C’est cool d’avoir un rancard pour la Saint Valentin plutôt qu’une meuf

C’est cool d’avoir un rancard pour la Saint Valentin plutôt qu’une meuf

Je raconte un premier rendez-vous pour la Saint-Valentin

Ce Field report est lié à celui du 16 février 2013.

Le 15 février 2012,

C’est plutôt cool d’avoir un rancard pour la Saint Valentin (pour une fois que je fais les choses dans l’ordre avec une meuf, hallelujah) plutôt qu’une nana. Je vais écrire cette histoire en écoutant la chanson d’Orelsan en boucle alors ne vous étonnez pas si je pars en couilles ou si je suis particulièrement grossier. Je la dédie à mon chat qui a préféré chier dans le lavabo plutôt que dans sa litière. En plus, il me regardait ce matin pendant que je prenais ma douche avec un regard entre le pervers et l’intrigué : il ne voyait pas bien l’intérêt de se mouiller. Qu’il est mignon !

Samedi dernier, n’ayant rien de spécial à faire, Hafid, Arnaud et moi sommes allés à un apéro chez une copine puis on a décidé de sortir dans un pub. Nous sommes arrivés frais comme des gardons sur la piste de danse (après s’être enfilé 3 bouteilles de vodka à trois, dont 2 à moi tout seul). Là, une nana s’est pointée : grande, cheveux châtains, bouclés avec des lunettes. Cette binoclarde mignonne m’a tendu son verre de champagne ! Ni une ni deux, je l’ai remerciée en la smackant. C’est un peu mon trip du moment : j’embrasse les nanas qui s’approchent un peu trop près et je vois ce qui se passe. Elle s’éloigna puis revint, alors je l’embrassai encore mais cette fois-ci nos bouches firent plus ample connaissance! Bien que j’adore m’étendre sur les détails (et sur les filles), j’ai décidé de vous faire grâce des deux heures qui suivirent pendant lesquelles je ne fis rien d’autre que de lécher sa langue et d’imiter M.Merdocu des Robins des Bois. Faut vraiment que j’arrête de regarder des sketchs à la con avant de sortir. J’eus d’ailleurs droit à une remarque à ce propos (dont je suis très fier) : « Tu veux pas essayer d’être un peu charmant ? » NON !

Vous savez ce qu’on dit… Femme à lunettes…femme à trottinette, bicyclette, nuisette, chemisette, oreillette, noisette, chaussette, casquette, blanquette, baguette, braguette et tant d’autres… J’ai finalement décidé d’abandonner ma proie et d’aller en boîte avec mon pote qui s’emmerdait. Là, j’aperçus une nana avec qui je communique sur Facebook et Skype depuis un moment. Je la vis, elle me vit et me lança une question engageante : « Ah salut, qu’est-ce que tu fais là ?
– Je suis venu exprès pour toi ». On parla un peu en dansant collé-serré, elle dansait bougrement bien et moi j’étais déchiré alors j’en ai profité pour l’inviter à ma soirée d’anniversaire : « Tu viens à ma soirée piscine ?
– Je sais pas, ça dépend.
– De quoi ? De si j’embrasse bien ? » Après cette transition mémorable et selon la loi kimarangebien « qui ne dit mot consent » je lui ai roulé une pelle. Puis deux. Puis nous passâmes la nuit (jusqu’à la fermeture du club) à nous tripoter. Je lui proposai alors d’aller chez moi mais elle ne voulut pas… J’ai kiffé sa franchise « A quoi ça va servir ? Tu vas me sauter, ça va être nul ou au mieux on sera en couple deux semaines. » Face à une argumentation de ce calibre (encore plus grosse que le mien), je pris son numéro et lui glissai quand même un doigt avant de la laisser, pour la route.

(Message subliminable subliminal : ce texte est fantastique !)

Après un dimanche passé à somnoler, je lui envoyai un texto « Si je t’invite en rancard pour la St Valentin, ça va pas faire bizarre ? » Je savais pertinemment que si elle venait, on allait le faire. « Ben heu, je ne sais pas, non pourquoi ? » L’affaire fut donc dans le sac.

Je l’ai invitée dans un bar-restaurant sympa, on a commandé une bouteille de rosé, vers 23h, nous fûmes joyeux et je sentais sa jambe caresser la mienne avec insistance. Je tentai alors un coup de maître : « Tu viens chez moi voir un film ? » Signal international pour du sexe. Elle acquiesça. Dans l’ascenseur, je fis mine de l’embrasser puis me retirai au dernier moment. Devant son air ébahi, je conclus que j’étais génial. Je l’ai finalement embrassée, strictement aucune résistance. On est allés directement dans ma chambre. Je l’ai plaquée contre le mur, ai viré le chat du lit, on s’est chauffés un peu puis on s’est déshabillés. Je l’ai férocement jetée sur le matelas puis ai fait mine de descendre lui faire un cunni mais elle m’a dit qu’elle n’aimait pas ça. Tant mieux, de toute façon ma langue était fatiguée de toutes les galoches que j’avais roulées ces derniers temps. Je me suis laissé prendre en bouche pour être encore plus dur puis j’ai attrapé une capote sous mon lit et l’ai pénétrée.

Je lisais son envie dans son regard : on ne pensait chacun qu’à être dans l’autre, tout simplement. Mon sexe frottait le sien sans y entrer. Elle m’a finalement laissé entrer en elle avec ma langue puis avec mes doigts et m’a supplié de la prendre. J’y suis d’abord allé doucement puis j’ai essayé de trouver le rythme qui lui ferait perdre la tête. A un moment, elle a voulu prendre les rênes et monter sur moi alors je caressais ses tétons avec mes mains et les ai embrassés tout en étant en elle tandis que mon pubis frottait le sien pendant les va-et-vient. Ça m’a montré à quel rythme et intensité elle me voulait. Je la faisais frémir de plaisir puis ce plaisir s’intensifiait par vagues de plus en plus puissantes qui envahirent tout son corps. C’est plus tard en cuillère/levrette qu’elle me sentit le mieux, le plus en elle. C’est d’ailleurs dans cette position qu’elle est venue… deux fois. J’adore ce langage des corps, parce qu’il ne peut pas mentir, il est bien plus explicite, intense et pénétrant. Mes mains sur ses fesses, j’appréciais le contact de sa peau nue contre la mienne, chaude. Le lendemain matin, lorsqu’elle a ouvert les yeux, j’étais déjà en train de lui faire l’amour alors elle m’a embrassé tendrement. Le réveil coquin est vraiment une expérience hors du temps. Par contre, j’ai tenu trop longtemps (ça arrive putain quand je me retiens trop) du coup elle a tenté de simuler pour m’exciter davantage… J’ai pas trop apprécié la feinte du coup j’ai simulé aussi puis ai éclaté de rire. C’était sympa, je la rappellerai.

J’apprécie à leur juste valeur les filles qui sont 100% vaginales, c’est reposant pour l’orgie buccale. Je lui ai fait cadeau de trois orgasmes : la tête qu’elle fait quand elle jouit est marrante alors pourquoi se priver ? Quand j’y pense, heureusement qu’elle n’a pas voulu voir un film en fin de compte, parce que je n’ai pas pu trop télécharger ces derniers temps et je n’avais pas envie de me retaper un truc que j’aurais déjà vu en lui caressant mollement le bras comme un puceau… Nous n’avons pas été hypocrites sur ce coup-là, ni elle ni moi et ça, ça fait plaisir de la part d’une femme.

Rendez-vous compte, elle m’a épargné la feinte de la résistance de dernière minute ! Pour la récompenser, je l’ai laissée dormir chez moi : je ne propose pas ça à tout le monde ! Et j’ai bien fait, car au réveil elle m’a fait lire le texto que lui avait envoyé un prétendant qu’elle qualifie de « relou », il parait qu’il lui écrit tous les matins vers 7 heures, sauf le dimanche, bien qu’elle ne lui réponde quasiment jamais (quand elle le fait, c’est pour l’envoyer chier) : « Bisouilles dami du pti matin la meilleure, quas tu prévue dfun ce week end ? Moi après lboulot, jvais faire developper des photos, pti tour chez ltatoueur pi chez alinéa… tout plein de calines la chatain de cœur. »

Si vous pensez qu’en envoyant ce genre de texto, il est possible de lever une fille géniale, je vous demande d’aller reprendre la lecture de mon livre sur l’autoroute. Merci à elle, et merci à lui d’être aussi naze ! Sans rancune, mec.

Big bisou (comme dirait Carlos) ! Que le Dieu du Game soit avec vous !

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

3 thoughts to “C’est cool d’avoir un rancard pour la Saint Valentin plutôt qu’une meuf”

  1. Cool post. Je confirme qu’inviter une fille a voir un film est un signal international pour du sexe. Ca se fait aussi en Chine.

    Le SMS du mec il est authentique ou c’est toi qui fait une carricature ? Si un gars envoie un SMS comme ca a une fille le message c’est plutot “tu me plais pas mais t’es ma pote et la tout de suite je m’ennuyais” = t’es friendzonee mise au frigo.

  2. Le SMS du relou, juste énorme ! Le genre de mec qui n’arrive pas à chopper du coup il renvoi 40 sms aux filles qu’il connait en espérant qu’une d’elles craquera… Pitoyable!

  3. Hello Bru & Clem ! Je me suis fait transférer le texto à l’époque pour l’avoir en version originale tellement j’ai trouvé ça énorme MDR !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*