Les blocages qui vous empêchent d’aborder une belle femme

blocage aborder filles

Dans cet article avec vidéo, nous allons parler des blocages en séduction. Certains mecs ont un blocage pour aborder, un blocage pour draguer, un blocage pour séduire, etc. D’où vient votre blocage face aux femmes ? Votre peur d’aborder une fille ? Est-ce à cause de la timidité, que vous êtes trop timide ? On va parler des croyances limitantes qui vous bloquent. Si vous êtes du genre à dire « j’ai peur des filles qui me plaisent », « j’ai peur d’aller voir une fille », « j’ai peur de ne pas plaire à une fille », « j’ai peur des jolies femmes », « je fuis les femmes », « je suis timide avec les filles qui me plaisent » ? C’est très courant… Regardez bien cet article avec vidéo car on va parler des blocages qui vous empêchent d’aborder les filles que vous voulez !

blocage aborder femme

La semaine du dragueur [5/7]

Cet article fait partie de « la semaine du dragueur » : 7 vidéos sur des thèmes de la séduction. C’est pour tous les abonnés à ma newsletter. Si vous vous abonnez maintenant, vous recevrez le mail dès demain, il contient des codes promo pour tous mes produits, il contient aussi du contenu secret, inédit. Si vous n’êtes pas abonné à ma newsletter, dépêchez vous de vous abonner, je vous enverrai des conseils secrets ainsi qu’un rappel pour le webinar qui portera sur « comment coucher avec une fille instantanément après la rencontre ».

 

Conditionnement depuis l’enfance à ne pas parler aux inconnu(e)s

Tout d’abord, vous devez savoir que depuis l’enfance, beaucoup de gens nous conditionnent à ne pas parler aux inconnus, donc à se méfier de l’autre. Aujourd’hui en France on a un peu cet esprit de communauté : les gens qu’on ne connait pas, ce sont des étrangers, c’est bizarre de se parler dans la rue, ça met mal à l’aise, chacun veut rester dans sa bulle avec son mp3 ou son téléphone.

Ce n’est pas forcément sain, parce que beaucoup souffrent de solitude, malgré les applis de rencontre, beaucoup ne passent pas à l’action, ne rencontrent pas. La solitude fait vraiment des ravages.

A lire : La misère sexuelle

Je sais que cette programmation est faite pour protéger les enfants, mais à l’âge adulte, il est bien d’arriver à s’ouvrir au monde, d’aller vers les autres, et d’accepter que d’autres viennent vers nous.

Il y a des femmes qui ont envie de faire des rencontres, mais quand un mec les approche, soit c’est « Je me la pète, je suis une princesse, ça m’arrive tout le temps », soit « Pour une fois qu’un mec m’aborde je le piétine, je lui parle mal, je me défoule ». Mais il y a aussi des femmes qui ne savent simplement pas dire oui, qui sont intimidées, elles aimeraient dire oui mais n’y arrivent pas. Il serait bien de sortir de ces schémas là pour que les dialogues entre les hommes et les femmes soient plus simples.

 

La télé et les romans à l’eau de rose

Le blocage peut venir aussi du fait de la télé, des romans à l’eau de rose, qui nous présentent des situations fantasmées, qui sont idéalisées : c’est la rencontre accidentelle où elle fait tomber ses livres à la fac, je lui ramasse, on croise nos regards, c’est le coup de foudre. Dans la vraie vie, ça n’existe pas ou si peu. Cela veut dire qu’il faut provoquer sa chance, que parfois le premier contact est maladroit, le mec dit un truc pas forcément intéressant, mais s’il lui plait, la fille rebondit, elle lui facilite les choses.

Ne vous mettez pas la pression d’être digne d’un acteur qui aborde dans une série télé, ne vivez pas des situations fantasmées, on est dans la vraie vie !

 

Le blocage de ne pas savoir quoi dire

Le blocage peut aussi venir du fait que vous ne savez pas quoi dire. Ce blocage fait que vous iriez bien vers elle, mais pour lui dire quoi ? Pour ça, il y a la règle des trois secondes (ou de cinq, selon les écoles) : c’est s’avancer vers la fille, et, en allant vers elle l’inconscient va turbiner à fond, parce qu’il sait qu’il va se retrouver devant elle, et là, on va trouver quelque chose à dire.

Parfois on est tellement stressé qu’on n’y arrive pas. Cette méthode est souvent productive mais parfois, ça bloque. Dans ce cas, soit vous dites « Ecoute, quand je t’ai vue j’ai eu envie de te parler parce que je trouvais que tu avais une bonne énergie, c’est un peu ridicule mais je n’ai pas trouvé quoi te dire de très original « . Et vous enchainez « Moi c’est (votre prénom) et toi ? ». Le simple fait de mettre en abîme que vous ne savez pas quoi dire, ça peut être cool.

Il est bon aussi d’avoir des phrases toutes prêtes en cas de panne : toujours favoriser l’idée de lui dire un truc en rapport avec la situation, en rapport avec elle, sa tenue, un accessoire, le contexte (le bus est en retard, ou dans l’ascenseur « J’espère qu’on ne dépasse pas le poids autorisé ». Essayez de la faire sourire, ensuite enchaînez la conversation.

Dans l’opener, la clé c’est peut-être d’en connaître un par cœur qu’on peut sortir en cas de panne. Celui que je donne souvent c’est « Eh salut ça va ? Je t’ai vue passer, t’avais l’air cool, je me suis dit que j’allais te parler, t’es pas de Lyon, toi, t’es pas d’Aix, si ? Toi aussi t’es du quartier ? » Faire ça à sa sauce, poser une question à la fin juste pour faciliter la prise de contact.

Une fois, j’ai même dragué une fille simplement en lui disant « Je t’ai vue passer , j’ai traversé la rue pour venir te parler » ! Elle s’est arrêtée, elle était souriante, elle était contente, elle était avec une copine et moi avec un wingman qui parlait à sa copine, on a pris leur numéro, on s’est revus, on a couché au premier rendez-vous, c’était une super aventure de drague de rue.

Donc ne pas savoir quoi dire ne devrait pas être une excuse, mémorisez cette phrase d’accroche, en tout cas son esprit, sinon, laissez vous porter par le contexte, l’énergie du moment, apprenez à calibrer.

Votre accroche doit être simple. si vous commencez à faire des approches tirées par les cheveux sous prétexte d’humour, ça risque d’être chelou. Avec le stress, on ne veut pas que la fille se dise « Ce mec est chelou ».

Ensuite, comprenez que les mots ne sont pas si importants. Avec la phrase que je vous ai donnée, elle va vous regarder de haut en bas, peut-être observer si vous la regardez dans les yeux, elle verra le langage corporel  « Je viens vers toi, je suis alpha ».

On me demande parfois « Est-ce qu’il faut se mettre devant la fille quand elle marche, pour la ralentir ? » Certains dragueurs vont dire que oui parce qu’elle est obligée de vous regarder. Cela se défend, moi je me mets un petit peu de côté, de manière à ce qu’elle puisse passer si elle veut parce que je ne veux pas qu’on puisse penser que je la harcèle. Elle peut passer si elle veut mais sinon elle a juste à faire un petit demi-tour et me parler.

 

La peur d’être rejeté

Il y a des mecs qui ont peur d’être rejetés parce qu’ils ont le fantasme qu’un mec doit réussir à 100% leurs approches. Celui qui a réussi avec toutes les filles qu’il a abordées, c’est qu’il n’a abordé que deux ou trois filles dans sa vie, parce que chaque non rapproche d’un oui.

Statistiquement, la première approche peut être un oui, j’adore ça en coaching parce que les mecs comprennent tout de suite que c’est possible, mais parfois votre première accroche est un oui et la deuxième un non ; si c’était dans l’autre ordre vous le vivriez dans une moins bonne énergie.

Donc il faut garder confiance dans le game, dans les statistiques, même faire 10 approches s’il le faut, il y aura toujours une fille qui dira oui si vous faites des approches propres. Il peut y en avoir zéro sur 10 et une autre fois deux ou trois sur dix qui vous diront oui. Il ne faut pas vivre dans le fantasme de réussir sur 100% des filles que vous approchez. C’est d’ailleurs impossible parce qu’il y a des facteurs indépendants du mec, par exemple si la fille est lesbienne, si elle est en couple et fidèle, si elle est de mauvaise humeur, si elle est amoureuse de son plan cul : elle peut dire non même si vous lui plaisez a priori après une bonne approche.

Ne pas trop attendre avant d’aborder est une clé importante. Aborder vite quand on voit la fille pour ne pas s’inventer des excuses et se bloquer, car si la fille voit que vous la regardez, que vous la suivez avant de l’aborder, elle va vous trouver chelou. Il m’est même arrivé d’avoir des eye-contacts, des signes d’intérêt d’une fille, et au tout début je n’y allais pas tout de suite, je me décidais une demi-heure après à l’aborder, et elle trouvais ça sorti de nulle part : j’avais raté ma chance. Au début c’était spontané, c’était beau, c’était couillu, ensuite l’attirance était perdue.

A lire : Eye contact : comment draguer avec les yeux et séduire par le regard ?

 

Vous êtes impressionné par la fille

Une autre chose qui peut vous bloquer, c’est qu’elle vous impressionne. Vous avez peut-être une mauvaise estime de vous (allez voir mon article sur l’estime de soi).

A lire : Estime de soi : comment avoir plus confiance en vous et passer à l’action ?

Vous vous dites peut-être que les jolies filles c’est pour les autres. Imaginez vous que chaque belle fille a aussi des besoins, il y a aussi des mecs qui la baisent, et ce ne sont pas forcément des super – beaux gosses. Observez combien de fois vous voyez les jolies filles avec des mecs pas terribles dans la rue. Si vous n’êtes pas terrible, vous méritez autant ça qu’un autre, sauf si vous vous racontez que vous ne méritez pas des belles filles, qu’elles sont trop salopes, ou qu’elles ne vous méritent pas, ou qu’elles n’aiment que les friqués ou que les grosses bites. Parce que là, c’est votre histoire que vous vous racontez, qui vous fait vibrer négativement, et qui ne vous permet pas d’attirer le genre de filles que vous voulez.

Apprenez à avoir des croyances positives, travaillez votre game, votre estime de vous, essayez de parler avec de jolies filles – ça peut être des opener sociaux comme « A quelle heure arrive le bus ?« , n’importe, en tout cas rendez-les humaines à vos yeux, même si vous ne les draguez pas au début si vous débutez.

Allez voir le genre de filles qui vous impressionnent et rendez-les tangibles, concrètes à vos yeux, parlez à des super canons. Il y en a dans la rue, trouvez le moyen d’aller leur parler, ça vous donnera de l’expérience même si vous ne les draguez pas.

Prenez conscience de votre valeur, et si une fille vous impressionne trop, imaginez-la faire caca. Elles sont humaines, elles font toutes caca, c’est garanti, elle vous impressionnera beaucoup moins après ça.

Il faut gagner en détermination, il faut y croire, il faut que vous vous aimiez assez pour vous dire que vous méritez ce genre de fille, ne pas vous auto saboter, y aller avec conviction, avec de la motivation, avec une bonne énergie.

 

La peur du jugement des autres et de leur regard

Ce qui peut aussi vous bloquer, c’est la peur du jugement des autres. Vous imaginez parfois que les gens n’ont que cela à faire de vous regarder aborder une fille. Il est arrivé que des mecs m’ont suivi quand j’ai dragué une fille, parce que ça avait marché, mais quand ça ne marche pas, les mecs en général s’en fichent. Il arrive que des gens regardent, mais on s’en fout !

Un jour j’ai dragué une fille et une autre qui passait disait à sa copine « Mais ça n’arrive que dans les films, ça ! ». Elle aurait trop aimé que ça lui arrive aussi.

Quand les gens regardent, ce n’est pas forcément négativement, ils aimeraient que ça leur arrive aussi. Il y a des jaloux qui aimeraient être capable de le faire, des gens qui sont admiratifs de ceux qui y arrivent, mais globalement, si vous êtes bien dans votre peau, que vous n’êtes pas endoctrinés en mode féministe à mort, ça se passe bien .

Une fois j’ai abordé une fille, ça se passait bien, mais une autre arrive, sortie de nulle part, qui lui fait : « Ca va bien, il ne t’embête pas ? parce qu’avec cette affaire Weinstein… » . Il faut arrêter, laissez les gens sensés faire leur vie !

Une anecdote : c’est un mec qui prend un gage par ses potes, qui  lui disent « Tu vois la belle fille là-bas, ton gage sera d’aller l’aborder et lui demander son numéro » . Il y va, et la fille est super ouverte, elle lui donne le numéro et finalement il la rappelle, la revoit, il. Quand il les retrouve, ses potes sont très étonnés, ils se trouvent trop bêtes de ne pas y être allés eux-mêmes.

Allez-y, au lieu d’envoyer vos pote en espérant vous moquer d’être râteau, pour ensuite être dégoûtés que ça marche pour eux, ce sera plus constructif !

 

Vos croyances limitantes

Ensuite il faut vous enlever vos croyances limitantes : que les femmes n’aiment pas ça, que vous allez les déranger, etc. Il y en a qui vont vous remercier d’être venus les draguer, de leur avoir offert ce moment, d’avoir un peu insisté au début, d’avoir fait cet effort. Beaucoup sont contentes que cela leur arrive, pensez à ça.

Il ne s’agit pas de le faire exprès quand elle est en conversation avec sa mère, de la faire raccrocher pour lui dire « Salut je t’ai vue passer ». Il faut un peu d’intelligence sociale, mais globalement vous n’allez pas la déranger si vous lui parlez deux secondes. C’est juste qu’il ne faut pas lui faire peur en arrivant par derrière en lui mettant la main sur l’épaule, là, elle va sursauter.

Il y en a beaucoup qui sont endoctrinées, ou qui sont lesbiennes, ou des militantes qui ne t’attirent pas forcément avec leurs cheveux courts, gros pulls, poils sous les bras.

Des filles féminines qui prennent soin d’elles, qui sont jolies, généralement c’est pour les mecs ou pour leur mec. Il y en a qui sont en couple mais leur mecs ne les regarde même plus et le fait de se faire aborder, ça leur redonne confiance en elles, ça égaie leur journée.

Sachez qu’il est normal d’avoir de l’appréhension, ça protège car, ancestralement. Si vous abordiez une mauvaise fille dans une tribu, vous pouviez déclencher une guerre entre tribus, un mec pouvait venir vous péter un caillou sur le crâne par derrière ; aborder un fille était une question de vie ou de mort, cela explique notre montée d’adrénaline quand on va approcher une inconnue.

Mais aujourd’hui, il y a des lois, normalement vous ne risquez rien quand vous abordez une fille. C’est une programmation génétique encore présente, mais ce n’est pas constructif pour vous, parce que s’ils pouvaient aborder toutes les filles qu’ils voulait sans avoir ces limites sociales, cette prison de verre, la plupart des mecs seraient en couple avec des filles géniales. La plupart de ces limites, on se les impose nous mêmes.

 

Regarder des caméras cachées sur Youtube et entourez-vous de bons wingmen

Pour dépasser ça vous pouvez regarder des vidéos de mecs qui approchent, vous pouvez aussi faire des premières approches sociales, puis des approches plus directes, enchaîner, au bout d’un moment vous serez sur un élan. Il faut aborder vite, dans un bar par exemple, ou en drague de rue, dès que vous sortez de chez vous.

Il y a aussi l’effet de groupe, mais c’est quitte ou double : il y a des gens que ça bloque, qui vont se sentir jugés, mais si le groupe a une bonne énergie, s’il vous dit « Bravo, tu y es allé » plutôt que « Ah tu n’y es pas allé, ou tu t’es pris un râteau, t’es nul », vous aurez plus envie d’y aller;

Rejoignez le groupe « La communauté de la cyprine » sur Facebook et laissez une annonce dans votre ville pour trouver des gens qui vont draguer avec vous.

Vous pouvez aussi par exemple donner 5 fois 10 euros à un pote, qui vous les rendra par tranche de 10 chaque fois que vous aborderez une fille. Cela peut être un déclencheur pour vous aider. Il y a aussi la méthode punitive : « Tu as vu cette belle fille, mais tu n’y es pas allé ? » Paf, une claque ! -..je ne suis pas trop fan de ça mais ça marche !

J’espère que ça vous aidera !

Pour aller plus loin, le guide :Comment vaincre la peur de l’approche :

Comment oser approcher les femmes qui vous plaisent ? Commet surmonter votre timidité et dépasser l’angoisse de l’approche ?

Dans ce guide, je vous donne toutes les solutions que j’ai identifiées en coaching et dans la communauté de la séduction pour vaincre la peur de l’approche.

Découvrez enfin l’antidote à l’anxiété d’approche !

Présentation de la formationAccès immédiat >>

 

Vidéo Youtube : Les BLOCAGES qui vous empêchent d’aborder une belle femme

Votre coach en séduction,
Fabrice JULIEN

Comment coucher avec une fille en 7 jours ?

Recevez gratuitement ce guide de séduction : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre formation offerte !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

1 commentaire pour “Les blocages qui vous empêchent d’aborder une belle femme”

  1. C est super Fabrice. Je me retrouve dans certaines idées de blocage mise à notre disposition. Mais dans les phrases d accroches ici en Afrique ne sont pas très d adaptées dans notre environnement des filles.
    Mais j adore ton style de drague et ton parlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *