Plan à trois avec une blonde qui gémissait comme une actrice porno

Plan a trois avec une blonde qui gémissait comme une actrice pornoLe 20 juin 2016,

Ce week-end fut riche en émotions.

Vendredi soir, la fille de Tinder qui nous avait un faux plan est finalement venue. Il s’agit de celle que j’appelle « Le Diplodocus ».

Petit rappel : on devait la voir il y a trois semaines mais elle avait utilisé l’excuse « j’ai un copain maintenant » pour se dégonfler. Je l’avais donc traitée de « petite pucelle » et ça l’avait faite réagir. Elle a fini par avouer qu’elle n’était pas vraiment en couple et est venue nous voir.

On l’a invitée à un horaire qui ne l’arrangeait pas, juste pour l’emmerder (vengeance). A 21h30, après ma séance d’acupuncture.

C’est La Prof qui est allée lui ouvrir pendant que je finissais de prendre ma douche. Ma complice n’est plus trop stressée par ce genre de plan, maintenant, c’est cool.

Derrière la porte, elle a découvert une belle blonde aux yeux bleus perçants, plus grande que moi. Elle était sympathique et plutôt drôle. C’est une folle dingo, pour tout vous dire. Elle est complètement nymphomane, tout à fait extravertie. Je me suis tapé des barres de rire des barres de rire. Elle fait des blagues tout le temps avec son accent de Toulon, c’est cool, ça me rappelle le sud !

On s’est mis autour de la table tous les trois pour discuter, le temps que j’avale mes tartines de rillette au poulet. Pendant ce temps, les filles buvaient le bon vin blanc qu’il restait dans mon frigo. Puis, j’ai sorti « le bain de bouche » (c’est-à-dire du Get 27) pour qu’elles sentent bon.

Après mon repas frugal, je leur ai proposé d’aller sur le lit pour jouer à un jeu. La blonde a commencé à gémir  comme une actrice porno « ohhh j’adore les chemises, et les ceintures ». Elle s’est mise à genoux devant moi, m’a ouvert la ceinture puis s’est frottée derrière moi et m’a ouvert la chemise comme dans un film X. Puis, elle a fait claquer la ceinture comme une SM… Voyant que ça ne me faisait pas réagir, elle a soulevé son haut et m’a montré ses seins.

Puis, on a fait un jeu de dés avec des gages coquins. Au début, on est tombés sur « 1 – question vérité ». J’ai demandé « combien de fois pensez-vous que vous allez jouir ce soir ? » La meuf de Toulon a dit zéro et La Prof « au moins deux ».

Ensuite, on a fait 2 : on devait s’embrasser langoureusement à trois. Et puis on a fait « 5 – sexe oral », les deux meufs se sont jetées sur moi, d’un commun accord. Elles m’ont débarrassé de mes fringues sans que je ne puisse rien faire et m’ont taillé une pipe à deux pendant au moins cinq minutes.

Ensuite, le plan à trois à proprement parler a commencé. Les deux filles se sont déshabillées et se sont léchées ; je les léchais aussi et elles me suçaient. Parfois, je doigtais celle qui léchait l’autre, selon la configuration. Celle de Toulon se cambrait super bien et sa croupe était vraiment bandante.

Au bout d’un moment, j’ai pris La Prof en main et me suis mis à la lécher. Le Diplodocus s’est positionnée perpendiculairement par rapport à ma queue et me suçait en regardant ma copine, droit dans les yeux.

Elle avait une super bouche à pipes et des yeux qui criaient « foufoune » ! Cette situation excitait beaucoup ma chérie qui a joui super fort assez rapidement. Puis, ce fut au tour du Diplodocus de s’allonger pour qu’on la suce/doigte. On s’y est mis à deux, et elle a mis beaucoup de temps à jouir. Elle disait « arrête, arrête ». Elle ne doit pas avoir l’habitude de jouir au contact d’une langue. Mais elle a finalement exulté grâce à notre ténacité !

Ensuite, ma chérie s’était allongée sur le ventre en attendant que l’autre récupère. Je suis allé directement sur elle et l’ai doigtée par derrière en lui caressant le clito avec l’autre main. La situation et la manœuvre l’ont une nouvelle fois rendue folle en quelques minutes. Déjà deux orgasmes pour elle! En fait, ce genre de situation l’excite à fond, comme au club échangiste !

C’est parce que notre relation a changé. Elle a beaucoup plus confiance en elle et en moi maintenant (elle sait que je ne vais pas l’abandonner pour une nana que je connais à peine). En plus, sur Tinder, on rencontre des filles qui aiment vraiment les filles, pas des hétéros curieuses qui n’ont jamais touché de femme!

Après, elles ont eu à cœur de me faire prendre mon pied, à moi aussi. Les deux se sont mises à me sucer à tour de rôle : celle qui suçait se faisait lécher par l’autre. J’me suis aussi fait sucer la petite veine du bas par les deux meufs en même temps… comme dans un porno, leurs langues autour de ma queue se mélangeaient et tout ! J’ai fini par éjaculer super fort dans la bouche de la Toulonnaise qui a tout avalé. Je lui en ai mis un peu dans les cheveux aussi alors elle a décidé de se faire une queue de cheval pour la suite.

On a fait une petite pause « douche » puis les filles se sont remises à s’amuser ensemble. J’ai pas tardé à redevenir dur mais j’ai eu du mal à la tenir, si vous voulez tout savoir. J’ai levretté ma copine comme un bourrin, ce qui a eu pour conséquence de la faire jouir une nouvelle fois. La blonde a joui aussi car ma brunette la broutait. Puis, j’ai levretté la grande blonde qui léchait alors ma meuf. Et elle a encore joui, ma petite tondeuse à gazon préférée !

La grande blonde faisait des positions assez cheloues après la levrette. Genre, elle croisait ses bras derrière son dos, comme pour me faire des poignées. Je les lui attrapais fermement et elle se relevait, pour se faire prendre en extension. Puis, elle nous a fait la position du caillou, c’est-à-dire qu’elle s’est recroquevillée sur elle-même en mode fœtus afin que je la bourrine. Ma bite n’a pas trop aimé : à la suite d’un faux mouvement, je suis sorti et en voulant re-rentrer, j’ai mis un coup sur le bord de la fesse : ça m’a fait mal du coup j’ai perdu mon érection.

A partir de là, ça a été dur (ou pas, justement). Les deux meufs se sont donc allongées devant moi et je me suis branlé en les regardant. L’orgasme était bon quand même.

Score final :
– La Prof : 4
– La toulonnaise : 2
– Moi : 2

Mon petit amour m’a dit ne pas se sentir du tout jalouse, après ça. Tout simplement parce que notre relation n’est plus aussi fragile qu’avant ni rien. D’ailleurs, elle a raison de ne pas se sentir en concurrence. Cette blonde était bandante et excitante, mais je n’ai pas spécialement envie de la revoir. Je suis trop bien avec mon amoureuse. Je n’ai pas envie de gâcher ça !

On a donc fait 2 plans à trois en moins d’une semaine. C’est une vie de winner, ça ! Je ne vois donc pas pourquoi je tolérerais d’être traité comme un loser au taf ! A moi tout seul, j’ai baisé plus de meufs que tous ces glands du cabinet réunis.

Il faut savoir que mes enculés de patron ont renouvelé ma période d’essai pour une durée deux mois, la semaine dernière. Sauf qu’ils sont cons, parce que j’hésitais déjà à me barrer mais n’avais pas eu le temps de chercher autre chose. Là, en prolongeant ma période d’essai, ils me donnent deux mois de plus pour les planter du jour au lendemain.

Leur idée en faisant ça était de me mettre un coup de pression. Ils veulent que je m’intègre mieux (c’est-à-dire que je boive de l’alcool et mange de la merde avec eux). Et ils veulent aussi que je ramène des dossiers chez moi le soir car, avec tous les déplacements, selon eux, je ne peux être à jour au cabinet sinon.

Mais ça a un effet inverse sur moi : je réagis négativement à ce type de pression. J’ai envie de travailler pour des gens sympas, qui ne me parlent pas mal. Pour de telles personnes, oui, je donne le meilleur de moi-même ! Mais pas pour des fils de pute qui croient me tenir avec leur pognon. De plus, ils m’ont attiré dans leur cabinet en me promettant de me faire démarrer le stage de 3 ans pour être expert-comptable mais c’est toujours en stand-by… si c’est pas du foutage de gueule, ça ?! La fille que j’ai remplacée devait les habituer à dire amen à tout, c’était soit une pigeonne soit une soumise, mais ce n’est pas mon cas !

Cette semaine, y’a aussi eu le pot de départ d’un collaborateur. J’ai donc dit à ma copine de venir voir comment se passent les apéros là-bas, pour me donner son avis. Je souhaitais en effet savoir si c’est moi qui déconne complètement ou s’ils ne sont vraiment pas tranquilles mais se prennent pour des dieux.

Son avis :
– Y’a un des patrons qui est sympa, mais il se conduit comme un ado attardé de 50 ans : sa plus grande passion c’est de sortir le soir et de se murger dans les bars.
– L’autre patron, petit et gros, a clairement quelque chose à compenser donc il sur-joue le côté « macho ». C’est le genre qui croit que son attitude lui donne du charisme alors qu’il gagnerait à être plus modeste.
– Un des collaborateurs est un coq, un nabot qui gueule partout, qui demande « TU SUCES ? » super fort pour parler à ses collègues (même devant des inconnues). C’est typiquement le genre qui cherche à attirer l’attention, qui en parle le plus mais qui en fait le moins. Lui et l’autre gros sont clairement dans le même délire : ils n’en reviennent pas d’être experts-comptables… donc ils se la pètent comme jamais et se comportent de façon ultra-arrogante (mais ça n’est pas crédible)!
– Une des collaboratrices a accueilli ma chérie en lui disant « tu es prof mais c’est pas un vrai métier ça, tu es tout le temps en vacances ! » C’est la même qui m’avait dit, le premier jour, « tu n’es pas un peu jeune pour avoir du bide, toi ? » (Il faut savoir qu’elle-même est obèse.)

Clairement, ils n’ont fait aucun effort pour la mettre à l’aise alors on s’est barrés vers 21h30. Dans l’ensemble, elle a conclu : « c’est une belle bande de beaufs, je comprends que tu ne sois pas du tout à l’aise là-dedans. »

Autre anecdote : au cours de cet apéro, je ne souhaitais pas boire d’alcool. Mais ils m’ont servi de force et tout. Le lendemain, je leur ai donc dit « je ne dois pas être assez motivé car je ne ramènerai pas de travail à la maison, je veux travailler pour vivre, pas vivre pour travailler ».

Ils savent maintenant que je vais me barrer et que je peux partir à tout moment (dès que j’ai trouvé autre chose en fait)… alors ils se sont radoucis. Il y a déjà deux postes vacants dans leur cabinet, un troisième, ça marquerait mal quand même !

Que le Dieu du Game soit avec nous !

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*