La séduction est-elle quelque chose d’inné ?

La séduction est-elle quelque chose d'inné ?La séduction, ça s’apprend ?

Sur les forums de séduction, on lit souvent ces vagues conseils bienpensants qui invitent les gens à plus de naturel : “faites simples“, “surtout soyez naturels“, “ça se fait tout seul entre un homme et une femme“, “c’est facile de draguer” et le pire de tous “sois toi-même“. Pour moi ça n’a aucun sens de dire ça. SOIS TOI-MÊME : OK… mais le vrai toi-même !

Trop de théorie tue la théorie… (mais l’inverse est vrai aussi !)

Pour moi, il faut prendre ces conseils comme des invitations à se réapproprier le game de façon moins stressante (et donc du coup plus efficace car le stress est notre ennemi en séduction – certains s’en font une montagne). Il ne faut surtout pas s’en servir comme des excuses pour ne rien faire (“je suis moi-même donc j’aborde pas“… non là c’est le stresse qui parle c’est pas toi). Et il faut surtout comprendre ce que signifie vraiment ce célèbre “sois toi-même” : au fond tu es un homme avec des envies sexuelles donc : sois toi-même et assume-les ! C’est important de ne pas mal interpréter le message !!!

Si on vous enlève vos inhibitions et votre mauvaise foi, vous savez déjà pratiquement tout faire, au fond! J’en suis sûr ! Vous seriez probablement capable de baiser une meuf par semaine. Je me souviens de potes que j’ai initiés au game et qui ont été capables de prendre un numéro de téléphone ou d’embrasser une meuf durant leur première approche. On peut dire que c’est la chance du débutant ou penser que quelque part en nous cette compétence est innée. (Quoi qu’il en soit cette chance du débutant motive pour continuer… je ne sais pas si mes potes en seraient là où ils en sont s’ils n’avaient pas commencé par quelques succès avant de se prendre masse de râteaux dans les dents). Mais là où ça part en couilles c’est quand les mecs se mettent à trop réfléchir au game

Par exemple, apprendre à reconnaître des indicateurs d’intérêt… c’est pas évident au début. Cependant, on a cette faculté instinctivement en nous. Question de survie de l’espèce! Mais elle est actuellement recouverte par une couche d’éducation et d’expériences qui nous bloquent (on n’y croit pas). A moins d’avoir le syndrome d’Asperger ou de passer 10h par jour sur World Of Warcraft, on devrait être capable de se douter de quelque chose quand on plaît à une fille. Mais quand on bascule en mode analytique et qu’on a besoin d’une liste exhaustive d’IOI à checker avant de se lancer, ça signifie malheureusement qu’on est pas concentré ni assez présent dans son pickup. Il faudrait peut-être commencer par être dans le moment présent au lieu de chercher à encore plus analyser le truc. Ce n’est pas la théorie en elle-même que je critique (elle est indispensable) mais plutôt le mode d’intellectualisation de celle-ci que certains adoptent qui me semble engendrer trop de frustration. Autrement dit, la masturbation intellectuelle ne vous videra pas les couilles !

Soit dit en passant, je bloque quand même un peu quand je lis sur des forums qu’un mec est “débutant en séduction”. En effet, on peut être un jeune sans expérience mais parler de débutant en séduction me paraît inadapté… comme si le mec était au niveau 1 d’un jeu vidéo avec Mimie Mathy à gamer pour passer au niveau 2 et Eva Green en boss de fin. C’est chaud de penser que le physique d’une meuf va influencer la facilité avec laquelle elle écarte les cuisses ou son niveau de QI. Ces paramètres sont peu reliés, dans la pratique y’a plus de moches qui font chier que de belles (entre autres car les moches n’aiment souvent pas leur corps donc n’aiment pas se foutre à poils) !

Désolé mais chopper des meufs, ce n’est pas aussi sorcier que de créer des micro-ordinateurs. Or, certains geeks parmi mes lecteurs savent faire des trucs de ouf sur l’ordi mais pas aborder une femme. On peut complexifier le truc au maximum avec des formules comme Mystery pour se rassurer (ou pour vendre) et on finira par effectivement rendre ça ardu… mais ce n’est pas si difficile au fond. Faut désacraliser la séduction ! Cela devient effectivement difficile quand on n’a pas confiance en soi et quand on s’imagine que ça l’est. Sinon, comment nos grand-pères auraient-ils séduits nos grand-mères sachant que le game n’existait pas avant 1990 ? Ce n’est qu’une science créée pour comprendre un phénomène comme la physique étudie le monde mais ce que l’on n’explique pas existe pourtant.

Quelle approche choisir pour apprendre ?

Vous ne pouvez pas faire comme si vous partiez de zéro : on a tous (ou presque) un certain nombre de compétences sociales dont nous disposons naturellement. En effet, à moins d’avoir été abandonné à la naissance dans la jungle et élevé par Baloo, vous savez déjà communiquer à peu près normalement et vous disposez déjà de certaines qualités humaines. Le vrai défi consiste alors à les identifier, les renforcer et à en tirer le meilleur parti. Cette approche bien connue des consultants et coachs peut être efficacement appliquée à la séduction.

L’approche inverse qui consiste à identifier ce qui ne va pas pour tenter de le corriger est trop longue, fastidieuse et peu réaliste quand on l’applique à l’humain. Comment peut-on croire que l’on va entièrement reconstruire quelqu’un? Sans compter que ce type de méthode peut avoir des effets destructeurs en termes d’estime de soi et de culpabilisation. Cette mauvaise approche est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup galèrent pendant de longues années sur les forums de séduction sans obtenir aucun résultat concret. Même que, parfois, ils sont tellement abreuvés de théorie qu’ils se permettent de donner des leçons aux autres !!!

Comment fonctionne l’inner game ?

Le jeu intérieur c’est ce qui se passe dans l’esprit du joueur. Ses principaux obstacles sont : le doute et l’anxiété. Un jeu intérieur optimal consiste à ne pas laisser ces saloperies entraver trop le chemin qui mène vers le succès… afin qu’on puisse exprimer pleinement notre potentiel inné. Appréhension, incrédulité, nervosité, jalousie, embarras, perplexité, hésitation, crainte et manque d’attention font chuter notre confiance et notre capacité à pénétrer pleinement dans l’échange de manière empathique et pertinente par rapport à l’objectif du PUA qui est quand même de se taper des filles bonnasses. Pas d’avoir des dates, pas de prendre des numéros… de niquer ! Pour avoir un game optimal il va s’agir de faire taire ce satané ego qui donne les ordres (« il FAUT utiliser tel opener, faire le jeu du cube, lui balancer un neg » si tu l’as pas fait t’es nul etc.) pour laisser plutôt parler notre habileté naturelle. En gros, bombarder quelqu’un d’ordres et de conseils est contre-productif. Ne le faites pas à vos potes que vous souhaitez initiez au game !!! Mais revenons-en à vous…

Si vous vous donnez l’ordre d’arrêter de vous donner des ordres, c’est l’homosexuel le serpent qui se mord la queue. Votre monologue intérieur ne fera que s’amplifier et les contradictions vous feront péter un câble. Efforçons nous plutôt de nous concentrer pour ne conserver que les aspects d’une situation qui sont nécessaires à son exécution optimale. C’est comme quand vous vous adressez à une fille : tout ce qui compte est que le message soit émis d’une manière claire et sincèrement susceptible de créer chez elle une émotion qui joue en votre faveur. Quand vous observez votre game c’est pareil : faites le de la manière la plus neutre possible et sans émettre de jugement de valeur négatif (c’était mal, mauvais, nul, etc.)

Pas de jugement de valeur négatif !

Ce point est fondamental dans le processus d’apprentissage qui se décompose en quatre étapes :

– Observation sans jugement de ce qu’on veut améliorer
– Visualisation du résultat désiré
– Se faire confiance (les routines et techniques ne sont que des plans de secours)
– Observation sans jugement du changement et des résultats jusqu’à se féliciter d’avoir obtenu son objectif

Une telle approche renforce nécessairement votre croyance en vos qualités innées et donc votre estime de vous-même. Remarquez qu’on fait ici l’économie de l’étape où l’on s’engueule soi-même chaque fois que ça ne se passe pas aussi bien que l’on voudrait. C’est reposant de se traiter avec autant de bienveillance. Surtout que c’est pas parce qu’on est mauvais en game qu’on a forcément raté sa vie…

Avoir envie d’apprendre…

Pour apprendre, parfois une bonne question bien posée vaut une centaine de conseils pour faire avancer les gens dans leur tête.
« Qu’est-ce que tu as observé au moment où tu l’as abordée ? »
« Pourquoi lui as-tu demandé son numéro de téléphone à ce moment-là ? »
« Que s’est-il passé quand tu lui a pris la main pour l’emmener danser? »
etc.

L’apprenti-PUA réalise ainsi des choses qu’on aurait pu se contenter de lui dire de but-en-blanc… mais il les découvre par lui-même. Cet apprentissage est beaucoup plus profond et moins générateur d’interférences. Il est préférable de lui apprendre à apprendre, d’attiser sa curiosité tout en sachant où trouver les réponses et de développer ainsi son intelligence adaptative en réduisant les parasitages de l’égo et des injonctions contradictoires. L’autonomie est fondamentale en séduction ! Les initiatives aussi ! Le culot encore plus !

Le problème c’est que quand on parle d’amour et de sexualité, le contrôle et l’influence sociétale exercés sur les individus par les autorités religieuses/gouvernementales/parentales/médiatique/etc. sont tels que nous sommes tous à un certain degré des marionnettes obéissant à la pression sociale (même si on se sent libres c’est ça le truc). Désapprendre toutes ces conneries pour aboutir à une communication plus simple, plus empathique et sincère (avec soi-même et avec les autres) reste à mon sens le chemin le plus court et le plus agréable pour arriver à séduire les femmes qui vous plaisent. Car la séduction est en grande partie une histoire de communication… même si c’est pluridisciplinaire.

Soyons nous-mêmes ! Mais nous connaissons-nous vraiment ?

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

3 thoughts to “La séduction est-elle quelque chose d’inné ?”

  1. “Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pécho que de lui donner un poisson.” Con-fu-suce.

  2. Il est vrai que les conseils comme “reste toi-même” est un peu mal comprise. L’importance en séduction est de ne pas surjoué.

    L’homme doit uniquement passé à l’action, même s’il est timide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*