Vos croyances sont-elles limitantes ?

Vos croyances sont-elles limitantes ?Qu’est-ce qu’une croyance ?

Comme son nom l’indique, c’est le fait de croire en quelque chose. C’est une sorte de pensée encrée en nous qui a de l’influence sur toutes nos autres pensées.

Une croyance n’a aucun rapport avec le fait de savoir. C’est “croire”, comme son nom l’indique (encore). Et souvent, sans preuve, qui plus est. Alors ouais, c’est un peu con ! Mais on est tous logés à la même enseigne à ce niveau-là…

Tout le monde a ses propres croyances et perçoit le monde à travers elles. C’est difficile de s’en rendre compte parce que les croyances font partie de nous, de notre façon de fonctionner. Tout comme un poisson qui ne voit pas l’eau dans laquelle il nage.

Mais cette “eau” a un rôle fondamental. En effet, les croyances influencent nos paroles, nos actions, nos décisions… bref, nos comportements au sens large. Ensuite, ces comportements qui vont se produire et se reproduire, vont se renforcer, jusqu’à devenir une habitude dont les résultats créeront de nouvelles croyances. Vous avez suivi ?

Il est donc fondamental, lorsqu’on fait du développement personnel, de découvrir quelles sont nos croyances et de déterminer si elles sont constructives ou limitantes. Pour cela il va falloir s’auto-questionner méthodiquement.

Attention ! Je ne suis pas en train de dire que vous devez adopter MES croyances. Après tout, nous sommes tous différents et je ne souhaite pas vous faire de lavage de cerveau. Si c’était le cas, je travaillerais pour les services secrets ! Je veux juste vous amener à questionner vos croyances limitantes les plus solidement installées. Vous verrez qu’en se débarrassant de ses croyances limitantes, on élargit son champ des possibles. Je veux vous amener à réfléchir PAR VOUS-MEME.

La croyance limitante, c’est quoi ?

C’est de la merde. OK. Mais encore ? C’est quelque chose que nous pensons vrai mais qui ne l’es pas (ou pas toujours) et qui nous empêche de faire ce que l’on a vraiment envie de faire.

La croyance qui dit qu’il ne faut pas tuer son prochain ou que voler c’est mal, c’est quelque chose de vrai (même si ça ne l’a pas été de tout temps pour tout le monde). Ce n’est donc pas une croyance… c’est un fait et vous risquez de sérieuses emmerdes avec la justice si vous pensez autrement. Par contre, la croyance qui dit que c’est mal de parler aux gens qu’on ne connait pas et de faire des avances (polies et respectueuses) aux jolies célibataires… ça c’est de la merde !

Peut-être pensez-vous que vous n’êtes pas beau, ou que vous n’avez pas de charme. Demandez-vous si vous avez déjà fait rire des gens ou si des filles vous ont déjà trouvé attirant (même si elles n’étaient pas canons c’est pas le sujet). Oui ? A partir de là, le bon processus est en marche.

Ce genre de jugement peut aussi s’appliquer aux autres personnes. Comme quand vous dites que les filles qui aiment baiser sont des putes faciles. C’est faux: il y a des filles très bien qui aiment le sexe. Tout comme il y a de grosses connasses frustrées.

La généralisation est un énorme problème. “Les filles n’aiment pas qu’on les drague, elles trouvent ça lourd” est ce que j’entends le plus souvent. La vérité c’est que si certaines n’aiment pas, d’autres apprécient. Tout comme le rentre-dedans. Les extrêmes et les absolus intellectuels sont dangereux.

Dans l’idéal, il faudrait éviter de penser négativement. Il faudrait se parler à soi-même de manière positive. Plus facile à dire qu’à faire. Au lieu de vous demander comment vous allez éviter d’être précoce ou comment vous allez ne pas paraître trop coincé au rendez-vous… essayez- de vous demander comment vous allez parvenir à la faire jouir comme une folle ou comment vous allez faire pour réussir votre date.

Les croyances créent : des possibilités OU des voies sans issues. Chaque fois que vous vous dites que vous ne pouvez pas, alors qu’en fait techniquement vous pouvez, c’est faux. Et ça diminue votre potentiel. Il y a toujours plus d’options qu’on ne le pense. Débarrassez-vous de vos boulets psychologiques.

Dans The Game, Neil Strauss écrit à propos du kissdès que tu demandes si tu dois faire quelque chose ou pas, c’est que tu dois le faire“.

Partant de là, au début de mon Game, j’ai commencé à aborder et embrasser des meufs au bout de quelques minutes de discussion et je me suis aperçu que même si souvent elles étaient surprises, elles appréciaient. Après, je me suis dit que j’allais pousser le bouchon un peu plus loin, comme Maurice. J’ai essayé de les baiser dans des toilettes en soirées, dans la rue, dans ma voiture, etc. Et si certaines étaient choquées par mes manières cavalières, d’autres appréciaient de vivre une scène passionnelle digne d’un film porno. Rares sont celles qui ont regretté (moins rares sont celles qui ont regretté de ne pas avoir essayé de sortir de leur zone de confort).

D’ailleurs, souvent, c’était parce qu’elles ont culpabilisé après coups… c’est-à-dire parce que leurs émotions les ont fait agir sur le moment puis ensuite elles ont trouvé ça contraire à leur schéma de pensée “une fille de bonne famille ne fait pas ça même si c’est fun“. A partir de là, on se rend compte que les croyances déterminent notre degré de liberté sociale et sexuelle.

Y’a un dernier truc intéressant avec les croyances, c’est qu’elles rétrécissent notre champ de vision. Comme les œillères des chevaux. Ainsi, lorsqu’une fille sera en attitude de séduction avec vous, vous ne le verrez pas si vous êtes persuadé que vous n’intéressez pas les filles. On remarque plus facilement ce qui appartient à notre schéma de pensée. Le reste, on l’occulte ou le rejette souvent.

De même, les croyances peuvent vous faire voir des choses qui n’existent pas, comme un mec qui drague votre copine alors que c’est en fait un ami gay (alors qu’en fait c’est VOUS qu’il aimerait pécho). En général, on croit plus facilement : ce qu’on aimerait vraiment qui arrive, et ce dont on a très peur que ça arrive.

C’est à cause des croyances que l’on a que l’on vit tous dans notre propre réalité (quand pour moi il est évident que les meufs aiment le sexe et que je peux en baiser une dans les chiottes d’une boîte en 10mn tout en la respectant ; d’autres verraient-là un mec misogyne prétentieux et c’est dur de dire qui a tort ou raison). Enfin, jusqu’à un certain point quand même…

A noter quand même que chez certaines personnes suggestibles, les croyances peuvent avoir des conséquences physiques. D’où les maladies psychosomatiques. Plus généralement, nos croyances influencent notre langage corporel et donc les réactions des autres. De bonnes croyances attirent de bonnes choses.

Ci-dessous quelques questions pour vous aider à déterminer si vos croyances sont limitantes ou fondées et aidantes :

Question 1 : Que diable se passerait-il si tu le faisais ? Qu’y perdrais-tu à essayer ? Quel est le gain possible ?
Question 2 : De quoi aurais-tu besoin de plus que ce que tu as pour le faire ? Est-ce possible de le faire actuellement ? Pourquoi pas ?
Question 3 : Pourquoi penses-tu comme ça ? Qui ou quoi t’a fourré ça dans le crâne ?
Question 4 : Est-ce que c’est fondé et est-ce que ça va dans le sens de ton objectif de vie ?
Question 5 : Y a-t-il des circonstances dans lesquelles ça ne s’applique pas ? Lesquelles et pourquoi ? (retour à la question 1)

Je vous souhaite une bonne remise en question de vos croyances à propos de vous-mêmes, des meufs et des relations hommes/femmes.

PS = Les filles doivent vous aimer parce que vous êtes un alpha bon coup OU BIEN vous devez vous mettre en quatre et leur payer des verres ? Perso, j’ai choisi ma réalité sexuelle. Et si ça vous emmerde parce que vous êtes frustrés, laissez-moi quand même être heureux s’il vous plaît. Soyez tolérants.

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*