De la nature de la séduction

Une énergie inconnue

Beaucoup de gens pensent que l’univers est constitué d’atomes… Pourtant, ce n’est pas tout à fait exact ! Il y a des particules composantes de l’atome.

Nous ne sommes pas capables de les percevoir directement mais il est possible d’agir sur un certain nombre de particules. Et ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore autre chose d’encore moins perceptible derrière…

D’après les chercheurs, l’univers est constitué de 4% de matière, de 23% de matière noire imperceptible, et de 73% d’énergie noire.

La séduction est-elle une « matière noire » ? Nous savons seulement qu’elle est là, qu’elle agit sur nous, mais on ne sait pas grand-chose de plus à son sujet. Alors, nous devons travailler de façon empirique pour percer ses mystères.

Si nous renoncions à notre capacité à réfléchir, à tirer des enseignements pratiques et applicables de nos expériences, alors nous nous soumettrions totalement aux « lois de l’univers » de la vie en société. Or, selon ces lois : 80% des individus mâles n’ont pas à avoir de vie sexuelle digne de ce nom, un point c’est tout ! Est-ce acceptable ? Non, nous ne baissons pas les bras !

 

Une activité transgressive

Même un séducteur très expérimenté n’a jamais toutes les femmes à ses pieds (c’est une légende). Mais il a trouvé empiriquement une façon d’avoir du succès… un succès habituellement réservé aux icônes, aux chefs, ou aux purs beaux gosses !

La séduction n’est pas une science, mais plutôt une discipline voire un art que l’on apprend par la pratique et la mise à l’épreuve de la théorie.

C’est pourquoi la drague est une activité transgressive… C’est pourquoi on cherche à vous dissuader d’apprendre à séduire : vous prendriez ce que les élites s’étaient réservé.

C’est également pourquoi la plupart des mecs ont du mal à assumer publiquement qu’ils lisent mon blog et mes ebooks : il y a par exemple peu de commentaires alors que mes articles sont lus par des milliers de personnes et que beaucoup de gens me contactent en privé pour me remercier de l’impact positif que mes connaissances ont eu sur leurs vies (je publierai des preuves de ça un de ces jours sur mon blog car on aime tous les preuves).

 

Une activité dénigrée

Plutôt que de créer une relation dynamique de travail (questionnement, comparaison, proposition, exceptions, tests et conclusions), la plupart des gens réagissent « à la française » vis-à-vis de la séduction, c’est à dire qu’ils tentent de briller en critiquant et en vannant, alors qu’ils ont eux-mêmes une vie sexuelle qui n’est en fait pas terrible. Mais ils prient pour que ça ne se sache pas. En plus, ça les ferait chier de prendre conscience que d’autres gens en ont une meilleure. Voilà ce qu’on appelle le nivellement par le bas.

Ne vous en déplaise, il existe dans notre beau pays une véritable misère sexuelle. Le message que nous hurle notre société est « Si vous n’arrivez pas à plaire, ce n’est pas votre faute. Vous êtes un ringard parce que vous ne consommez pas les endroits à la mode, les bonnes fringues, les bons aliments, la bonne crème pour la peau, etc. »

Vous pouvez essayer si vous voulez mais ces choses ne fonctionnent pas (ou plutôt mal) pour séduire… et rendent même parfois agressif avec soi-même ou autrui !

Si vous êtes exclu de naissance du cercle privé des hommes à femmes, il vous faut apprendre à vraiment séduire, sans passer par la société de consommation. C’est une nécessité vitale pour sortir de ce cercle infernal et vous sentir mieux. Mais ne vous faites pas d’illusions : apprendre, c’est aussi mettre les mains dans le cambouis.

 

Le tabou lié à l’apprentissage de la séduction

Posez-vous cette question : accepteriez-vous de torturer un inconnu qui ne vous a rien fait ? Non…? C’est certain ? Pourtant, l’expérience de Milgram (si ça vous dit très vaguement quelque chose voyez ci-dessous) a montré que 90% d’une population le ferait, si on le lui demandait correctement.

Je ne suis pas en train de dire que vous êtes un monstre. Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous vivons TOUS sur des certitudes qui ne sont rien de plus que des automatismes de la pensée. Repérer ces automatismes et les remettre en question pour une vie meilleure, c’est ce qu’on appelle « ouvrir les yeux », « penser par soi-même ». Bien sûr que séduire s’apprend, comme n’importe quelle discipline… même si la plupart des gens pensent que non.

 

L’avis des femmes

« J’aime les beaux garçons (mais qui ne savent pas qu’ils sont beaux), gentils, attentifs, timides, sensibles avec un grand sens de l’humour », nous disent en général les filles avant de se faire sauter par des gros machos, des fils à papa ou des racailles… « Les autres oui, mais moi, je suis différente » répondront-elles peut-être à cette affirmation. Mais bien sûr ! Ça me rappelle des copines, étudiantes en psycho, qui s’esclaffaient en expliquant qu’elles ne seraient jamais tombées dans le piège de l’expérience de Milgram ni dans celle de Leyens (googlez ça). Oui, oui, si ça vous leur plaisir de le croire…

Pour information, l’expérience de Milgram est une expérience de psychologie réalisée entre 1960 et 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Elle cherchait à évaluer le degré d’obéissance d’un individu devant une autorité et à analyser le processus de soumission à l’autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience.

Lors des premières expériences menées par Stanley Milgram, 62,5 % des 40 sujets menèrent l’expérience à terme en infligeant à trois reprises des électrochocs de 450 volts (donc mortels, heureusement qu’ils étaient fictifs !) Tous les participants acceptèrent le principe annoncé et, après encouragements, atteignirent 135 volts. La moyenne des prétendus chocs maximaux (niveaux auxquels s’arrêtèrent les sujets) fut 360 volts. Toutefois, chaque participant s’était à un moment ou un autre interrompu pour questionner le professeur. Beaucoup présentaient tout de même des signes patents de nervosité extrême et de réticence lors des derniers stades (protestations verbales, rires nerveux, etc.)

Milgram a qualifié à l’époque ces résultats « d’inattendus et inquiétants ». Des enquêtes préalables menées auprès de 39 médecins-psychiatres avaient établi une prévision d’un taux de sujets envoyant 450 volts de l’ordre de 1 pour 1000 avec une tendance maximale avoisinant les 150 volts. Et pourtant… 62,5 % ont été très cruels!

Ce que je veux souligner ici, c’est que la plupart des gens sont forts pour faire la morale et critiquer en jouant les bienpensants mais ne proposent rien de constructif pour vous. Ils vous diront qu’il faut « être gentil » et que c’est comme ça que vous trouverez « quelqu’un ». En attendant, l’expérience de Milgram a bien révélé leur nature profonde. Ne vous laissez surtout pas arrêter dans votre développement personnel par leur mauvaise foi ni par leurs leçons de morale à deux balles !

 

La séduction, ça s’apprend !

La séduction est une discipline qui s’apprend et qui s’enseigne, comme n’importe quelle compétence, n’en déplaise aux sceptiques. Mais attention, la séduction n’a rien d’évident : elle est le résultat d’un long processus, largement inconscient, devenu un quasi-automatisme chez certains et une phobie chez d’autres.

Je dirais que, malgré la difficulté, apprendre à séduire n’est pas le plus difficile. Le plus difficile, c’est de supporter l’éclairage cru que son apprentissage jette sur soi-même et sur les rapports entre les êtres humains. Beaucoup de gens ne supportent pas ça et préfèrent se voiler la face en prétendant que ce sont des conneries. C’est une question de choix, le déni… mais que ces losers n’essaient pas d’empêcher ceux qui le souhaitent de s’éduquer !

 

Comment ça marche ?

En tant qu’homme, plus vous avez d’expérience sur le terrain, plus c’est facile. Plus vous comprenez comment fonctionne le monde, plus c’est facile. Plus vous êtes à l’aise auprès des femmes, plus c’est facile.

Si vous restez gentiment dans votre coin, vous aurez ce que les autres veulent bien vous laisser, c’est-à-dire en général pas grand-chose. Ou alors, des « bonnes copines » qui vous racontent pendant des heures à quel point leur ex est un salaud mais qu’elles ont envie de recoucher avec lui. Merci bien !

Il y a des règles dans la séduction parce qu’il y a des règles dans la société depuis toujours. Depuis l’époque où nous étions des hommes préhistoriques et vivions en tribus. Ce qui ne signifie pas qu’il faille obligatoirement les respecter. Par contre, il faut absolument les connaître sinon vous vous prendrez toujours les mêmes portes dans les dents.

Il est important de préciser que, quand je parle de ne pas respecter les règles, cela ne signifie pas qu’il faille être un tricheur, un escroc, un misogyne ou un baiseur en série. Cela signifie simplement que si vous n’avez aucun succès, il y a des raisons à cela. Et que si vous vous contentez de faire toujours la même chose (en vous en plaignant pourtant que ça ne vous réussit pas), rien ne changera.

S’apercevoir que les femmes ne sont pas de petits êtres innocents, fragiles et bienveillants va vous trouer le cul. Encore une fois, ouvrir les yeux et faire descendre les femmes de leur piédestal va chambouler votre vision du monde. Pourtant, cela vous aidera à coucher avec elles et à les revoir. Préférez-vous vraiment vivre au pays des licornes et rester avec votre vision utopique de la femme (ou de l’amour) qui cependant, jusqu’à présent, n’a fait que vous décevoir ?

 

Tout repose sur la psychologie évolutionniste

La différence génétique entre les chimpanzés et nous, les humains, est inférieure à 2%.

En les étudiant, on peut remarquer que toutes les femelles chimpanzé peuvent avoir une vie sexuelle facilement, mais que peu de mâles y parviennent.

Les plus forts, les plus puissants y parviennent, ceux qui peuvent combattre les prédateurs et repousser les attaques des tribus ennemies (la guerre et le meurtre existent aussi chez les chimpanzés, encore un point commun avec nous). Ils deviennent rapidement les chefs et attirent presque toutes les femelles.

Les compétents y arrivent aussi, par exemple ceux qui découvrent des techniques permettant d’améliorer la vie de la tribu (par exemple pour chasser de la viande dont les chimpanzés sont friands). Ceux-là deviennent aussi très vite les chouchous de ces dames.

Enfin, des « petits malins » tirent également leur épingle du jeu. Ce sont ceux qui développent leurs capacités de communication auprès des femelles. Ils tissent avec elles des liens de familiarité qu’elles ne développeraient normalement qu’avec ceux qui leur permettraient d’élever leurs enfants dans le cadre le plus sûr possible (c’est-à-dire les puissants ou les compétents).

Comme on ne peut pas ne pas communiquer (même le silence et éloquent), on ne peut pas ne pas influencer, disait Paul Watzlawick. C’est pourquoi, je vous conseille d’apprendre comment communiquer les bons messages pour faire partie des « petits malins » (c’est ce que la communauté de la séduction enseigne et c’est pourquoi cela dérange tellement les dominants ainsi que les soumis conditionnés à défendre les intérêts des dominants dans l’espoir d’obtenir leur approbation).

Une des raisons du développement de la communication a d’ailleurs peut-être été l’accès à la sexualité. Ses conséquences ont en tout cas été la construction de sociétés complexes, la transmission des savoirs acquis… Mais si nos intellects ont évolué, nos désirs profonds restent les mêmes : sécurité, appartenance à un groupe, reproduction… les désirs instinctifs féminins concernent toujours les mêmes archétypes: l’homme puissant et l’homme de pouvoir (car compétent).

Et les autres ? C’est-à-dire 80% des mecs ? Eh bien, ils ramassent les miettes s’ils ne savent pas bien communiquer.

Si vous voulez avoir le choix dans votre vie sexuelle, vous devez prendre le pouvoir. Soit en incarnant une certaine légitimité sociale (le président, l’acteur célèbre, la rock star, etc.), soit en satisfaisant un besoin social (être en sécurité près d’un macho, exprimer sa rébellion auprès d’une racaille, etc.), soit en apprenant à décrypter et susciter les processus d’attirance et d’attachement grâce au Game.

 

Les outils de la communauté

Une théorie est rarement bandante. Qui plus est, même nous, membres de la communauté de la séduction, n’avons pas une foi aveugle en nos théories. Nous cherchons à systématiser ce qui fonctionne. Nous cherchons des outils concrets.

Bien sûr, on pourrait remettre en cause le terme « outils » (ou techniques) concernant les relations humaines et estimer que ce genre de considération devrait être supprimé.

Mais bon, on devrait alors supprimer dans la foulée la plupart des « sciences humaines », qui cherchent après tout à rendre compréhensible le comportement humain.

Si on y réfléchit bien, en quoi ce serait différent lorsque ça touche à la séduction ? A part parce que ça fait peur et que c’est un peu tabou ?

 

 OBJECTION !

« Il faut être naturel, c’est tout… »

Ça ne veut rien dire « être naturel ». On peut être à l’aise, faire genre qu’on s’en fout, mais : « être naturel », ça veut dire quoi, sérieusement ?

La « nature » d’un anxieux est de péter de trouille, or, c’est précisément ce qu’il faut éviter. La « nature » d’un type peu sûr de lui est de se montrer facilement agressif, or, c’est rarement une bonne idée… Et je ne parle même pas de la « nature » d’un timide ou d’un phobique social…

Le problème est que l’on s’accroche généralement avec la dernière énergie à ce qui nous fait souffrir… comme à nos traumas, nos mauvaises habitudes, nos réflexes aberrants, etc.

Créer un cercle vertueux systématisant nos petites victoires pour reconstruire progressivement la perception même de notre réalité et du succès prend du temps mais ça en vaut la peine. Je peux vous le garantir !

Que ça vous plaise ou non, si vous n’émettez pas du bien-être, du calme, une certaine force… vous n’attirerez personne d’intéressant. Ou alors, ça marchera par chance, 1 fois sur 1000…

Cependant, on peut parfaitement intégrer son anxiété, son agressivité ou sa timidité dans le cadre de la pratique de la séduction. Car de toute façon, on doit l’intégrer à son travail sur soi (la séduction est pour moi un travail de développement personnel).

Dans tous les cas, si vous partez de loin, vous n’échappez certainement pas à un sérieux travail sur vous-même… Alors, prétendre « il suffit d’être soi-même », c’est un peu choisir la voie de la facilité et du déni, si vous voulez mon avis !

Extrait de : Les bases de la séduction

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*