec ma cinquantaine de kilos et pas de muscles ? Même si on connaît quelques trucs de self-défense, ce n’est pas gagné d’avance si la situation dégénère.

    Pour revenir aux féministes, certes leurs propos sont parfois (souvent ?) maladroits. Mais quand elles parlent de « regard insistant », je vois tout à fait de quoi il peut s’agir et je pense que l’on a simplement pas la même notion de « regard insistant ». Bien sûr qu’il y a une différence entre un jeu de regards et le regard-de-haut-en-bas-et-bas-en-haut-du-type-qui-roule-des-yeux-en-bavant-presque, alors que souvent ce type a… 20, 30, 40 ans de plus que toi ? Berk. Non, ça met très mal à l’aise de voir le genre de pensées que peut avoir ce type.

    Pour faire court, j’ai l’impression que tu te mets beaucoup de ton point de vue de « gentil dragueur » sans voir que le harcèlement dont on parle le plus vient des « gros dégueulasses qui se croient irrésistibles ou tout permis ». Par exemple :
    « Leur croyance est que 90% des mecs ont juste envie de draguer ou de baiser et que 95% d’entre eux suivraient la fille jusque chez elle si jamais elle avait le malheur de répondre poliment. Le game peut aider les mecs à toucher des femmes et donc à ne plus être des morts de faim, ce qui rend moins agressif. De plus, on ne stalk pas dans la communauté, on évite les comportements weird. »
    Oui, mais n’empêche qu’il n’y a pas que des hommes comme dans ta « communauté », et que effectivement certains te suivent ou ont juste envie de baiser…
    Mais il y a aussi des hommes qui peuvent se faire rejeter parce que la fille a l’impression que ce sont de gros dégueulasses sous de faux airs de gentleman ou autre. Ou des hommes qui se font rejeter par des salopes que ça amuse.

    Et non, ça ne fait pas forcément plaisir. Même les « gentils » que j’ai pu croiser, qui se sont contentés de dire à leur pote « Eh elle est trop mignonne ! Oh tu trouves pas ? », ben j’ai pas besoin de leur avis de semi-racaille pour me sentir belle ou pas. Ni d’un « Putain elle est bonne » même quand je me balade avec un ami. Ni d’une approche plus respectueuse, même si dans ce cas, je n’en voudrais pas le moins du monde à un homme d’avoir simplement tenté sa chance, même si j’ai pu être distante en me méfiant.

    Et non, les femmes ne doivent pas se rendre plus dispos pour éviter de frustrer les hommes. Pas besoin d’être méprisante, oui, mais s’engager dans une conversation même si c’est pour dire « Non merci », c’est souvent se coltiner ce type insistant dont tu ne veux rien savoir, mais qui parce que tu as ouvert la bouche, ne veut plus te lâcher. Il y a ce risque, bien sûr tous les hommes ne sont pas comme ça, mais je comprends les filles qui ne répondent jamais. Quant à celles qui veulent se faire désirer, c’est tant pis pour elles si elles ne montrent pas leurs intentions, comme tu le dis.

    Et oui, je pense aussi que certaines filles s’inventent des harceleurs en masse pour se faire mousser… Si des filles se font interpeller absolument tous les jours, c’est bizarre quand même. Possible, mais bizarre. Par contre, plusieurs fois par semaine c’est tout à fait crédible. Le harcèlement n’a pas besoin d’être menaçant pour être réel, et si un type insulte une fille dans la rue, comment savoir si c’est pour une embrouille ou parce qu’elle lui a fait comprendre qu’elle n’était pas intéressée ? Un autre exemple où, a priori, la fille ne risque rien mais où c’est quand même très désagréable pour elle : je rentre tranquillement chez moi, quand une voiture arrive derrière moi. Je l’entends beaucoup ralentir (pour mieux regarder mes fesses) et ré-accélérer dès qu’elle m’a dépassé. Ca peut paraître exagéré, mais vu le nombre de fois où ça arrive, les filles qui en parlent et que ça n’arrive pas aux garçons à ce que je sache… C’est pas une coïncidence. Je n’ai jamais eu peur dans ces cas-là, mais ça ne m’a pas plu, franchement (il n’aurait pas envie de regarder les fesses d’une femme qui ne l’attire pas et, je pense, n’aimerait pas qu’elle regarde les siennes. Alors, si lui-même risque de ne pas m’attirer, d’où il croit que ça peut me faire plaisir qu’il regarde les miennes ? Il pourrait être discret au moins, je fais pas le trottoir quoi).

    Et non, les femmes ne doivent pas se rendre plus dispos pour éviter de frustrer les hommes. Pas besoin d’être méprisante, oui, mais s’engager dans une conversation même si c’est pour dire « Non merci », c’est souvent se coltiner ce type insistant dont tu ne veux rien savoir, mais qui parce que tu as ouvert la bouche, ne veut plus te lâcher. Il y a ce risque, bien sûr tous les hommes ne sont pas comme ça, mais je comprends les filles qui ne répondent jamais. Quant à celles qui veulent se faire désirer, c’est tant pis pour elles si elles ne montrent pas leurs intentions, comme tu le dis.

    Et oui, je pense aussi que certaines filles s’inventent des harceleurs en masse pour se faire mousser… Si des filles se font interpeller absolument tous les jours, c’est bizarre quand même. Possible, mais bizarre. Par contre, plusieurs fois par semaine c’est tout à fait crédible. Le harcèlement n’a pas besoin d’être menaçant pour être réel, et si un type insulte une fille dans la rue, comment savoir si c’est pour une embrouille ou parce qu’elle lui a fait comprendre qu’elle n’était pas intéressée ? Un autre exemple où, a priori, la fille ne risque rien mais où c’est quand même très désagréable pour elle : je rentre tranquillement chez moi, quand une voiture arrive derrière moi. Je l’entends beaucoup ralentir (pour mieux regarder mes fesses) et ré-accélérer dès qu’elle m’a dépassé. Ca peut paraître exagéré, mais vu le nombre de fois où ça arrive, les filles qui en parlent et que ça n’arrive pas aux garçons à ce que je sache… C’est pas une coïncidence. Je n’ai jamais eu peur dans ces cas-là, mais ça ne m’a pas plu, franchement (il n’aurait pas envie de regarder les fesses d’une femme qui ne l’attire pas et, je pense, n’aimerait pas qu’elle regarde les siennes. Alors, si lui-même risque de ne pas m’attirer, d’où il croit que ça peut me faire plaisir qu’il regarde les miennes ? Il pourrait être discret au moins, je fais pas le trottoir quoi).

    Je connais aussi quelques filles qui ne se sont jamais fait aborder. Tout simplement, c’était des « moins belles » d’après la plupart des gens (enfin pour moi elles n’ont pas à avoir honte de leur apparence). Et pourtant, je me suis fait aborder/interpeller beaucoup de fois et je ne suis pas une bombe, je trouve. Tout comme je m’étonne d’en voir se promener en jupe-mouchoir de poche sans se prendre une remarque (tant mieux pour elles, cela dit).

    Et non, la tenue ne devrait rien y faire, mais bien sûr que ça m’est arrivé de me dire « Et si je mettais ces talons aujourd’hui ? Ah, mais non, ce soir je rentre seule » ou d’éviter certaines rues.

    Ton idée de bracelet de couleur n’est pas si mauvaise ^^, enfin dans un monde idéal… C’est sûr que ça simplifierait les choses.

    Par rapport à l’égalité totale : ce que tu dis est vrai, je suis tout à fait d’accord, mais j’aimerais bien qu’on supprime aussi tout ce qui nous est défavorable. Je connais des femmes qui disent que les femmes ont globalement perdu à aller travailler. C’est vrai pour celles qui continuent à faire toutes les tâches ménagères en plus de leur boulot. Et la « taxe rose » (produits « spécial fille » mais aussi serviettes hygiéniques,…) existe bel et bien. Mais ça fait partie des problèmes sans doute insolvables…

    Enfin, voilà, j’ai déjà dit pas mal de choses. Je trouve ça important de parler « entre sexes » parfois. D’ailleurs je trouve que ton article en montre plus sur le point de vue des hommes que celui des femmes ! Enfin ce que j’aimerais le plus connaître, c’est la pensée de ces gros dégueulasses ou semi-racailles, justement ! Pourquoi ne pas en parler si tu en connais d’une manière ou d’une autre…

  7. Salut !

    Alors :

    1/ « De plus, si quelqu’un comme toi me séduisais, et que je découvrais assez vite que ce n’est que pour « le game » ou pour coucher, je serais furieuse et c’est plutôt à ce moment-là que je me sentirais comme un morceau de viande » : ce n’est pas faux ce que tu dis, ce qu’il y a c’est que je suis clair depuis le début sur mes intentions. Et ce qui me gène c’est le QUE. Je ne séduis pas QUE, je séduis et puis je vois où ça mène. Mais on ne va pas se priver de quelques orgasmes sous prétexte que la relation ne deviendra pas hyper sérieuse. C’est mon point de vue, Lise. Cet argument ne tient pas puisque la fille est au courant, on ne lui manque pas de respect.

    2/ Chacun voit midi à sa porte, tu sais, il y a beaucoup plus de femmes qui se comportent comme ça. Mais on voit souvent la réalité déformée par notre filtre. Donc ce n’est probablement pas ton cas ni celui de tes copines mais ça ne veut pas dire que c’est pas répandu.

    3/ « Pour faire court, j’ai l’impression que tu te mets beaucoup de ton point de vue de « gentil dragueur » sans voir que le harcèlement dont on parle le plus vient des « gros dégueulasses qui se croient irrésistibles ou tout permis » » : ben oui, c’est le but. Sauf que les féministes insultent les PUA et tout sans même savoir de quoi elles parlent. Alors qu’avec un peu d’éducation à ce niveau là, les mecs se démerderaient mieux pour draguer. Moins de frustration, donc moins de problèmes. Donc elles feraient mieux de propager ce message, on a tous à y gagner.

    4/ « Ni d’une approche plus respectueuse, même si dans ce cas, je n’en voudrais pas le moins du monde à un homme d’avoir simplement tenté sa chance, même si j’ai pu être distante en me méfiant. » : ok mais j’ai l’impression que tu es tellement méfiante et tout que ça doit être pénible. La vie c’est un peu lâcher prise aussi, sinon on devient fou, non ?

    5/ « c’est souvent se coltiner ce type insistant dont tu ne veux rien savoir, mais qui parce que tu as ouvert la bouche, ne veut plus te lâcher. Il y a ce risque, bien sûr tous les hommes ne sont pas comme ça, mais je comprends les filles qui ne répondent jamais. Quant à celles qui veulent se faire désirer, c’est tant pis pour elles si elles ne montrent pas leurs intentions, comme tu le dis. » Ben ce sont des morts de faim, c’est tout, pas des dragueurs PUA.

    6/ « Un autre exemple où, a priori, la fille ne risque rien mais où c’est quand même très désagréable pour elle : je rentre tranquillement chez moi, quand une voiture arrive derrière moi. Je l’entends beaucoup ralentir (pour mieux regarder mes fesses) et ré-accélérer dès qu’elle m’a dépassé. Ca peut paraître exagéré, mais vu le nombre de fois où ça arrive, les filles qui en parlent et que ça n’arrive pas aux garçons à ce que je sache… C’est pas une coïncidence. Je n’ai jamais eu peur dans ces cas-là, mais ça ne m’a pas plu, franchement (il n’aurait pas envie de regarder les fesses d’une femme qui ne l’attire pas et, je pense, n’aimerait pas qu’elle regarde les siennes. Alors, si lui-même risque de ne pas m’attirer, d’où il croit que ça peut me faire plaisir qu’il regarde les miennes ? Il pourrait être discret au moins, je fais pas le trottoir quoi). » OK mais ça ne répond pas à l’article. Tu décris encore et toujours un comportement de mort de faim un peu beauf. Et on en revient à un problème d’éducation vis-à-vis de l’autre sexe.

    7/ « Je connais aussi quelques filles qui ne se sont jamais fait aborder. Tout simplement, c’était des « moins belles » d’après la plupart des gens (enfin pour moi elles n’ont pas à avoir honte de leur apparence). Et pourtant, je me suis fait aborder/interpeller beaucoup de fois et je ne suis pas une bombe, je trouve. Tout comme je m’étonne d’en voir se promener en jupe-mouchoir de poche sans se prendre une remarque (tant mieux pour elles, cela dit). » C’est quoi ces remarques sexistes, là ???

    Merci pour ton com’s !

  8. Hey… Je ne venais pas te critiquer, j’ai juste essayé de donner mon point de vue posément, par rapport à ce que je peux voir et vivre. Et chacun ses goûts et pratiques, c’est bien pour ça que je l’ai indiqué à plusieurs reprises ! Quant à ton mode de séduction, ce n’était pas pour te vexer, je ne peux pas en juger, logiquement, c’est simplement l’impression que j’en ai là. Et bien sûr qu’il y a plein de salopes, je n’ai pas dit le contraire, mais pas mal de filles bien aussi.

    Ce que je voulais dire surtout, c’est que je m’attendais, d’après le titre, à lire quelque chose sur le harcèlement de rue, pas sur la façon dont les gens comme toi peuvent ressentir / comprendre ça par rapport au comportement des femmes (qui les confondent avec toi par exemple). Mon but c’était aussi de parler du « vrai » harcèlement de rue, et de donner des exemples qui pourraient aider certains à comprendre le comportement de certaines femmes (sans dire qu’ils doivent faire les petits toutous hein). Je ne dis pas que c’est ton cas, mais ça peut aussi entretenir un flou chez certains, je pense.

    Et pour la jupe-mouchoir de poche, pas de sexisme, je pense à un minimum de décence en public (comme tu en parles toi-même, je crois) ;) C’est pareil que ceux qui se baladent torse nu en pleine ville (enfin, ce n’est que mon point de vue)

  9. bonjour !
    tout dabord je suis desoler pour l’orthographe je n’est jamais eté bonne et je suis un cas desperer pour cela loool alor pour ceux qui veulent me faire la dictée bin fatiguer vous tout seul je ne suis pas la pour sa mais je pence que si ont me comprent bin ont peut ariver a secrire .(et si vous voulez me meprisez pour cecie fete comme bon vous semble)
    alor pour en revenir a nos moutons fab ton article est interessent cela dit comme dit lise tu a un point de vue masculin et je pence que il pourais etre bien ton article mais il fodrai un point de vue des deux sex et ont voie bien car tu a tendance a dire que se n’est pas vrai certeine chose comme:
    Partant de ce postulat, la conclusion serait la suivante : si on vient leur parler dans la rue, on les fait chier, alors n’abordons plus. Mais on est en droit de se demander si c’est vrai ou si certaines sont bien contentes au fond d’avoir des mecs à envoyer bouler car ça flatte leur égo.

    En fait, il faudrait aussi se mettre d’accord sur ce dont on parle : se font-elles aborder fréquemment ou se font-elles harceler fréquemment ? Ce n’est pas du tout la même chose. Je suis un peu étonné de n’avoir jamais observé un phénomène de harcèlement menaçant si c’est si fréquent que ça.
    alor moi personnelement c’est pas tout les jour mais je peut te dire et malheureusement je vé pas me balader avec une camera en permanence pour te le demontrer que c’est une realité moi personnelment sa m’arive au moin 4 a 6 foi par semaine des wech tes bonne repond sale pute les siflement les claxon pour les claxon ( c’est o moin 2 a 3 foi par jour parfoi )
    alor parcontre quand un mec m’aborde tranquilement gentillement je ne suis pas contre et c’est flateur meme mai je ne le rembalerais pas comme beaucoup de fille fon et sa je l’avoue c’est une realité aussi mai parfoi il m’arive aussi de pas etre d’humeur quand j’ai passer une journée a me faire soi disant draguer par de gros lourd et quand c’est quelqun de simpas bin je lui dit gentilment je suis deja prise et je suis fidel et tu sé aussi je suis aussi consciente qu’il y a des celibataire ( un peut salope a mon gout pour accepter se genre d’avance) a qui sa peut plaire d’avoir un mec qui te drague tout en sachant que c’est un serial dragueur il en fau pour tout le monde mais voila se que je veut dit pas a tout vas que se n’est pas vrai si sa existe c’st une realité et parfoi jaimerai qu’ont puisse changer de sex d’un coup de baguette magique pour que vous puissiez vous en rendre conte

  10. et o faite aussi sa se que je pence sur les serial dragueur tu sé un vrai mec c’est pas a celui qui en a le plus dans son tableaul de chasse a en seduire plusieur le vrai mec c’est celui qui arive a seduire plusieur foi la meme femme il existe des filles facile mais il existe des mec facile aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*