L’herbe est-elle toujours plus verte ailleurs ?

L'herbe est-elle toujours plus verte ailleurs ?

L’expression « l’herbe est plus verte ailleurs » s’emploie lorsqu’on imagine que la situation dans un autre endroit (comme par hasard souvent indéterminé) est meilleure que celle que l’on vit au moment même.

Cependant, c’est la plupart du temps un effet d’optique qui donne à l’herbe du voisin un éclat parfait SEULEMENT si on la regarde vite fait et de loin. Mais de près et avec attention, c’est plus du tout le même délire. Par exemple, si on regarde sur FB le profil de la copine d’un de nos potes : elle paraîtra probablement beaucoup mieux que ce qu’elle est en vrai.

Ce qui m’amène aux questions suivantes : pourquoi les inconnues paraissent-elles souvent plus canons que les meufs que l’on a ? Pourquoi, à physique égal, une inconnue nous excite presque toujours plus que notre plan cul habituel ? Pourquoi est-ce que l’on a tendance à désirer davantage celles que l’on n’a pas ?

 

Ressentira-t-on toujours du désir pour d’autres personnes ?

La vérité qui dérange aujourd’hui c’est : que l’on soit en couple ou célibataire, on ressentira toujours du désir pour d’autres meufs. Du moins, un petit peu, faut pas se leurrer. Regarder est humain, désirer aussi. De plus, le mâle alpha est souvent au contact de son instinct de conquérant, donc il aime la chair fraîche. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas tomber amoureux.

Clarifions d’emblée la chose (pour les rageux) : aimer la nouveauté et l’inconnu est sain et tonique. Aimer découvrir un pays, un film, un livre, un plat, une musique : ce sont des signes de vitalité et de santé. Mais on glisse dans le pathologique lorsque l’on ne carbure plus qu’au plus neuf que neuf. Comme on le sait, tous les excès sont problématiques.

On a tous je pense un penchant, un attrait, une fascination, voire un besoin de nouveauté… soit la société de consommation joue là-dessus pour nous faire acheter des trucs, soit c’est elle qui crée ce besoin chez nous… mais peu importe, le résultat est le même : le pli est pris. Nous sommes conditionnés à la néophilie (pas forcément sexuelle mais ça nous influence). Et en plus, quand on voit les canons qu’ils nous mettent à la télé, on se dit forcément qu’on peut trouver mieux que notre copine.

Le néophile sexuel carbure aux odeurs inédites, à l’épiderme inconnu, aux regards non conquis, à la nudité inexplorée. A contrario, ce qui est familier, connu et apprivoisé ne l’excite plus guère. C’est la transformation d’un aspect humain sain (le goût de la découverte) en névrose compulsive. « J’aime tellement les femmes que je les voudrais toutes ! »

La nouveauté exerce un effet stimulant magique sur mon désir, je l’avoue : l’envoûtement est amplifié par l’inédit. Chez les gens comme moi existe un besoin très fort de nouveauté, de stimulations, d’intensité. Bien plus que chez la moyenne des humains. Mais ce n’est pas une maladie, j’en ai souvent parlé à des psys : c’est un trait de personnalité situé à un extrême de la norme. Cependant, ne pas se situer « dans la moyenne » complique toujours la vie, car notre société n’est pas pensée pour les extrêmes qui dépassent ce qu’elle a l’habitude de proposer et de tolérer.

En somme, on aura sûrement toujours un peu de désir pour des femmes qui ne sont pas nôtres, du moins jusqu’à ce que nos hormones se soient calmées. Chez les personnes qui commencent à être âgée, ça se calme je crois, mais ça ne les empêche pas d’apprécier la beauté de certains corps.

 

A-t-on vraiment autant le choix qu’on en a l’impression ?

Avec Tinder ou Happn, on peut facilement croire que des milliers de jolies filles sont à notre portée. Mais est-ce vraiment le cas ?

En théorie oui, mais en pratique, c’est différent. Il y a énormément de faux profils, et de photos retouchées sur les sites de rencontre. C’est pareil en boîte : il y a des filles qui nous excitent quand elles sont habillées sexy mais faut réaliser qu’on voit à peine leur visage à cause de la lumière, et que si jamais on les recroisait en journée, on ne leur prêterait peut-être même pas attention. Et dans la rue : on les croise à peine alors elles peuvent semblent magnifiques ces déesses : mais seulement parce qu’on n’a pas encore eu le temps de remarquer leurs imperfections. Ca nous fait sûrement du bien de fantasmer, ceci dit. Mais il ne faudrait pas que ça nous éloigne de notre copine qui, elle, est réelle.

Je vous conseille de vous asseoir dans le métro pour essayer de voir objectivement combien de filles sont aussi jolies que votre chérie. Pour ma part, j’en ai vu très peu. J’avais l’impression jusqu’ici qu’il y en avait plein… mais en fait, non ! Certes, les goûts et les couleurs, ça se discute, mais vous avez compris l’idée : notre imagination est fertile et on perd parfois de vue la chance que l’on a.

Je ne dis pas qu’il n’y aurait pas de quoi faire, tout de même. Je dis juste qu’elles sont souvent moins belles que notre petite. Et en plus, on ne leur a pas encore parlé : si ça se trouve, elles sont vulgaires, teubées ou pas intéressées. Ca m’est arrivé aussi de rencontrer des filles très belles et intelligentes, de coucher avec, mais qu’un truc me gonfle chez elles quand même : en particulier, je pense à une qui clopait tout le temps.  Alors qu’une nana moins canon (mais jolie quand même) ne me saoulerait pas forcément. Quel vaut-il mieux pour du long terme ? Canon et au caractère parfait, oui je sais. Mais le Père Noël existe-t-il ?

J’ai longtemps cherché un idéal de beauté parce que je pensais à la reproduction. Je voulais absolument une nana aux yeux bleus pour que mes enfants aient les yeux clairs : mais en fait j’ai réfléchi… je pourrais très bien transmettre mes yeux marrons. Alors si ma copine n’est jolie que grâce à ses yeux bleus mais qu’elle ne les transmet pas à cause de moi, c’est ballot ! Donc pour moi, c’est sûrement mieux une fille jolie avec ses yeux marrons.

Je voulais aussi une nana grande pour que mes enfants le soient car j’aurais aimé l’être. Cependant, la mère de mon frère fait 1m55 et il mesure 1m90. Ma mère fait 1m60 et je suis de taille moyenne. On a le même père. Y’a donc rien d’absolu avec la génétique, en fait. J’en viens à penser que, pour bien faire, il ne faudrait pas trop se casser la tête avec tout ça. Simplement laisser faire la nature : s’il y a une attirance forte entre nous, c’est sûrement pour de bonnes raisons.

La légende du mariage dit que le caractère et la complicité que l’on a avec la nana sont plus importants que son physique : qu’avec le temps, on ne voit plus vraiment si elle est mignonne ou pas. Alors, je ne vous suggère pas de vous prendre une moche, mais je vous conseille de ne pas prendre une nana seulement parce qu’elle est jolie. Si elle vous fait chier ou si elle est malsaine, next ! La légende du mariage dit aussi que les maris trompent souvent leur femme lors de la crise de la quarantaine, peut-être peut-on prévenir cela grâce au pickup ? Si on fait les 400 coups quand on est jeunes, on aura sûrement moins envie/besoin de le faire plus tard ?

Alors quand on trouve une chaussure à son pied, pourquoi ne pas se contenter de kiffer la vie (à condition qu’elle réponde quand même à quelques critères de base) ?

 

N’y a-t-il pas d’autres choses à apprécier que la chasse ?

Maintenant que l’on a compris que la perfection n’existe pas, on peut réaliser la chance que l’on a que cette fille nous aime. Qu’elle prenne soin de nous. On a souvent du mal à prendre conscience de la valeur de ce qu’on possède avant de l’avoir perdu. Mais à vouloir mettre une carte de trop sur le château, tout peut s’effondrer.

Alors oui, on aura toujours du désir pour d’autres femmes (un désir souvent éphémère) mais ce n’est pas pour cela que notre chérie ne nous satisfait pas. D’un autre côté, on peut flipper de s’engager ou quoi, donc on utilise l’excuse du pickup pour continuer à papillonner dans l’espoir inconscient de tout faire foirer avec ELLE. Si c’est votre cas, cet article a pour vocation non pas de vous critiquer mais de vous proposer des pistes de réflexion.

Tout ça pour dire que savoir nager en surface ne devrait pas nous empêcher de partir à la découverte de la beauté et de la densité des profondeurs. Avoir besoin de chair fraîche pour être capable de désirer, de bander allégrement, de mouiller abondamment et de baiser énergiquement me semble d’une infinie tristesse. Certaines femmes ont plus à offrir qu’une chatte. Et ça vaut sûrement le coup de ralentir le pickup pour elles. Je n’ai pas envie, à 35 ans, de continuer à draguer des petites de 18 sur Tinder. Autant ça peut être mignon quand on est jeune d’être un queutard, autant après je trouve l’idée plus triste qu’autre chose. Mon but, quand j’ai commencé le game, était de trouver une meuf. Alors j’ai eu des déceptions, j’ai eu des périodes de baises intenses à la chaîne, et vous aussi sûrement mais quand on trouve un truc spécial malgré tout ça : c’est un bijou à polir (comme ma bite).

Et en plus, grâce au temps ainsi libéré, on devrait bien pouvoir trouver d’autres domaines excitants dans notre quotidien ! Comme le sport, l’écriture, le boulot…

 

Qu’a-t-on à perdre à vouloir viser toujours plus haut, à vouloir toujours d’autres femmes ?

En ne s’attachant jamais à aucune femme, on prend le risque de ne pas construire de famille et de se retrouver seul quand on sera vieux et sénile. En décidant qu’on s’attachera « plus tard » et en renonçant aux bonnes occasions que le Dieu du Game met sur notre route, on prend le risque de ne pas connaître plus que ça la femme avec qui on passera le restant de nos jours. En gros, on risque de prendre une décision dans l’urgence avec une des dernières qui restera disponible.

D’accord, on est jeunes et on pourrait sûrement encore profiter… mais parfois on rencontre une fille qui fait que les autres paraissent fades. Une nana qui nous donne envie de passer le week-end à roucouler dans notre nid plutôt que d’aller draguer. Une nana qui nous donne envie de lui téléphoner le soir juste pour entendre sa voix alors qu’on n’a jamais fait ça. Si en plus ça nous fait chier de ne pas la voir pendant 3 jours, là, il faut réfléchir.

Une relation approfondie peut également représenter une richesse : il y a des choses cools à faire en couple (comme par exemple aller voir comment ça se passe dans les clubs libertins). Y’a des bons moments à passer qui n’impliquent pas forcément le sexe. Des nouvelles expériences à faire au lit et en dehors. Ca permet aussi d’avancer dans la vie, le fait de se projeter avec quelqu’un…

C’est tout un aspect de la séduction qui est inconnu aux players compulsifs, le couple.  De plus, si on a la chance d’avoir une chérie qui aime aussi les filles, on pourra continuer un peu à draguer… en équipe cette fois. Continuer à découvrir des nouveaux corps parce que ça nous manquera sûrement. C’est la routine qui me fait le plus peur à moi, en fait… y’en a ça leur plaît, mais moi ça me terrifie.

En s’attachant à une femme, on devient aussi sensible à des choses qui glisseraient normalement sur nous. Si notre chérie couchait ailleurs, ou quand  on pense à elle et qu’on la visualise au lit avec un de ses ex, ça énerve ! D’un autre côté, si elle n’avait aucune expérience et si elle était naze au pieu, elle ne nous intéresserait pas. C’est donc le revers de la médaille : sa pureté prend de l’importance à nos yeux… on devient dépendant.

Alors, on a beau être le premier et le seul mec à la faire jouir, le seul avec qui elle a fait des plans à trois, ou qu’en sais-je…  On a beau être son premier pour beaucoup de choses, ça nous énerve quand même de repenser à sa sexualité passée.  Mais ce qui compte, c’est l’avenir et le présent, non ? Des gars qui l’ont mal baisée quelques fois et dont elle se rappelle à peine, est-ce la peine de se prendre la tête pour ça ? En plus ce sera pareil avec toutes celles que l’on pourrait rencontrer, il me semble. Enfin voilà, elle a du pouvoir sur nous maintenant. Merde !

 

Encore faut-il qu’elle nous corresponde vraiment

Je vous mets toujours en garde contre la même chose alors je recommence : le faux amour. L’amour qu’on s’imagine. Beaucoup de gens « attendent de trouver l’amour », car ils ont l’impression que ce sera « le bonheur qui tombera du ciel sur eux sans qu’il n’aie besoin de faire aucun effort ». Et qu’ils pourront enfin vivre heureux !!! N’est-ce pas ridicule ? L’amour amène d’autres problèmes, d’autres efforts à faire…

Pour l’anecdote, je vous rappelle que mon frère s’est mésallié et ça l’a vraiment tiré vers le bas, autant financièrement que sur le plan social. Donc, faites gaffe et restez alpha !

Courage!!!

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

6 thoughts to “L’herbe est-elle toujours plus verte ailleurs ?”

  1. Serais-tu en train de t’assagir ? Cet article permet de relativiser… et c’est bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*