Vous êtes ici : Accueil > Blog > La féministe qui ne voulait absolument pas être soumise au lit

La féministe qui ne voulait absolument pas être soumise au lit

J’ai couché avec une féministe qui s’interdisait certaines pratiques au lit

Le 29 mars 2016 (date approximative car je n’avais pas pris de notes après ces deux baises),

Sur Tinder, j’avais abordé une petite brune de 18 ans qui faisait en grand écart sur sa photo de profil (je précise ce détail car ça m’a immédiatement excité) en lui tenant à peu près ce langage :  « Oh une petite jeune, tu aimes les mecs plus vieux ? » Elle m’avait répondu « J’adore ! Mon ex avait 26 ans alors maintenant ça me ferait bizarre de retourner avec quelqu’un de mon âge. Et toi, tu aimes les plus jeunes ?
– Oui… même si elles sont peu expérimentées, je leur apprend.
– Ah, t’as tant que ça à enseigner ?
– Il paraît.
– Prétentieux ! Ça devient intéressant… »

Du coup, on a convenu de se voir hier soir vers 18h30 et on discutait de la pluie et du beau temps en attendant (c’est comme ça que j’ai appris qu’elle n’avait connu qu’un seul homme dans sa vie et qu’elle avait eu mention très bien au bac). Sauf que, la veille du rencard, elle m’a écrit un truc qui m’a refroidi « Je suis tombée totalement par hasard sur ta page Facebook : je n’aime pas ta façon de penser, on dirait que c’est une performance pour toi…
– Bah non, ça n’a rien d’une performance, le sexe c’est un bon moment entre 2 personnes. Je suis quelqu’un de simple. Je ne souhaite pas te mettre la pression ni rien, ça doit rester de la détente. Je suis toujours celui avec qui tu parlais hier avant que tu vois mon site, tu sais, je ne me suis pas transformé en monstre, y’a pas d’embrouille ni rien qui menace ton anonymat.
– Je ne sais pas… tu donnes des conseils, tu te vantes de ce que tu fais, etc. Moi, je cherche juste à passer un bon moment. Je suis désolée, je sais que ça va t’énerver mais je fais vraiment un blocage depuis que j’ai vu ton site.
– Tant pis… c’est vrai que c’est une mauvaise idée de venir chez un mec dont tu sais qu’il a de l’expérience au lit et qu’il ne va pas te juger. T’as peur de quoi, sérieux ? J’ai pas de maladie ni rien et je suis franc avec toi. En fait, c’est peut-être une excuse pour te dégonfler mais, dans ce cas-là, c’est pas comme ça que tu profiteras de la vie et apprendras le sexe. En fait, t’aurais peut-être voulu que je te mente ?
– Mais, en fait, je ne veux pas apprendre, je ne considère mais pas ça comme une science mais comme un feeling entre deux personnes. Je cherche pas une excuse, c’est juste que je ne le sens pas…
– De mon point de vue, tu as 100% tort, mais tu es jeune encore, tu dois apprendre à réfléchir pour voir où est ton intérêt.
– On n’a pas le même point de vue, c’est tout. Il n’y en a pas forcément un qui est mieux que l’autre.
– Bah… tu me sors des histoires de science exacte et tout alors que j’ai parlé de ça nulle part donc j’en déduis que t’as rien compris ou que tu ne veux pas comprendre.
– Je n’ai peut-être pas bien compris ta façon de penser alors… mais ce que je vois c’est que tu parles en termes de « méthode », de « techniques » et de « nombre de conquêtes » alors que moi je parle en termes de ressenti.
– Ça se voit que t’as rien lu. Je parle en termes de développement personnel pour devenir plus séduisant et comprendre les meufs. Y’a pas de manipulation là-dedans. Quant au nombre de conquête, je suis obligé d’en parler pour être crédible mais je ne compte plus…
– Tu ne cherches pas à être bien avec quelqu’un, tu cherches juste à être avec quelqu’un, n’importe qui, le plus possible… C’est ça que j’ai cru comprendre et je n’aime pas.
– Je ne prends pas n’importe qui, non, il faut me plaire ! Ne prétends pas que t’as lu mon blog car ça se voit que t’as rien compris au concept. Après, si tu commences à te prendre la tête et tout plutôt que de jouir, c’est ton choix et je trouve ça con… mais je n’y peux rien. On ne peut pas aider les gens contre leur gré. A toi de voir où est ton intérêt !
– Je crains de le regretter si je te rencontre. Je crois que t’as raté ta chance, dommage.
– Lol, arrête de parler comme si c’était à sens unique. Bon, j’vais pas me mettre à genoux pour toi. A+, ma biche ! »

Je ne sais pas ce qui l’a faite changer d’avis mais, ce matin, j’ai reçu « Et comment tu voudrais me faire du bien à part en te mettant à genoux ? ;) » Du coup, j’ai débarqué dans son 11 m², me suis assis sur son lit et on a discuté quelques minutes. Puis, elle m’a pris la main, on s’est embrassés, déshabillés et je l’ai bien léchée jusqu’à l’orgasme. Après, je l’ai prise en levrette et j’ai pu constater que sa chatte était plus que trempée. Elle m’a dit que j’étais vraiment un bon coup, que c’était trop bien et que son ex ne la baisait pas comme ça. Elle a même précisé que c’était même la première fois qu’on la prenait si bien. Je crois que l’on peut dire que le courant est bien passé entre nous.

Sous mes yeux, elle m’a même recommandé à une de ses copines qui, comme elle, a envie de découvrir le sexe « C’est un super coup.
– ouais mais je n’ai pas envie de passer après toi, copine… »

Voilà ! J’espère que cette histoire vous aura permis de voir comment rassurer une fille qui a peur des queutards. De plus, on observe dans cette conversation que la meuf a envie de jouir comme une folle mais que ses principes à la con l’empêchent de vivre sa vie à fond et de faire ce qu’elle a vraiment envie. Que c’est triste ! Enfin, la réponse de sa copine me fait rire : elle croit qu’elle peut se permettre de faire la fine bouche et de sélectionner sur des critères stupides … comme s’il y avait pléthore de sexperts à Lyon ! Ça ne me dérange personnellement pas de me faire une meuf qui a aussi couché avec un de mes potes. Bref, c’était bien une réponse de nana à moitié pucelle, ça !

Mais attention, l’histoire n’est pas finie. Vers 20h, j’ai couru au tram pour rentrer chez moi et j’ai à peine eu le temps de me doucher qu’une pitchoune frappait déjà à ma porte.

Mon deuxième rendez-vous de la journée était étudiante en médecine. Sur sa photo Tinder, elle portait un masque de chirurgien, alors je l’ai abordé comme suit : « Joli masque.
– Merci. Malheureusement, je n’ai pas pu le garder.
– Tant mieux. Ce sera plus pratique pour t’embrasser. »

Cette nana se revendiquait féministe et totalement libérée. Elle disait qu’elle n’avait pas peur de débarquer chez un garçon pour le baiser le premier soir car elle avait une ceinture noire de karaté (elle était donc persuadée de pouvoir se défendre en cas de besoin). Vous l’aurez compris, la baiser ne fut pas difficile. Bien la baiser, par contre, le fut davantage : j’étais crevé après une journée de taf très éprouvante (j’préfère ne pas en parler) et la première minette !

Post-coït, on a discuté et la meuf est partie en couilles sur des sujets comme « à poste égal, une femme gagne moins qu’un homme, tu trouves ça normal ?
– Non… »

Puis, elle a commencé par dire avec un aplomb considérable que les femmes se faisaient tout le temps emmerder dans la rue. Alors, je lui ai demandé si c’était son cas et elle a répondu « Non mais beaucoup le racontent sur Internet.
– OK… »

Enfin voilà, du coup, je sais que je ne la reverrai pas car elle n’a pas l’air toute seule dans sa tête. En plus, le sexe n’était pas extra : elle ne voulait absolument pas être soumise : donc pas de levrette ni de pipe… tu parles d’une femme libérée !

Que le Dieu du Game soit avec vous !

Vous souhaitez devenir plus charismatique et avoir plus de succès avec les femmes ?

Recevez gratuitement 20 conseils : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre guide PDF et vos deux vidéos de formation !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *