Le syndrome du héros (sauveur)

Le syndrome du héros

A moins d’être dans une relation de couple instaurée depuis des lustres, et encore, on ne sera pas LA condition fondamentale au bon fonctionnement de la vie de notre copine. Celle qui essayera de nous faire croire le contraire est une fille à problème, et les filles à problèmes : on n’en veut pas.

Dans mes discussions et mes rencontres avec les filles, j’ai souvent retrouvé ce point commun : elles aiment bien trouver des mecs un peu chaotiques pour pouvoir les remettre sur les rails. Le syndrome du héros version meuf, leur envie de faire une BA sur un cas désespéré. Si les filles kiffent les bad boys, c’est pour leur côté impulsif et dangereux, certes, mais aussi parce qu’elles ont l’espoir secret, qu’un jour, elles parviendront à les changer.

Dans notre cas à nous, les gars, ce syndrome se traduit par notre attirance pour les filles qui ont besoin d’attention. Quelque part, elles nous donnent de l’importance, elles rassasient notre soif d’aider autrui, ce besoin fondamental d’être le héros de quelqu’un. Une fille en vrac, on peut la kiffer rien que pour ça, c’est clair qu’à choisir entre une dépressive alcoolique qui parle de son père comme si c’était un rat crevé et une fille saine (qui fait du yoga et qui mange bio, hihihi) et qui a 30 millions d’ami(e)s dont des lesbiennes, on va choisir la seconde. Mais la première catégorie a quand même pour elle son côté « SOS femme en détresse », et ça, on aime bien.

On kiffe le côté Lancelot, ce petit « je ne sais quoi » qui nous fait sentir plus utile que d’habitude, ce petit truc qui nous gonfle l’ego… C’est pour ça que le développement personnel représente une part si importante de la séduction : se rendre compte de sa propre valeur et la développer, c’est se détacher des valeurs nazes que l’on a reçues durant notre éducation, tout en gardant celles qui sont importantes. Un mec en place n’ira donc logiquement jamais taper dans la catégorie des pauvres filles, sauf s’il a un vide à combler.

Pour faire court : même si on a envie d’être un héros parce que c’est « in », que les femmes sont touchantes quand elles ont peur ou qu’elles pleurent, on garde en tête qu’on est un type normal. Si vous avez envie d’être l’homme de toutes les situations pour elle, alors que vous ne la connaissez pas si bien que ça, réalisez que vous êtes en train de faire un blocage malsain. Si elle veut que vous preniez les grandes décisions de sa vie pour elle, si elle veut vous faire rentrer dans le schéma fille=victime / mec=protecteur, comprenez que c’est une fille à problèmes.

Reconnaitre sa propre valeur et la développer en ayant une vie riche et un cercle social dynamique, revient à s’éloigner de ce genre de meufs. En plus, être le héros ça ne sert à rien : à la fin, Leia finit avec Han Solo, le jerk. Chuck avec Blair et Elena kiffe Damon.

Faites-vous soigner, sérieux.

Comment coucher avec une fille en 7 jours ?

Recevez gratuitement ce guide de séduction : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre formation offerte !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *