Peut-on enseigner la séduction ?

Peut-on enseigner la séduction ?Le problème 

Je pars du principe que la plupart des gens ne savent absolument pas comment s’y prendre avec le sexe opposé. Ils sont incapables de se comprendre mutuellement. Je me dis donc qu’il peut être bénéfique d’expliquer comment fonctionne la séduction.

Cependant, prétendre maîtriser à 100% les rouages de la séduction et pouvoir transmettre ce savoir me paraît : vantard, déconnecté de la réalité et malsain pour le gourou comme pour l’étudiant. Je parle bien de gourou dans ce cas-là car : je pense qu’il y a plusieurs écoles qui prétendent détenir le savoir et que les concurrents sont nuls… mais la vérité c’est que chacune détient une partie de la vérité. Mystery, Ross Jeffries, Cajun, DeAngelo, etc. : OK. Il y a du vrai dans ce qu’ils racontent. Mais y’a aussi de la merde commerciale. Et chaque fois qu’on prétend être capable de séduire LES femmes (et non pas DES femmes) c’est faux. Encore pire quand on dit que si ça marche pas c’est parce que l’étudiant a fait quelque chose qu’il ne fallait pas (ça peut être vrai mais ça aurait très bien pu foirer aussi même s’il avait suivi la méthode à la lettre). Sinon expliquez moi pourquoi ces prétendus séducteurs universels ne sortent pas avec des femmes importantes belles, riches, célèbres, etc. au lieu de se contenter de serveuses mignonnes.

En effet, il faut avoir l’humilité de réaliser que :
– ce qui fonctionne pour le coach ne fonctionne pas forcément pour tous les étudiants ;
– ce qui a fonctionné dans le passé ne fonctionnera pas forcément dans l’avenir ;
– les histoires présentes, passées et futures des protagonistes vont influer sur l’interaction ;
– toutes les filles sont semblables ET différentes ;
– suivant le moment, la même fille vous sucera ou vous remballera ;
– vous aussi êtes en constante mutation, votre niveau n’est pas régulier d’un jour sur l’autre ;
– parce qu’il y a tellement de choses qu’on ne connait ni ne maîtrise ici-bas actuellement qu’il serait peut-être temps de le reconnaître. MAIS CE N’EST PAS UN PROBLEME.
– parce qu’on ne se baigne pas deux fois dans la même rivière…

Le truc c’est qu’une toute petite variation dans le protocole expérimental peut radicalement changer le résultat de l’interaction. Une goutte de trop dans la potion (ou une goutte de moins) peut vous transformer en ogre ou en nain alors que ça devait faire de vous un prince charmant. Vous comprenez la métaphore ?

Avec l’humain c’est encore plus délicat qu’en physique-chimie : les situations, les contextes, les mentalités des personnes ne sont jamais les mêmes. 1 électron = 1 électron. Mais en séduction : 1 femme n’est pas égale à une autre. L’équation même change à chaque fois, pas seulement l’inconnue. Il est donc abusé de prétendre pouvoir extrapoler nos expériences à l’échelle de toutes les femmes, ou à toutes les situations, etc. Surtout que nous-mêmes n’avons étudié que sur échantillon expérimental réduit (à taille humaine).

Cependant, je conviens qu’il y a des fondamentaux, des choses qui fonctionnent vraiment pour vous faire tirer votre épingle du jeu. La première chose à bien comprendre c’est que séduction c’est statistique, c’est ce que j’explique bien dans La vérité (qui dérange) sur les relations hommes/femmes. Alors, si vous pensez que vous gaver de théorie avant d’aller sur le field vous garantira l’invincibilité ou vous confèrera un grade vous permettant de donner des leçons aux autres : vous vous foutez l’index dans l’œil et il ressort par votre anus.

Pour l’argent (ou alors parce qu’ils y croient vraiment mais alors ils sont cons), “séduire TOUTES LES femmes” est ce que prétendent vous enseigner la plupart de mes confrères. Ils vont soi-disant vous apprendre à séduire CETTE fille. Tout ça, c’est des conneries pour les pigeons. Alors : non, je n’enseigne pas la séduction! Je ne suis pas Dieu, et je ne crois pas qu’une seule personne sur la planète puisse se vanter d’avoir trouvé la potion magique lui permettant de se faire n’importe quelle fille, n’importe où, n’importe quand.

De toute façon, je pense que séduction ne peut être considérée aveuglément comme un sport collectif. Y’a peu de coachs qui font vraiment ça pour l’amour de l’art. La plupart font ça pour vous prendre votre argent. Ils n’ont aucun intérêt à vous apprendre vraiment à lever des meufs sinon ça en ferait moins pour eux. Ce que je veux dire c’est qu’il faut bien réfléchir de qui écouter les conseils dans la communauté de la séduction. Les femmes l’ont mieux compris que nous, ça, et elles comptent réalistement davantage sur leurs amies pour les extraire des griffes d’un relou que pour partir à la conquête d’un beau gosse.

 

La solution

Maintenant que nous avons posé les bases du problèmes, il faut reconnaître que certains mecs s’en sortent bien grâce au game. Quel profil ont-ils ? Ce sont ceux qui sont ouverts et adaptables. En effet, quand on est bloqué dans un scénario d’échec ou sur des comportements stéréotypés… on ne s’ouvre pas assez en terme d’empathie, de créativité et d’authenticité.

Mon rôle est de vous montrer que moi aussi je me prends des râteaux, mais que j’ai totalement changé mon état d’esprit par rapport à ça. Et qu’avec un bon état d’esprit : on zappe les râteaux, le champs des possibles s’ouvre et on peut marquer des buts dans n’importe quelle position comme Jean-Pierre Papin.

Vous devez donc désapprendre les conneries qu’on vous a mis dans la tête et apprendre de vos expériences réelles à VOUS sur le terrain. Sinon, vous allez toute votre vie demander des conseils à des soi-disant « experts » sur des forums de séduction (qui sont en réalité des petits geeks puceaux bien abreuvés de théorie et donneurs de leçons mais qui ne font pas grand chose sur le field). Il y a toujours moyen de tirer quelque chose de concret de vos expériences, je veux dire par là, quelque chose de plus que “ça fonctionne” ou “ça ne fonctionne pas”. C’est ce que je veux vous enseigner.

Mon rôle est d’aider les apprentis PUA à désapprendre leurs fausses croyances et à défaire certaines mauvaises habitudes. Je dois enlever les pierres qui sont tombées au milieu de la route. Les trucs de merde genre “je ne vaux rien“, “il est impossible de baiser une meuf ce soir parce que XXX“, “les autres sont meilleurs ou ont plus de droits que moi“, “je ne peux pas draguer cette bonnasse parce que XXX“, “ça ne se fait pas de l’aborder comme ça” etc. Libérés de cette prison de verre et de la peur du regard des autres procrastinateurs (ainsi que des femmes qui n’ont pas toujours raison), mes padawans pourront goûter les délices de l’action et de l’originalité. Et de la réussite!

Même si j’aime foutre des coups de pieds dans les fourmilières, je dois vous rappeler que comme tout bon apprentissage : la séduction/la drague/le game (appelez ça comme vous voulez) est quelque chose que vous apprendrez sur le long terme. Il ne suffit pas de lire un manuel de mathématiques pour avoir le niveau d’un doctorant. Mais on peut réussir un gâteau en suivant à la lettre une recette, cependant ça ne fait pas de nous un pâtissier.

Je souhaite avec ce blog vous donner envie de vous aventurer hors de votre zone de confort. Que vous vous demandiez plus souvent “et pourquoi pas en fait ?” et agissiez en conséquence. SVP, méfiez-vous du confort, de la routine et du manque d’initiative. L’inaction est votre plus grand ennemi en séduction.

 

Ce que j’observe actuellement

Les hommes restent de leur côté en troupeaux, à vider des pintes de bières. Les femmes se demandent si un mec potable aura les couilles de venir les aborder avant la fermeture du bar. Quand un gars le fait, c’est souvent qu’il a assez bu pour oser, mais les meufs n’aiment pas forcément les alcooliques qui font de la merde. Elles se méfient et y’a un climat tendu entre les deux sexes.

Dans la vie de tous les jours, le flirt et la tension sexuelle sont présents dans toutes nos interactions… mais ne sont pas socialement admis. On vit parmi une masse d’hypocrites lâches. On pourrait se dire que si les femmes observent que les hommes n’osent plus aborder, elles pourraient nous aider d’une manière ou d’une autre à nous lancer. Mais non. Au contraire : quand un gars ose maladroitement elles le regardent comme un OVNI et lui coupent toute envie de se faire repousser les couilles. Mais cette attitude, malgré ce que l’on pourrait croire, ne les rend pas heureuses pour autant : devant le désert de leur vie affective, elles se contentent de se demander si elles sont devenues moches. Et de regarder la télé seules chez elles. Ou de prendre un chat.

Les gens ont du mal à admettre que tout dépend du hasard, et des statistiques. C’est pour ça que certaines sont offusquées qu’on les aborde dans la rue : “ça pourrait très bien être une autre que tu aurais abordé à ma place“, me disent-elles parfois. Je suis désolé mais même ceux qui cherchent l’âme sœur : vous la choisissez parmi un panel dans votre environnement immédiat. Alors, si au lieu de faire vos études à Aix vous les aviez faites à Lyon, le panel et l’environnement auraient été différents. Votre âme l’aurait donc probablement été aussi. CQFD. “Oui mais c’est pourtant toi que j’ai abordée… est-ce le destin ?

Je connais pas mal de gens qui ont fini par se résigner à une relation par défaut. C’est triste. J’espère vous éviter ça.

Beaucoup de femmes avouent qu’elles aimeraient profiter de leur célibat/jeunesse pour oser vivre des nuits torrides avec de beaux inconnus. Mais elles ne franchissent pas le pas, car leur conditionnement et leurs expériences précédentes leur ont laissé un mauvais souvenir empreint de culpabilité et de honte. Une fois vieilles, elles réalisent que c’était le bon temps et que c’était con d’agir ainsi.

Et après, elles prétendent chercher la spontanéité et l’authenticité chez les mecs. Nous, les PUA, on veut bien les leur offrir car notre apprentissage nous l’a appris : mais c’est pas pour ça que les gens à qui on offre ce cadeau pourront le reconnaître et l’accepter. Tout le monde se méfie de tout le monde maintenant. Je trouve ça triste mais je ne peux leur donner tort.

L’égalité des sexes est une bonne chose, je pense, en général. Mais en séduction, cela a créé une confusion. Chaque sexe devrait avoir son rôle en séduction… mais comment expliquer ça à des hommes et à des femmes à qui on répète depuis qu’ils sont petits que femme = homme ?! Dans la pratique, les hommes sont plus susceptibles de prendre des risques et tolèrent mieux le rejet. Tandis que les femmes ont plus d’empathie et comprennent mieux le langage corporel que les hommes. A partir de ce constat, à nous de jouer !

Les féministes ont aussi fait du bon travail dans le coupage de nos couilles. Y’a même des mecs qui te regardent de travers quand t’abordes une fille… puis ils retournent picoler avec leurs potes. Ils se foutent de toi quand t’abordes mais n’ont pas les couilles de le faire!

Avec quelques conseils d’un bon coach et un petit relookage, n’importe quelle nana potable pourrait apprendre à mettre la main sur un ou plusieurs hommes qui l’intéressent. Juste en jouant mieux ses cartes que les autres. En envoyant judicieusement des invitations à l’approche par exemple. Une grande majorité d’hommes ne sauraient en effet refuser les avances d’une femme potable car la diversité sexuelle est moins dangereuse pour un homme que pour une femme. Et car ils sont pratiquement tous des morts de faim. A partir de ce constat, à elles de jouer !

Certains me sortent qu’ils ou elles « aimeraient mieux être aimé(e)s pour ce qu’ils/elles sont au fond plutôt que pour leur physique/argent. » Je réponds souvent “j’sais pas moi quand tu tombes d’une échelle, c’est la loi de la gravité qui gouverne. Ben, quand tu dragues faut accepter de suivre les lois de l’attirance sexuelle“. C’est pas plus compliqué que ça. Après j’dis pas qu’on va payer des trucs à des connasses, mais on va au contraire séduire ces meufs (qui sont assez belles pour sortir avec des footballeurs) grâce à notre personnalité alpha et à notre originalité.

J’ai vraiment pas mal de lectrices, presque plus que de lecteurs… donc je suis content. J’ai l’impression de construire un pont, à mon échelle, entre les hommes et les femmes. Et entre les gens et eux-mêmes. C’est très gratifiant.

Je pense que malgré ce qu’on pourrait penser quand on voit une nana se faire aborder 30 fois dans la soirée en boîte : elles aussi, elles galèrent. Donc, on a une chance. Une chance de tous s’en sortir ensemble. Les belles femmes ne sont pas des nymphes qui maîtrisent toutes les clés de la séduction. Ce sont juste des êtes humains comme nous. A partir de ce constat, game is on !

J’aurais sûrement pu parler de pas mal d’autres trucs mais si j’écris des textes trop longs ça décourage certains lecteurs analphabètes (anal-pha-bêtes) alors j’arrête ici. :p

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

4 thoughts to “Peut-on enseigner la séduction ?”

  1. Éh, je dois avouer que, au contraire d’une jeune gourmande, ça me décourage quand c’est trop long !

  2. Non, il n’y a aucune technique infaillible, tu l’expliques bien, trop de paramètres… En fait, le truc, c’est qu’il faut parvenir à voir la matrice (c’est une allusion au film, pas à l’utérus), c’est-à-dire à comprendre les rouages sous-jacents, mais je crois que c’est pas donné à tout le monde : il faut être futé et développer des qualités analytiques inatteignables pour le commun des tocards primaires qui veulent juste tremper leur biscuit.

  3. “il faut être futé et développer des qualités analytiques inatteignables pour le commun des tocards primaires qui veulent juste tremper leur biscuit.”

    Culte !

  4. « il faut être futé et développer des qualités analytiques inatteignables pour le commun des tocards primaires qui veulent juste tremper leur biscuit. »

    On dirait du Yann Moix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*