La dessinatrice qui planait

La dessinatrice qui planait

Les artistes aiment souvent le sexe à fond !

Le 12 décembre 2015,

J’me traîne une petite rhino depuis quelques jours. Ça fait vraiment chier, j’ai la voix cassée et j’ai des glaires… c’est pas très sexy !!! Mais ça ne m’a pas empêché de baiser.

Hier soir, j’étais crevé. Mais une nana qui m’avait flaké la semaine dernière était dispo pour me voir. En fait, elle ne m’avait pas vraiment flaké la semaine dernière : elle voulait qu’on se voit, oui, mais dans un bar sur la Place des Terreaux avant d’aller chez moi ou chez elle. Sur le coup, ça m’a soulé de sortir car il faisait froid alors je suis resté dormir au chaud et lui ai dit qu’on se verrait une autre fois… sans y croire vraiment.

Cette fois, elle est venue directement chez moi. Elle est jolie, brune aux yeux bleus, peau claire, grande, mince (170cm/55kg). C’est plutôt mon genre, du moins, physiquement.

La discussion n’était pas très fluide au début du rencard. D’une, parce que j’étais HS après ma journée de taf. Et de deux, parce qu’elle est assez perturbante : elle parle à 2 à l’heure comme une baba-cool. Elle pose plein de questions comme une petite fille. Elle est vachement curieuse de tout et farfouille partout. Elle n’aime pas être contredite, mais moi je n’aime pas laisser les gens dire des conneries, donc parfois je donnais mon point de vue et ça ne lui plaisait pas. Ancienne dépressive, c’est une adepte du moment présent et de toute cette philosophie (on a plus ou moins lu les mêmes livres), et elle regarde plein de TedX sur Youtube. Bref, elle pense différemment de la masse, et ça, j’apprécie. Mais bon, elle fume et boit de l’alcool aussi… donc ce n’est pas top. Anecdote : elle m’a raconté avoir été tellement bourrée, une fois, qu’elle a foutu un gars dehors de chez elle pour pouvoir vomir tranquille.

On a commencé par boire un verre de rosé, jusque-là tout allait bien. Puis deux, OK, à la limite. Puis, on a fait des jeux de carte et d’alcool comme “le capitaine Blum boit X fois”. J’étais bien torché après : ça faisait longtemps que je n’avais pas bu une demi-bouteille de vin à moi tout seul. Faut croire que, le fait que McBoules ait réussi l’exploit de picoler au point de s’endormir pendant qu’une belle russe lui taillait une pipe, a réveillé en moi de vieilles habitudes.

La conversation est devenue beaucoup plus fluide à partir de ce moment-là. Faut dire que j’ai fait un effort pour trouver un sujet qui l’intéresse : le dessin. C’est une artiste, ce qui justifie le fait qu’elle est perchée. Elle est architecte d’intérieur et dessinatrice à 26 ans. Je lui ai donc proposé de dessiner Léo (mon léopard en peluche qui choppe toutes les filles qui viennent chez moi), ce sacré coquinou. Après s’être fait tirer le portrait, il s’est d’ailleurs jeté sur elle et l’a kiss avec son museau tout sale. Toujours aucune réaction de sa part, ni en bien ni en mal.

Ensuite, on a mis de la musique. Je trouve qu’elle n’a pas trop mauvais goût : elle aime bien les vieilles chansons françaises, les balades anglaises et le rap. Quand on s’est assis sur le lit pour faire une playlist, j’ai commencé à la tripoter. Elle se laissait faire en mode stoïque… ou plutôt, elle était passive. Elle se comportait comme si je n’avais pas la main dans son soutien-gorge, par exemple. C’était rigolo mais quand je me faisais trop entreprenant, elle attrapait ma main et la remettait sur son joli ventre plat, par-dessus son haut, l’air de rien.

A un moment, elle m’a carrément dit “Je ne sais pas encore si j’ai envie de coucher avec toi.” J’sais pas si c’était un test pour me décontenancer ou quoi… mais si c’était ça, ça a bien fonctionné. Cependant, je n’ai rien laissé paraître et ai continué mon petit jeu. Je bandais.

Elle a enfin enlevé ses chaussures pour s’asseoir en tailleur sur mon lit. Je l’ai alors embrassée dans le cou. Elle s’est laissé faire. Puis, elle a dit “Il me faut un peu plus de vin”. Elle a rebu un verre puis je l’ai re-embrassée dans le cou, et sur la bouche. Elle me donnait enfin ses lèvres, mais rien de plus… C’était assez plat comme bisous, d’ailleurs. J’ai donc laissé tombé et ne me suis plus occupé d’elle pendant quelques minutes (j’lui ai fait le coup du frigo !)

C’est alors qu’elle a proposé qu’on s’allonge et qu’on fasse un câlin. J’ai regardé l’heure, il était 2h du mat : elle n’avait plus de métro pour rentrer, alors j’ai dit OK. On était encore tous les deux habillés à ce moment-là. Elle a passé sa main sous mon pull, sur mes pecs, et m’a dit “Tu sens bon, toi”. C’était la première fois qu’elle prenait une initiative !

Puis, elle s’est endormie un moment dans cette position non-sexuelle. True story. J’étais frustré alors je me suis levé pour aller stratégiquement manger une banane. Le mouvement l’a réveillée. Je lui ai donc proposé de dormir chez moi : elle a dit oui. Je suis allé pisser et quand je suis revenu, elle était en sous-vêtements (rouges). Je me suis donc déshabillé aussi, j’ai juste gardé mon boxer, et me suis allongé à côté d’elle. Ou plutôt derrière elle car elle me tournait le dos. Après ses seins, j’ai tripoté sa petite chatte par-dessus son string. Toujours pas de réaction, à part que ça sentait la cyprine, donc…. je suis rentré dedans avec mes doigts. Là, elle a commencé à mouiller vraiment, je l’ai doigtée d’autant plus fort. Elle s’est enfin tournée vers moi, m’a embrassé bouche ouverte avec la langue, a enlevé mon caleçon et m’a branlé.

On est restés comme ça un bon moment à se masturber mutuellement, puis je suis descendu entre ses cuisses et l’ai léchée parce que je ne voulais pas éjaculer trop vite (la situation m’excitait beaucoup). Elle a kiffé que je m’occupe de son plaisir, ses jambes ont tremblé et tout. Pour me remercier, elle m’a fait basculer sur le dos et m’a sucé pour mon plus grand plaisir.

Ça a duré peut-être 5 ou 10 minutes, avec un rythme parfois rapide, parfois lent. Franchement, j’avais envie de lui jouir sur les amygdales, de les lui repeindre… mais putain qu’est-ce que j’avais envie de la pénétrer aussi ! Elle s’est interrompue “Tu as des capotes ?” Je me suis allongé sur elle pour en attraper derrière mon lit mais ce con s’est affaissé (c’est un canapé-lit pas très stable qui me fait le coup de temps en temps). On est tombés de 50cm : ascenseur émotionnel !

Bref, j’ai mis la capote, et l’ai baisée sur le lit branlant. Une seule fois, en missionnaire. Le pire c’est que je n’ai pas tenu très très longtemps… mais j’ai bien joui quand même. Je crois qu’elle aussi, enfin, je l’espère. Avoir fait monter la tension sexuelle avant, douter de si j’allais la niquer ou non, l’alcool aussi peut-être a joué… bref, tout ça m’a donné une bonne décharge électrique dans tout le corps au moment de l’éjaculation !

On s’est endormis en position câlin. Mon guerrier était enfin au repos, avec la sensation du devoir accompli. Ce matin, elle n’avait plus envie de baiser (en ouvrant les volets elle a dit “Bonjour le monde, tu es joli, il faut que j’aille profiter de ma vie”… je vous jure, c’est une schtarbée un peu). Mais moi j’avais la gaule. Alors, pendant qu’elle buvait son café, je me suis branlé à côté d’elle en lui tripotant les seins (après lui avoir toutefois demandé l’autorisation). C’est la première fois que je faisais ça, c’était marrant. Ça allait mieux après !

Les news

Mauvaise nouvelle, j’ai appris qu’un autre de mes potes s’est fait agresser par 5 kékés à Aix, hier soir. Il est allé à l’hosto lui aussi, ça me rappelle de mauvais souvenirs. C’est celui qui était venu à Lyon y’a un mois ou deux… Notre pays part en couilles ou quoi ?!

Sinon, sachez qu’hier, au taf, j’ai fini par péter mon câble. Y’a la nièce du patron, celle qui se prend tellement pour le boss qu’on se demande s’ils ne couchent pas ensemble, qui m’a trop cassé les couilles. En fait, elle m’a usé sur le long terme. Elle espionne tout ce qu’on fait, a réussi à faire démissionner la secrétaire avec qui j’aimais bien flirter en lui faisant toujours des remarques désobligeantes, donne des ordres et tout en mode hystérique, etc. Les autres gars du cabinet sont soumis, ils la laissent faire et supportent car veulent éviter le conflit avec elle. Mais pas moi, je n’obéis jamais à ses injonctions. Alors, elle me harcèle de plus belle. Elle pousse des cris aigus, hurle mon nom pour que je réponde au téléphone et me parle comme à un débile de 6 ans alors que je suis plus diplômé qu’elle !

Franchement, elle se la pète alors qu’elle n’est rien, c’est chaud! Elle croit utiliser son charme sur les hommes du cabinet mais, franchement, on la hait tous. Les autres font les hypocrites par devant et ricanent par derrière mais moi je n’y arrive pas. Je suis trop entier.

Pour que vous vous fassiez une idée du personnage : c’est le genre qui ne fait pas la bise le matin (à personne sauf au boss), elle tape un check aux garçons et ignore royalement les filles. Elle est raciste en plus, elle n’aime que les mecs algériens. A ses yeux, si on ne l’est pas, on est une merde (donc j’en suis une). Et elle est vraiment très fière de casser les couilles pour un SMIC !

Enfin voilà, elle est super intrusive, veut tout contrôler, fait des remarques déplacées comme “Déjà ?!” quand quelqu’un part à 18h15 alors qu’on est censés finir à 18h. Elle m’espionne genre quand elle m’entend taper sur le clavier, me demande “T’écris un bouquin?”. Puis, le lendemain, je retrouve mes affaires déplacées sur mon bureau donc c’est qu’elle restée plus tard que moi pour aller espionner mon historique Internet et tout. Quand je regarde mon téléphone, tout de suite j’ai droit à “T’as pas de travail Fabrice ?”

Le truc, c’est qu’elle n’est pas irréprochable, loin de là : elle arrive toujours à 9h30 le matin (au lieu de 8h30) et 14h45 (au lieu de 14h) : elle racontait jusqu’à récemment au patron qu’elle galérait pour trouver une place. Il lui en a donc loué une dans un parking à côté du cabinet mais depuis… elle arrive toujours en retard. Son travail est plein d’erreurs aussi, mais bon, ça ce n’est pas le plus grave. Si elle était sympa, on s’en foutrait de repasser derrière !

Hier, pour dépanner en l’absence de la secrétaire, je suis allé poster le courrier. Mais quand je suis revenu, elle a trouvé que j’avais mis trop de temps (20 minutes) et a trouvé judicieux de me faire la remarque suivante “J’ai failli appeler la police t’étais où?” Là, l’ai vu rouge, elle m’avait déjà tellement fait chier tout l’après-midi à me demander de lui porter des cartons comme si je lui devais quelque chose (“Je ne vais pas faire un boulot d’homme quand même”) et à faire une fixation sur la porte des chiottes qu’elle m’a demandé trois fois d’aller fermer chaque fois que quelqu’un avait chié alors j’étais déjà à la limite de la rupture.

Bref, je lui ai expliqué plus ou moins courtoisement (plutôt moins) que je ne suis pas secrétaire, qu’elle peut y aller elle aussi à La Poste si elle n’est pas contente, que son comportement est déplacé et qu’elle abuse. “MOI J’ABUSE ???” a-t-elle répondu. “OUAIS T’ABUSES MAINTENANT ALORS CALME-TOI” et j’ai claqué la porte de mon bureau assez violemment, ce qui l’a faite sursautée, cette grande gueule de merde. Elle a continué à parler toute seule, à rager dans son coin… mon collègue était mort de rire.

D’ailleurs, ce matin après la baise, j’ai envoyé un SMS à mon collègue de travail pour lui dire “J’ai fait le cochon hier soir”. Faut trop que je vous raconter cette anecdote : en boîte, quand il était jeune, il a ramené une bimbo. Ou plutôt il est allé chez elle. Mais avant de décider si elle le laissait monter ou pas, elle lui a demandé “Tu sais faire le cochon?” Il a dit oui alors qu’il ne savait pas trop à quoi elle faisait allusion (il avait faim). Et, une fois chez elle, nus, elle lui a demandé de faire le cochon, en lui faisant signe de lécher sa chatte.

Entre son passé de baiseur et le fait que ce mec me montre sur son portable des vidéos délirantes comme celle d’une meuf qui a dressé son chien à lui lécher la teuch, on se taquine tout le temps et on se marre bien. C’est sa présence qui m’aide à tenir dans ce cabinet de merde, pour tout vous dire, y’a quand même une bonne ambiance dans notre bureau.

Pour finir, sachez que je fréquente toujours La Prof. C’est vrai qu’elle est bonne, qu’on s’entend bien et qu’on baise bien. Mais elle arrive à être VRAIMENT chiante parfois, putain… (surtout par SMS quand elle a ses règles). Du coup, ça m’empêche de craquer COMPLETEMENT sur elle, même si je sens bien qu’elle me kiffe à mort aussi.

Que le Dieu du Game me montre la voie.

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*