Une fille doit-elle coucher le premier soir ?

Une fille doit-elle coucher le premier soir ?

Coucher le premier soir ? Y’a du pour et du contre…

Cet article a été écrit par Virginie.

Une fille doit-elle coucher le premier soir ? That is THE question. Si vous vous attendez à un oui ou un non définitif, vous pouvez d’ores et déjà faire demi-tour. Et ne tenez pas pour parole d’évangile tout ce que je vais dire. Ce qui va suivre est mon avis, issu d’une réflexion personnelle et de ce que j’ai pu apprendre dans mes études de Psychologie. Travaillez et interrogez cette opinion.

J’aimerais prendre le problème dans l’autre sens : pourquoi est-ce que l’on ne pourrait pas coucher le premier soir ? Que risque-t-on ? Pour le dire crûment, les filles passeraient pour des salopes infidèles avec qui il est impossible d’avoir une relation sérieuse, les mecs pour des Don Juan irrésistibles et super doués. Quelle société machiste ! Et, justement, voilà le problème : la société.

Développons un petit peu. Une société c’est, entre autres, des individus qui vivent en commun. Or, pour ce faire, il faut qu’il y ait une cohésion entre les Hommes. Donc un contrôle de leur agressivité et leur sexualité naturelles. C’est là qu’intervient la Culture, somme des réalisations par lesquelles notre vie s’éloigne de celle de nos ancêtres. Ainsi, cette Culture se sert de tous les moyens possibles pour lier les membres entre eux en inhibant leur libido pour que celle-ci soit au service d’activités dites supérieures (les sciences et les arts, par exemple).

En résumé, l’Homme de Culture se soumet à des restrictions pour vivre plus ou moins en sécurité. C’est pour cela qu’il y a à peine un siècle en arrière, seules les relations sexuelles entre un homme et une femme mariés étaient autorisées. Depuis, les mentalités ont un peu évolué et la sexualité s’est libérée. Merci mai 68 !

Mais, quand même, faudrait pas que cette désinhibition soit trop importante. Si chacun pouvait faire tout ce dont il a envie, ce serait le chaos. D’où cette pression sociale ambiante. Elle permet de garder les individus sous contrôle pour les manipuler plus facilement. Ainsi, celui qui s’éloigne de la norme (implicite ou explicite) est immédiatement étiqueté comme déviant. C’est comme cela que coucher le premier soir est devenu un comportement « anormal ». Vous trouvez ça pas trop choquant ? Et si je vous disais que, maintenant, la créativité est considérée comme une maladie mentale ? Vous écrivez, jouez d’un instrument, faites du dessin ou de la peinture ? Alors vous avez un problème, faut vous faire soigner ! En tout cas, c’est ce que certains psychiatres vous diront. Dans un autre genre : vous mangez sainement, en évitant les produits industriels et en privilégiant les plus naturels ? Alors vous souffrez d’orthorexie, un trouble du comportement alimentaire très grave car il fait perdre des sous aux industries agro-alimentaire et pharmaceutique.

Bref, tout ça c’était pour vous expliquer brièvement d’où vient cette règle de ne pas coucher le premier soir. Donc, après la théorie, passons à la pratique.

Concrètement, je dirais qu’il faut juste suivre son instinct. En faisant fi du « qu’en dira-t-on ? ». Les individus ont tendance à croire que tout ce qu’ils font est scruté par les autres personnes autour d’eux. Un exemple : vous tombez dans la rue. Premier réflexe (après celui de mettre les mains devant vous pour pas finir défiguré) : regarder autour de soi pour voir la réaction des passants. Le paraître a pris tellement d’importance qu’on en oublie de, tout simplement, être. Nous devons respecter des règles, des codes ou des interdictions au quotidien. Alors pourquoi ne pas s’autoriser une petite parenthèse de plaisir en couchant avec ce bel inconnu au regard ténébreux (ou cette rousse incendiaire au déhanché sexy) ? D’accord, nous vivons de plus en plus longtemps, mais c’est pas une raison pour ne pas profiter de chaque instant de la vie. Mais il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse, c’est-à-dire vouloir à tout prix coucher le premier soir et, du coup, se mettre une pression de malade (pression qui vous empêchera d’atteindre votre but et vous frustrera).

Hormis la pression sociale, il faut aussi tenir compte de deux autres choses : la religion et les MST. Pour certain(e)s, coucher avant le mariage est un péché. Même si vous ne partagez pas ce point de vue, respectez-le. Et cherchez-vous quelqu’un d’autre – sauf si vous vous sentez prêt à attendre ou à vous marier rapidement. En ce qui concerne les MST, le nombre d’idées reçues est quand même hallucinant. Ce qui peut être à l’origine de certaines réticences. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas de risques. Donc sortez couverts ! (c’était le conseil du jour).

En gros, faites-vous plaisir et envoyez balader la pression sociale (mais pas trop au risque d’effrayer les personnes autour de vous, parmi lesquelles se trouve, peut-être, l’amour de votre vie). Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, et que la peur de ne pas assurer est présente. Si ça peut vous rassurer, elle l’est chez les deux sexes. Mais plus vous vous habituerez à sortir de votre zone de confort, moins cette anxiété sera forte et, même, deviendra un moteur. Toutefois, la visualisation positive, la méditation, le qi-gong (le yoga des chinois, plus « actif ») peuvent être des moyens pour vous aider à gérer cette peur. Et pas besoin de dépenser des fortunes, vous trouverez des vidéos et des conseils sur Internet.

Un autre point que j’aimerais aborder : la différence homme/femme. Alors que pour monsieur, coucher le premier soir ne pose généralement pas de problème, cela l’est plus pour madame. Une des explications se trouve dans la psychologie évolutive dont Fabrice vous a déjà parlé. En gros : le but de la vie c’est de se reproduire. C’est pour ça, qu’avant, les hommes mettaient en cloque un maximum de femmes, la mortalité infantile étant importante. Ce comportement a perduré dans une certaine mesure jusqu’à aujourd’hui. Les femmes, une fois enceintes, étaient bonnes pour neuf mois de distorsions corporelles, sautes d’humeur et douleurs abdominales. C’est pour ça qu’elles ne devaient pas se planter quant au choix du géniteur. Ce qui explique, en partie, l’attitude actuelle de la gente féminine (même si on n’en a pas vraiment conscience).

Ainsi, les hommes et les femmes n’abordent pas de la même façon la sexualité – bien que les choses changent et, parfois, s’inversent. Alors, s’il-vous-plait, ne jugez pas. Que la fille couche le premier soir ou non, ne la critiquez pas. D’une, ça ne changera pas les choses et, de deux, ça risque même de les empirer. N’oubliez pas, non plus, que tout le monde n’arrive pas à se débarrasser de la pression sociale. Alors si votre cible refuse de coucher le soir-même, ne la rayez pas de votre liste tout de suite (bon, si au bout de 3-4 rendez-vous, elle vous fait toujours attendre en utilisant des excuses bidons tout en vous utilisant pour aller au resto ou au ciné, nextez-la, ne soyez pas masochiste ! Surtout que la compatibilité sexuelle joue un rôle important dans la vie d’un couple).

Petit cas particulier : les premières fois (masculines ou féminines). Si la personne qui vous plait ne l’a encore jamais fait, il est, je pense, plus compréhensible qu’elle ne veuille pas coucher au premier rendez-vous. Par exemple, en ce qui me concerne, je ne me suis sentie prête qu’au bout du troisième. Pourtant Dieu sait que, physiquement, j’en avais envie. Mais, psychologiquement, je n’en étais pas au même point. Et c’est, en partie, parce que je ne me sentais pas jugée ni oppressée que j’ai pu sauter le pas. Donc, au risque de me répéter, ne jugez pas !

Une dernière chose avant de vous laisser tranquille : je ne pense pas que coucher le premier soir soit un frein à une relation plus sérieuse. Comme vous n’êtes pas dans le jugement (j’enfonce encore un peu le clou, la répétition est la clé de la mémorisation), vous ne considérez pas la fille qui agit ainsi comme une salope mais comme quelqu’un qui profite de la vie. Cette nuance dans votre façon de voir les choses changera tout. Personnellement, je suis plutôt pour coucher au premier rendez-vous. Ça fait gagner du temps (ce serait dommage de se rendre compte après trois resto et deux ciné que, au lit, ça ne passe pas). Puis c’est un super moyen de briser la glace. Une fois que l’autre nous a vu nu(e), il n’y a plus de raison de se cacher derrière des masques. Bon, c’est pas non plus une raison pour déballer toute votre vie, gardez un peu de mystère !

Ah et une autre dernière chose : pour ce qui est de la fellation, mon avis est le même. Dans un monde idéal, la pratiquer le premier soir n’est pas malsain ou je-ne-sais-quoi-d’autre. Mais nous ne vivons pas dans un tel monde et la pression sociale, les croyances ou les valeurs sont autant d’obstacles à sa pratique. À vous d’essayer de réduire les craintes et la culpabilité que pourrait ressentir votre cible. Ayez conscience que toutes les filles ne pensent pas comme moi. Donc soyez indulgents envers mes congénères – mais ne vous laissez pas marcher dessus non plus.

Voili voilou. Si vous voulez en savoir plus sur la partie « théorique » (ou comment la vie en société se construit sur du renoncement sexuel), je vous conseille Malaise dans la civilisation, de Freud. Il a dit pas mal de conneries mais il lui arrivait, parfois, de dire des choses intelligentes. Ce livre en fait partie, à mon avis.

Également, si vous avez des questions, suggestions ou critiques, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires, j’y répondrais avec plaisir.

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

One thought to “Une fille doit-elle coucher le premier soir ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*