Carpe diem, hédonisme et séduction

Carpe diem, hédonisme et séduction

Carpe diem

Carpe diem est une locution latine extraite d’un poème de Horace que l’on traduit en français par : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Elle résume le poème qui la précède dans lequel Horace cherche à persuader Leuconoé de profiter du moment présent et d’en tirer toutes les joies, sans s’inquiéter ni du jour ni de l’heure de sa mort.

Rendu célèbre auprès du grand public depuis l’Antiquité, l’extrait Carpe diem fait l’objet d’une mauvaise interprétation : traduit par « Profite du jour présent » (alors que les deux mots signifient « cueille le jour ») et compris comme une incitation à l’hédonisme le plus fort, peut-être le plus aveugle, il perd tout rapport avec le texte original qui, au contraire, incite à bien savourer le présent (sans toutefois récuser toute discipline de vie) dans l’idée que le futur est incertain et que tout est appelé à disparaître.

Vivre davantage en mode « carpe diem » est le conseil qui m’a le plus été donné par les différents psys que j’ai pu voir quand j’étais très angoissé.

Hédonisme

L’hédonisme est une doctrine philosophique grecque selon laquelle la recherche du plaisir et l’évitement du déplaisir constituent l’objectif de l’existence humaine.

Les plaisirs de l’existence, multiples, varient selon les individus et selon leur éducation. Les penseurs hédonistes ont orienté leur vie en fonction de leurs dispositions propres, mais on retrouve des thèmes communs : l’amitié, la tendresse, la sexualité, les plaisirs de la table, la conversation, une vie de recherche constante des plaisirs, un corps en bonne santé. On peut aussi trouver parmi les dispositions : la noblesse d’âme, le savoir et les sciences en général, la lecture, la pratique des arts et des exercices physiques, le bien social…

Dans le même temps, les douleurs et les déplaisirs à éviter sont : les relations conflictuelles et la proximité des personnes sans capacités contractuelles (sans paroles), le rabaissement et l’humiliation, la soumission à un ordre imposé, la violence, les privations et les frustrations justifiées par des fables, etc.

Ainsi, il n’y a pas d’hédonisme sans discipline personnelle, sans ascèse, sans connaissance de soi, du monde et des autres. Les fondations directes d’une philosophie hédoniste sont la curiosité et le goût pour l’existence d’une part, et d’autre part l’autonomie de pensée (et non la croyance), le savoir et l’expérience du réel (au lieu de la foi). Il y a donc pas mal de points communs avec le game là-dedans !

D’après Michel Onfray, l’hédonisme se résume par cette maxime de Chamfort : « Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale ».

Les religions n’aiment pas trop cette philosophie de vie en général car elle favorise le sexe hors mariage et peut perturber l’ordre établi. Mais bon, le sexe n’était-il pas interdit par les religions surtout pour des mesures d’hygiène ? Les textes n’ont pas trop été actualisés mais il me semble qu’avec la capote, ces règles-là n’ont plus trop lieu d’être ! Enfin, dans la mesure où on fait des choses positives pour soi comme pour les autres, je ne vois pas qui ça peut déranger ni ce qui peut faire de nous une mauvaise personne dans cette philosophie de vie. Ceci dit, en se libérant d’autant de liens invisibles, on se sent quand même beaucoup mieux… donc pourquoi aurait-on même ne serait-ce qu’envie de faire le mal autour de nous ?

 

Quel rapport avec la séduction ?

Ce type de philosophie permet de se détendre et de ne rien regretter. Elle remet au centre le tangible : le présent. En effet, on ne vit pas hier ni demain. On vit maintenant… c’est de la pure logiquement mais on le perd trop souvent de vue.

Regretter des choses ne change rien, s’angoisser en pensant à l’avenir n’aidera pas beaucoup non plus. Acceptons qu’on ne peut changer le passé ni anticiper parfaitement notre avenir. Réfléchir c’est bien, mais si cela empêche l’action, alors c’est totalement contre-productif. Evitons donc de sur-réfléchir au point de se mettre en désaccord avec nos envies profondes (je parles des bonnes envies toujours pas des envies de meurtre sur son patron) !

Vivre en se posant moins de questions stressantes nous rendra plus séduisant car on aura moins de pression et ça se sentira. On sera plus cool, moins chiant (éviter les excès quand même). On vivra plus à fond. Ou du moins, on vivra davantage notre vie qu’on ne la subira.

Savez-vous que 95% des pensées que la plupart des gens ont eu aujourd’hui sont les mêmes que celles qu’ils ont eu hier et qu’ils auront demain (dont 80% de pensées négatives chez une personne moyenne) ? Y’a donc peu de nouveautés, d’aventures et de fun dans la vie des gens… La plupart des gens croient qu’ils vivent mais ils sont déjà morts.

Durant un date, ne cherchez pas à préparer dans vote tête les 35 prochains sujets de conversations possibles, n’anticipez pas non plus les 73 shit-tests que vous craignez qu’elle vous sorte, et enfin ne passez pas tout votre temps à analyser son langage corporel. Cela rendra l’interaction plus authentique. Vouloir tout compliquer ça vous rassure peut-être car vous avez l’impression d’avoir un certain contrôle en agissant comme ça… mais en fait ce n’est pas trop le cas ! Surtout dans le game. Et je dirais même qu’en faire trop joue en votre défaveur ! Comme tout excès.

 

Et le sexe dans tout ça ?

Sortir un petit topo « carpe diem » aux meufs peut les convaincre de se laisser tenter par une nuit torride. Ce genre de lines m’a pas mal aidé à baiser. Je l’utilise aussi pour répondre à la question « tu recherches quoi comme relation » (je leur explique que je prends ce que la vie me donne, que je n’ai pas d’attente particulière et que je suis content des expériences sympas que je peux faire). Mais pour autant ce n’est pas malhonnête ni de la manipulation de ma part, je partage juste sincèrement avec elles ma vision de la vie… et je vois si elles sont assez sages pour la partager.

On entend souvent des choses comme « vis chaque jour comme si c’était le dernier », ou d’autres conseils s’en rapprochant. Mais en fait, c’est tellement évident que l’on y croit pas ! Pourquoi reporter sans cesse les parties de plaisir potentiel ? Sachant que l’on peut se prendre une brique sur la tête à n’importe quel moment et crever (touchons du bois que ça ne nous arrive pas).

Pourquoi reporter un rencard ou une baise si les deux protagonistes en ont envie maintenant ? Ca défie toute logique, en fait. Le stress ? Les principes ? On avait prévu de faire un truc pour le boulot que l’on pourrait très bien reporter ? Tout cela a beaucoup moins d’importance face à la mort mais comme on vit dans une société surprotégée, la plupart des gens voient à très long-terme avant de voir leur intérêt à court-terme.

« Et si, plus tard
On voulait connaître mes histoires
Combien vaudront, vraiment la peine d’être racontées ? »
Casseurs Flowters

Par exemple, une meuf qui dit qu’elle cherche « un couple sérieux ». OK, c’est très bien. Mais en attendant de trouver l’homme de sa vie, qu’est-ce qui l’empêche de saisir les occasions qui se présentent effectivement à elles avec des hommes à son goût qui ne la jugeront pas pour ça mais qui ne souhaitent pour autant pas s’engager tout de suite ? Pourquoi frustrer les besoins naturels de son corps alors que ce serait un scénario gagnant-gagnant d’agir autrement ? Pourquoi se gâcher la vie volontairement si on peut faire autrement ?

Enfin bon, si c’est pour que pendant la baise la nana pense déjà qu’après elle va se sentir sale d’avoir été « facile », c’est même pas la peine. C’est sûr qu’il y a un travail à faire sur soi en amont avant de pouvoir un peu plus jouir des bonnes choses de la vie. Un travail de présence, de libération de son conditionnement social, etc.

Je termine en rappelant que carpe diem ne veut pas dire irresponsable. Donc, surtout si vous avez beaucoup de coups d’un soir ou de partenaires différents, protégez-vous.

« Mais les années passent vite et même les plus grands finissent par tomber
Dans toutes nos aventures, beaucoup d’moments finiront par compter
Si j’dois m’en aller, j’rêverai d’avoir plus d’histoires à raconter »

Casseurs Flowters

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

One thought to “Carpe diem, hédonisme et séduction”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*