Game & Psychologie évolutionniste (Evopsy)

Game & Evopsy

Tout ce que l’on a dit jusqu’à présent implique comme conséquence que ce qui séduit toute femme « 100% femme » est déterminé par sa génétique.

Le game s’est donc appliqué à comprendre tout ça et à se servir de la psychologie évolutionniste pour nous apprendre à actionner les leviers qui font réagir les femmes « programmées » en tant que femmes.

Cependant, comme on l’a vu, certaines rechercheront des caractéristiques féminines chez des hommes. Tout comme certains mecs seront rassurés par des caractéristiques viriles chez une femme. La psychologie et le placement sur l’échelle allant de « 100% femme » à « 100% homme » apporteront des nuances individuelles à notre analyse. Mais, en moyenne, les hommes auront plus de succès en adoptant un comportement plutôt viril et les femmes en adoptant un comportement féminin. Ça paraît logique mais beaucoup de gens ne l’ont pas encore intégré (ou l’ont oublié à force de « féminisme ») !

En résumé, d’après l’Evopsy, les femmes sont génétiquement programmées pour chercher des hommes qui ont les meilleurs gènes possibles et qui peuvent assurer la survie de leur progéniture (force, ressources…) Quant aux hommes, ils recherchent des femmes qui proposent un bon CV génétique pour leur descendance (beauté, santé…)

Grâce à une étude de la psychologie évolutive, on peut arriver  à reproduire les attitudes attirantes et à éviter celles qui communiquent que l’on n’est pas un candidat intéressant.

Un homme qui a les bonnes attitudes devient ainsi aussi attirant pour les femmes qu’une fille qui est un pur canon serait attirante pour nous. Elle fait donc le plus rapidement possible le tri entre les « femmelettes », ceux avec qui elle aura une relation purement amicale, et les candidats sérieux pour une relation sexuelle. C’est naturel et ne se contrôle pas! Il est inutile de lui en vouloir pour ça…

Tout comme il est inutile d’en vouloir à un homme qui ne veut pas baiser un gros boudin. Cette nana est peut-être très gentille mais l’évolution s’en fout. Elle est intransigeante, contrairement à ce que le cinéma Hollywoodien aimerait nous faire croire.

Nous avons quasiment tous un potentiel puisque plaire aux filles relève plus de la psychologie que du physique. La culture et la société brouillent leur instinct (vive Walt Disney…) donc les filles ne savent peut-être même pas consciemment ce qui leur plaît vraiment au fond. C’est pour ça qu’il est conseillé de ne pas demander à une copine avec qui c’est platonique ce qu’elle vous conseille pour pécho. Pas plus qu’il n’est conseillé de lire des magazines féminins.

Nous avons déjà listé quelques caractéristiques qui peuvent rendre un individu désirable (il y en a beaucoup d’autres dans la suite du livre). Ceci dit, les personnes de l’autre sexe auront toujours des préférences personnelles hors de notre champ d’influence.

Par exemple, chaque femme a sa propre hiérarchie des qualités qu’elle recherche chez un homme (exemple : position sociale > confiance > beau physique).

Et au sein même de cette hiérarchie, il existe des hiérarchies différentes : le serveur de la boîte hype sera un alpha aux yeux des nighteuses qui donnent de la valeur au clubbing. Il ne sera rien du tout pour la nana qui ne va pas en boîte et qui s’en fout des gens qui picolent en écoutant de l’électro. La droguée kiffera un dealer ou un mec riche qui pourra lui payer sa poudre. La sportive kiffera son moniteur de ski ou son prof de yoga, etc.

La plupart des gens savent dès l’adolescence où ils se placent dans la hiérarchie de la reproduction : il suffit de quelques essais pendant l’adolescence pour savoir se situer et viser ensuite à son niveau. Ça laisse des traces !

Personnellement, je n’avais pas beaucoup de succès quand j’étais jeune et maintenant je me demande toujours comment j’en suis arrivé là. On peut monter dans la hiérarchie de la reproduction mais il faudra se battre (ne prenez pas ça à lettre) : contre soi-même et contre les autres.

C’est ce que l’on appelle la sélection inter-sexuelle, qui correspond aux critères de sélection variables d’une personne à l’autre par rapport au sexe opposé. Un autre exemple : une femme peut donner plus d’importances dans sa sélection à certains attributs comme le leadership, une grande taille, la couleur des yeux, l’impudence… Tandis qu’une autre peut préférer la qualité d’élocution, l’humour… le niveau d’éducation de la fille peut jouer aussi dans la hiérarchisation de ses préférences!

Il y a enfin des questions de point de vue qui entrent en jeu : un homme politique comme Hollande est un dominant à Paris mais s’il se retrouvait perdu dans la jungle, il ne serait rien du tout aux yeux d’une sauvageonne.

J’espère que vous avez mieux compris pourquoi la séduction est un domaine si délicat à étudier (beaucoup de variables), et pourquoi le game fonctionne grâce à la logique des grands nombres (la majorité des Femmes sont programmées pour aimer les Hommes).

Extrait de Evopsy et Séduction

Comment coucher avec une fille en 7 jours ?

Recevez gratuitement ce guide de séduction : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre formation offerte !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *