La qualité des filles allemandes

Previously :

Rappelez-vous de cette allemande que j’avais rencontrée à Aix, lors d’une session de NPU avec Hafid. Il avait open dans un bar du centre-ville qui sent la pisse avec “tu connais Fabrice?
– Non (en le prenant pour un fou)
– C’est lui…”
et là je lui avais déclaré, direct, “je t’aime !
– moi aussi je t’aime.”

On était restés vaguement en contact après cette soirée, se croisant parfois la nuit dans les bars aixois. Mais je ne l’avais jamais baisée car, quand je l’avais ajoutée sur FaceBook, elle avait pris peur en lisant mes aventures sur mon blog.

Puis, à la fin du semestre, elle était rentrée en Allemagne et on avait perdu contact.

Le 19 décembre 2015,

Lundi, j’ai publié un article où j’ai écrit que je vis actuellement à Lyon. Quelle ne fut pas ma surprise quand la jolie aryenne est venue me parler sur FaceBook pour me dire qu’elle y était aussi ! Je l’ai donc invitée à boire un verre de vin chez moi, hier soir, en souvenir du bon vieux temps. Tout en précisant bien que l’idée de la revoir me rendait heureux… ce qui était vrai. Elle m’a répondu qu’ils ont un dicton en Allemagne, que l’on pourrait traduire par, “on rencontre quelqu’un toujours deux fois”.

Hier soir, elle est venue chez moi. On a bu un verre de rosé autour de ma table puis elle m’a dit “on ne serait pas mieux sur ton lit?” J’ai acquiescé. Elle voulait écouter des chansons françaises et que je lui explique les paroles. Sérieux, elle ne connaissait ni Ferré, ni Gainsbourg ni Orelsan. C’était à peine si elle avait déjà entendu Brel ! Par contre Soprano, elle kiffe. Entre les chansons, je disais innocemment “qu’est-ce que je vais te mettre maintenant ?” Private joke à moi-même.

Sur le lit, j’ai commencé à la caresser, à passer ma main sous ses vêtements, mais elle me repoussait toujours. Putain, je n’avais pas révisé les Last Minute Resistances depuis un moment. Quand je la confrontais, elle disait “je ne suis pas venue pour ça, tu sais.”

Ce petit jeu a duré plus d’une heure jeu avant qu’elle ne décide “je vais rentrer maintenant, c’est l’heure du dernier métro”. Je lui ai gentiment fait remarquer que c’était elle qui m’avait relancé pour qu’on se voie et qui avait voulu qu’on aille se poser sur mon lit… et que je la trouvais donc un peu incohérente.

Là-dessus, je l’ai embrassée. Mais elle n’ouvrait pas la bouche ni rien. Je lui ai demandé de m’expliquer quel était le problème. Il y’en avait en fait trois :
– 1/ j’ai des principes, je ne suis pas une fille comme ça, on ne se connait pas très bien, ça va trop vite, je ne suis pas venue pour ça.
– 2/ j’ai un mec ici, pas un petit ami, mais il tient à moi et je ne veux pas lui faire de peine, en plus, j’ai couché avec lui hier.
– 3/ j’ai lu ton blog, tu as sûrement des maladies vu toutes les filles avec qui tu as couché, je ne veux pas prendre le risque, en plus tu bois trop et sors tout le temps.

J’ai donc proposé de lui montrer mon dernier test de MST tout en lui expliquant que je ne bois plus et ne sors guère qu’une fois par semaine maintenant. L’air de rien, j’ai fait traîner la discussion, le temps qu’il soit trop tard pour le dernier métro. Cependant, même devant la signature du médecin, elle a objecté “je n’y crois pas quand même, je n’arrive pas à te faire confiance”.

Là, ça m’a soulé, sérieux. J’étais vexé, vraiment. Je ne mens jamais sur mon blog ni rien, je ne dis jamais de saloperies sur les meufs avec qui je couche et je passe quand même pour un connard. Juste parce que je donne de l’amour et du plaisir à des nanas qui le méritent, c’est injuste…

Ceci dit, après avoir vu le test, elle a quand même ouvert un peu plus la bouche quand je l’embrassais. Puis nos langues se tournaient autour tandis que je caressais son entrejambe par dessus son jean. Je sentais que c’était trempé là-bas dessous alors je lui ai fait remarquer qu’elle avait envie de moi. Elle a commencé par nier. Puis, dans un élan d’honnêteté, a convenu “je suis tentée”. Avant de me demander “Est-ce que ça va être bien ?
– Je pense oui, je l’espère… [le piège ici aurait été de jouer le mec trop sûr de lui]
– Je suis très exigeante, tu sais.
– Moi aussi [réponse classique à ce type de shit-test]
– Non mais toi on t’a rien demandé !
– Mdr !
– Un jour à Aix, tu m’as dit que tu étais le meilleur français, c’est vrai ?
– J’ai dit ça moi ?! Y’a toujours mieux mais je ne suis probablement pas le pire…
– Et au fait, le capitaine, c’était vraiment ton cousin ?
– Non, je l’avoue, mais ça nous amusait bien de le faire croire…
– On ne peut décidément pas te faire confiance. Et Hafid ?
– Mdr ! De quoi Hafid ? C’est pas mon cousin non plus, je t’avais raconté ça ?
– Non c’est lui qui m’avait dit ça ! Mais je ne l’avais pas cru car vous ne vous ressemblez vraiment pas !”

En fait, elle avait une mauvaise image de moi : comme quoi je ne respecte pas les filles, que j’en ai une nouvelle dans mon lit tous les soirs, etc. Ce qui est faux, bien sûr, soyons réalistes.

Puis, Léo, le léopard en peluche (aussi coquin que Ted) qui squatte mon lit l’a embrassée et ça l’a faite rire. Plus détendue, elle a demandé “on devrait pas fermer les stores ?” Je l’ai fait. “Tu pourrais éteindre la lumière ?” Oui. “Baisser la musique?” OK.

On s’est embrassés et elle s’est vraiment transformée, s’est mise à bien me chauffer et à me branler. Après m’être laissé faire, je l’ai léchée et elle a pris son pied. Puis, elle m’a demandé “t’as un truc ?
– un truc ?
– oui un machin
– un préservatif ?
– oui, j’ai envie de coucher avec toi maintenant.
– OK.”
On ne discute pas dans ces moments-là.

On a baisé en missionnaire un long moment, puis elle est venue sur moi, avant de finir en levrette. Sa petite chatte était très serrée et totalement épilée. Deux ou trois fois, elle a joui super fort alors a demandé des pauses pour récupérer. C’était attendrissant. Et également excitant : elle criait super fort avec son petit accent mignon.

Après, elle a dormi avec moi, dans mes bras. Mais avant de se coucher, elle s’est mise à ranger mon appartement et à faire le lit, ça m’a fait rire ! Ahlala, qu’elles sont bien éduquées ces allemandes… Moi j’avais négligemment jeté la capote par terre mais elle a effacé toutes les traces.

A un moment, elle m’a dit “je t’aime mieux maintenant, j’avais pas cette bonne image de toi”.  Faut savoir que je n’ai rien d’un égoïste comme certaines le pensent, je donne énormément au lit, on partage vraiment quelque chose, et ça crée des liens. Ce qui me fait dire que parmi celles qui m’ont flaké au denier moment ou quoi, la plupart auraient été très heureuses d’avoir fait l’effort de venir pour jouir comme des folles. J’ai toujours l’air demandeur, dans cette position de baiseur, mais au final, je pense que je propose vraiment un truc de valeur.

Bref, j’ai sorti les violons : je lui ai confié que j’étais content d’avoir couché avec elle aussi, que j’en avais envie depuis 2 ans et demi et que c’était un bon cadeau de Noël qu’elle m’avait permis de déballer. Elle m’a répondu “alors l’an prochain je t’en offrirai un autre !” C’était drôle. Jusqu’à ce matin, j’ai été très attentionné avec elle. Elle, elle m’a complimenté sur ma performance au lit et m’a dit que c’était sympa, que j’avais bien fait d’avoir insisté, qu’elle en était contente finalement. Elle a conclu, “franchement c’était pas mal quand tu me caressais les jambes et les seins par-dessus mes habits même si je te repoussais, il vaut toujours mieux en faire plus que moins.” Ce sera la morale de cette histoire.

Sinon, bonne nouvelle, ça m’a gavé de chercher un nouveau taf car il y a toujours au moins 30 minutes de trajets pour tous ceux que je trouve. Du coup, j’ai demandé une augmentation à mon patron… et il a accepté ! Il me respecte un minimum !!! Cool.

Que le Dieu du Game soit avec vous !

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

One thought to “La qualité des filles allemandes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.