Je l’ai embrassée et elle m’a dit “merci”

T'es pas cap de l'embrasser!

J’ai baisé une anglaise draguée en boîte

Ce field report est lié à celui du 4 juillet 2013.

Le 30 juin 2012,

Sandra est une de mes amies du lycée que j’avais perdue de vue depuis un moment parce qu’elle a retapé plusieurs fois sa première année de médecine et parce qu’elle habite maintenant à Marseille… mais je ne mets quasiment jamais les pieds dans cette ville dégueulasse!

Ma relation avec cette fille a toujours été spéciale, j’ai longtemps pensé qu’elle serait la femme de ma vie et la mère de mes enfants bien que ses jambes s’ouvrent plus vite qu’une page Google. J’dis pas que je ne pensais pas à d’autres filles ni rien mais quand elle était là, aucune autre ne comptait. Qu’est-ce que j’en ai fait des conneries à cause d’elle ! C’était irrationnel parce que je ne la voyais pas souvent non plus mais bon le « loin des yeux loin du cœur » ne s’applique plus vraiment depuis qu’on a les réseaux sociaux. J’étais piégé, elle était mon Odette de Proust. J’crois que je l’idéalisais parce qu’elle n’était apparemment pas celle qui vivait dans mon esprit, mais j’ai mis du temps à m’en rendre compte. C’est pas que je doutais de ma capacité à créer de l’intérêt chez une autre, mais j’étais bel et bien persuadé que c’était LA femme qu’il me fallait. Alors, je l’ai attendue, longtemps… l’ironie c’est que je suis sûr que c’est cette fixation maladive qui m’a handicapé et empêché de la posséder. Elle a probablement contribué fortement à ce que je suis devenu, en brisant mon cœur (snif snif). Ça aurait pu être différent ma puce, dommage qu’on soit tous les deux aussi cons et fiers.

Bref, suite à une invitation, elle est venue me rendre visite à Aix: « Salut, soirée chez moi samedi, viens ça va te remonter le moral » ; « je ne suis pas déprimée mais ça me fait plaisir ton message, je vais venir avec une copine. »

Une fois tout le monde arrivé, on a laissé les gens faire la fête au Salon et on est allé dans ma chambre avec Sandra la brune et sa copine Laura la blonde. On a flirté un peu, on s’est tripotés, on a pris des photos dans des positions coquines toutes langues dehors puis Sandra avisa son amie et lui lança : « t’es pas cap de l’embrasser! » Voilà que Laura sauta sur l’occasion pour me rouler un patin (pas spécialement bourrée en plus si je me fie à son haleine), et a ensuite défié Sandra : « à ton tour! » Alala, que j’aime ce rôle d’homme objet! Je passais de l’une à l’autre comme on alterne Advil et Doliprane quand on est con et malade… On s’entendait bien tous les trois, même s’il est évident que Laura a le QI d’une Barbie (ainsi que le physique, heureusement pour elle) et que ça amuse beaucoup Sandra de se moquer de sa copine. Moi aussi d’ailleurs, mais poliment : vous connaissez mon tact légendaire…

J’ai dit à Laura, comme ça, un peu pour rigoler : « quand est-ce qu’on fait l’amour ?
– Tout de suite si tu veux… » Je saute quelques péripéties sans intérêt. Vers 2h du mat’, Sandra a décidé de rentrer chez elle parce qu’elle était fatiguée (soi-disant : elle avait trop baisé la veille avec son Plan Cul Régulier) alors je l’ai prise à part en virant la blonde, et lui ai dit que j’aimerais l’avoir pour moi tout seul. Elle m’a répondu que, pour ça, je devrais aller la voir à Marseille ! Je l’ai de nouveau embrassée, mais cette fois, il n’y avait plus le prétexte du jeu pour s’emballer à bouche-que-veux-tu! On s’est reparlés sur Skype ce matin et je suis allé à la voir Marseille pour dormir chez elle. Mais cette euphorie et la fausse joie qui s’en sont suivis ont eu un prix : en repartant, j’ai grillé un feu, perdu 4 points et payé 90€ d’amende… C’était moins bon.

Retour au récit de la soirée : une fois mes deux poupées préférées parties, j’étais en mode « débordant de confiance ». Je me souviens qu’une autre copine avait invité une certaine Aurélie qui m’a dit : « Je t’ai déjà vu quelque part…
– On a sûrement dû s’embrasser en boîte », ai-je spontanément répondu (c’était une blague évidemment vu que je ne la connaissais pas, mais elle portait sur la gueule qu’elle était une pétasse d’aixoise prétentieuse, cela dit ça m’excite!) Il s’avère que je lui avais en fait envoyé un poke il y a un an ou deux auquel elle n’avait jamais répondu! Je me demande encore comment elle a fait pour s’en souvenir (elle ne doit pas avoir grand-chose d’autre à quoi penser ou alors c’est une tarée de psychopathe)… Ensuite, j’ai pris des gens en photo, d’ailleurs on dira ce qu’on veut mais celui qui a l’appareil photo a le pouvoir en soirée, et à un moment, j’ai photographié une anglaise qui a commencé à me parler (bourrée). Elle prenait son manteau tout en m’informant qu’elle allait en boîte avec ses amies. Je lui ai dit : « Non je veux que tu restes.
– Moi aussi j’ai envie de rester mais elles veulent partir… » Et là, je l’ai kiss ! Je m’en souviens bien parce que sa réponse m’a surpris, elle m’a dit « merci ». C’est peut-être une coutume d’outre-manche. Donc, la soirée continua… et à 3h30, on est allé en ville avec les dernières personnes qui étaient restées chez moi. Là, j’ai réalisé avec stupéfaction que la moitié de la boîte était dans mon appart quelques heures auparavant! C’était moi le boss YEAHHHHH !!!!!

J’ai repéré l’anglaise, l’ai re-embrassée immédiatement sans autre forme de procès. Je l’ai plaquée contre un mur puis ai continué… au bout d’un moment je me suis fait de plus en plus entreprenant : je la tripotais de plus en plus. Vers 5h, alors que j’étais occupé à faire des va-et-vient sur son clito à travers son jean, elle m’a dit avec son accent adorable « pour ça, il faut aller chez toi ! »

En plus, bonne surprise, quand je me suis levé à poils : ma coloc’ et sa bestah étaient déjà en train de tout nettoyer. Un appart’ propre dès le matin ça fait plaisir.

Au travail, mesdemoiselles.

Que le Dieu du Game soit avec vous !

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*