Focus sur l’anxiété d’approche

Focus sur l’anxiété d’approcheC’est quoi l’anxiété d’approche ?

La peur d’approcher ou « anxiété d’approche » est le nom donné à la réponse naturelle de notre corps quand on prend des risques. Biologiquement, un afflux sanguin dans l’amygdale, siège des émotions.

Si vous commencez des activités comme le saut en parachute ou autre, vous ressentirez la même sensation. C’est ancré en l’homme, dans notre programme génétique. On ressent ça lorsqu’on sort de notre zone de confort.

La société complique les choses

La société contemporaine est responsable d’un développement du stress et de l’anxiété. Ses règles nous ont, entre autres, conditionnés à ne pas oser aborder les femmes :
– depuis tout petit on nous dit de ne pas parler aux étrangers (pédophiles, kidnappings) ;
– on nous apprend à respecter l’espace personnel des inconnus ;
– on a peur de se prendre un procès pour harcèlement ;
– on a peur de ruiner sa réputation ;
– on a peur d’être rejeté ou insulté en public.

Ces barrières sociales nous poussent à rester bien tranquillement dans notre coin au lieu de prendre des risques sociaux… même si ce sont ces mêmes risques qui pourraient nous mener à la pleine satisfaction de nos désirs biologiques.

Le défi c’est d’arriver à passer outre les conventions et toute cette merde qui nous empêche de nous épanouir. Ne pas s’en servir comme excuses pour ne pas approcher, ne pas nous replier sur nous-mêmes parce que « c’est comme ça qu’on doit faire ». Ne pas être un mouton…

Pourquoi devriez-vous approcher des femmes ?

A. C’est ancré en vous, ne le combattez pas

Apprendre à surmonter son anxiété d’approche c’est comme surmonter le besoin de manger ou de dormir. Les études ont montré qu’en l’absence de défis, les hommes dépriment. Sortir de notre zone de confort fait donc partie de nos besoins. Vivre dans sa bulle de confort est contraire à la nature…

Souvenez-vous que le but biologique c’est juste de survivre et se reproduire. Pas plus. Une fois que vous commencerez à prendre des risques, vous allez entrer dans un cercle vicieux qui vous poussera à aller toujours plus loin (en termes de risques et de récompenses) et chaque fois que vous dépasserez vos limites, vous aurez hâte d’aller encore plus loin.

B. L’action vous dope

La seule façon de passer de la paralysie à l’action c’est d’agir. Quand on passe à l’action, notre chimie interne produit de la dopamine qui nous fait nous sentir bien dans notre peau. Cette drogue est censée nous aider à acquérir de nouvelles compétences.

C. Personne ne peut vous rejeter à cause d’une approche à froid

Une femme que vous abordez ne vous connait pas, elle ne vous rejette pas VOUS mais rejette l’approche. Or, en pratiquant, vous vous améliorerez. La plupart des femmes ne sont pas des connasses, elles se comportent juste comme telles lorsque vous les approchez mal, ce qui est plus un test qu’autre chose en fait…

D. Plus vite vous échouez, plus vite vous réussirez

Devenir bon avec les femmes nécessite beaucoup de pratique. Mais il faut persévérer ! Pas besoin de lire des tonnes de bouquins écrits par des charlatans. Plutôt besoin de mettre les deux pieds dans la merde et de foncer pour vraiment internaliser les compétences. Vous devez commencer par échouer avant de réussir alors échouez le plus tôt possible… Logique, non ?

E. N’ayez pas de regret

Si vous croisez tous les jours ne serait-ce qu’une femme que vous trouvez attirante, en dix ans vous ratez 3650 opportunités. Chaque femme croisée dans la rue pouvant potentiellement finir dans votre lit, c’est rageant. Cependant, même si ces 3650 sont jolies, combien remplissent vos critères personnels (le caractère) et vous trouvent attirant en retour ? On ne le saura jamais parce que vous n’avez pas agi. Dommage !

F. Il faut filtrer les femmes pour en trouver qui remplissent nos critères

Vos exigences devraient être hautes. Je pense que 80% des jolies filles ne vous conviendraient pas pour plus d’une nuit. C’est statistique, vous devez donc en approcher plus pour vous en faire plus. Et ne niquez pas une fille seulement parce qu’elle répond positivement à votre approche mais bien parce qu’elle satisfait à vos exigences minimales.

G. Réalisez tout le pouvoir que vous avez

(Le point G, le plus important.) En tant qu’homme hétérosexuel, vous pouvez approcher qui vous voulez. Le monde entier est votre terrain de jeu (sauf gayland).

Pour une femme hétéro, il est trop difficile d’aborder parce que ça communiquerait qu’elle est désespérée, facile, etc. Pour un mec homo qui a le malheur d’aborder un hétéro, ça peut rapidement partir en couille. Mais un homme qui approche des femmes véhicule, lui au contraire, de la confiance et de la force. Le jeu est donc en notre faveur, nous, les hétéros.

Plus de 50% des gens sur Terre n’ont pas le pouvoir que nous possédons. Et la plupart des gens qui l’ont ne s’en serviront jamais. Ne soyez pas ce mec qui regarde la vie défiler mais qui n’agit pas. Vous avez le pouvoir, donc le choix.

H. Les femmes aiment être abordées mais 95% des mecs n’ont aucune capacité d’approche

Se faire aborder flatte et valide les femmes. Elles sont souvent approchées, mais la plupart du temps de manière MALADROITE. Elles ont donc mis en place des défenses automatiques parce qu’elles n’ont pas de temps à accorder à tous les losers. En étant un peu différent et en affichant de la confiance, vous noterez une énorme différence dans la façon dont les femmes vous perçoivent. Cela dit, il est indispensable de se planter quelques fois afin de pouvoir peaufiner ses techniques d’approche.

I. Possédez-vous les 8 inducteurs d’attirance ?

L’apparence, la confiance, l’humour, l’intelligence sociale, la passion, la présélection, le statut, la richesse. Voici ce que les femmes vont checker quand vous les approcherez.

Pensez-vous qu’un mec au top, comme James Bond, y réfléchirait à deux fois avant d’aborder une meuf qu’il trouverait attirante ? Non. Et vous non plus. Vous devez adopter un air de confiance qui sous-communique que vous possédez déjà ces inducteurs d’attirance… jusqu’à ce que vous les déteniez vraiment.

Regardez le film Vicky Christina Barcelona et observez comment Javier Bardem aborde les deux filles au tout début. Vous comprendrez comment il persiste avec confiance bien qu’il soit rejeté pour la forme. En plus, il se tape les deux (et elles en redemandent), chapeau l’artiste !

Gandhi a dit un jour un truc du genre « tu ne sais peut-être pas quel écho trouvera ta tentative, mais si tu ne tentes rien, sois sûr qu’il n’y aura pas d’écho. » Réfléchissez-y.

Extrait de : La vérité (qui dérange) sur les relations hommes/femmes

 

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*