fbpx
Aller au contenu

Pick Up Art : Les neurosciences au service de la séduction (Idriss Aberkane)

neuroscience seduction

Quel lien peut-on faire entre neurosciences et séduction ? Je vous propose ici un article intéressant basé sur les travaux d’Idriss Aberkane.

idriss aberkane seduction

 

Ce qu’il est possible de faire avec les neurosciences

Derren Brown est un illusionniste britannique qui utilise la neuroergonomie du cerveau dans son show. On trouve sur Youtube des vidéos de lui en train de payer des commerçants avec du papier blanc sans même qu’ils s’en rendent compte.

La puissance de l’esprit et de la suggestion est grande !

 

L’impuissance acquise : ne tombez pas dans ce piège

L’impuissance apprise est un phénomène psychologique découvert par les tortionnaires de toutes les époques, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest pour susciter la coopération inconditionnelle d’un prisonnier en lui inculquant que « resistance is futile ».

Le concept est que plus nous avons fait l’expérience d’une situation incontrôlable, plu nous aurons tendance à ne pouvoir contrôler une situation future si elle nous semble comparable (voire n’importe quelle situation).

Steve Jobs a dit « Quand vous aurez compris que le monde qui vous entoure a été construit par des gens qui ne sont pas plus intelligents que vous, et que vous pouvez le transformer, votre vie ne sera plus jamais la même. »

Le problème est que les institutions encouragent, volontairement ou non, l’impuissant acquise. Qui est en plus renforcée si nos pairs sont blasés de la vie.

Des études ont montré qu’une dizaine de minutes peut suffire à inculquer ça à un humain.

Ne sombrez pas dans l’impuissance acquise et travaillez sur vous pour vous créer une vie sur-mesure !

 

Le connard sphérique n’existe pas

Le physicien Fritz Zwicky avait une insulte favorite : « connard sphérique ! »

C’était une manière de dire « tu es un connard sous n’importe quel angle » car une scène apparaît comme un cercle quel que soit l’angle d’où on la regarde.

Mais même la pire ordure est cabossée quelque part dans sa connerie et il existe un angle où ce qui reste de sa sensibilité, de sa vulnérabilité, apparaîtra.

C’est juste que la société encourage les humains à se présenter toujours sous le même angle à leurs pairs. Et souvent à ne jamais montrer cet aspect de leur personnalité qui les ferait apprécier. Vous pouvez tout à fait changer la façon dont les autres vous perçoivent avec un peu de travail et d’intelligence !

Le corolaire social est le suivant : si vous êtes en conflit avec quelqu’un, il existe toutefois un angle sous lequel cette personne pourrait être votre amie.

Cet effet est amplifié sur Internet où les trolls sont rois car c’est addictif et ça attire l’attention de faire ça. On a l’impression qu’il n’y a que des connards têtus et certains se galvanisent même de l’être.

Il y a néanmoins certaines personnes qui font tout pour ne montrer que leur aspect sphérique car, pour eux, admettre un tort n’est pas une option.

 

La psycatrice

Il s’agit d’une fusion entre les termes « psychologie » et « cicatrice ». Une cicatrice à l’âme. Tous les êtres humains ont des plaies, parfois refermées, parfois purulentes dans leur psyché.

L’un des plus gros pourvoyeurs de ces plaies est l’héritage relationnel parental, le cercle familial ou tribal. Mais il existe de nombreuses situations diverses qui nous scarifient psychologiquement.

Une plaie parfaitement soignée nous rendra plus forts et plus sage. Mais les psycatrices mal soignées sont probablement à l’origine de tous les maux de l’humanité. On les décèle, par exemple, quand quelqu’un réagit d’une façon disproportionnée à un événement.  Ou si un événement fâcheux se reproduit encore et encore, comme par « malchance ». Même si l’âme superficielle condamne cet incident.

Les psycatrices ont une dynamique insidieuse. Bien plus que les cicatrices corporelles. Souvent le porteur de la psycatrice en est le dernier informé. Le fameux déni. On dit qu’il n’y a plus aveugle que celui qui ne veut voir.

C’est ainsi que se crée un gigantesque échange de violence et de frustration en société, qui peut se transmettre de parent à enfant, ou de collègue à collègue, etc.

Les psycatrices peuvent aussi gangréner vos relations de couple ou bien faire que vous choisissez toujours le même genre de personnes (femme folle ou mec violent par exemples). Heureusement, on peut changer ça !

 

L’ego

Séduction et addiction

Si l’ego est le premier destructeur dans une entreprise, il l’est aussi dans le couple. L’ego, c’est celui qui nous dit : « Donne-moi ce que je veux » quand le moi véritable nous demande timidement « Donne-moi ce dont j’ai besoin. »

Il existe deux types de couple. Le premier, basé sur l’ego, obéissant à une formule contractuelle « donnant-donnant » qui risque d’être déséquilibrée chaque fois que l’offre et la demande mutuelles ne sont plus remplies ; le deuxième (rarissime) est basé sur l’amour inconditionnel.

En général, les êtres qui partagent un tel amour n’ont besoin ni de diagnostic ni d’assistance scientifique. Les ressorts neuroergonomiques de l’attraction, de l’addiction et de la formation mécanique des couples demeurent, en revanche, très intéressants pour qui veut améliorer son expérience romantique d’autrui.

Les techniques de séduction sont nombreuses et connues, en particulier dans le cas homme-femme où elles sont le plus documentées (comme sur ce blog). Bien avant l’apparition de pick-up artists (communauté d’experts de la drague), les services de renseignement élaboraient, délivraient et peaufinaient des techniques pour se rapprocher romantiquement d’une cible, homme ou femme, dans le but de la rendre émotionnellement dépendante et de tirer d’elle un maximum d’informations.

Car, l’humain, on le sait maintenant a une forte addiction aux émotions et l’immense majorité des mécanismes de séduction joue dessus. Pour susciter l’attachement d’une cible, on partagera des émotions fortes avec elle, si possible sur une longue période. De fait, nous faisons d’autant plus confiance à quelqu’un que nous avons vécu avec des événements marquants et nous pouvons, dans certains conditions, confondre ces émotions avec un sentiment romantique.

La bases du pick-up art (ou séduction en ce sens-là de drague) c’est donc un peu le dealer émotionnel. On susciter une forte dépendance de la cible ne lui offre, en quantités contrôlées, les émotions, mots et comportements qu’elle désire, souvent sans le savoir. Cette méthode ne peut fonctionner que si la cible ne se connaît pas elle-même – ce qui est la règle plutôt que l’exception chez l’être humain.

Je contredis un peu Idriss sur cette partie qui est juste si on parle du game des années 90. Peu à peu, la communauté de la séduction a inculqué le développement personnel et des techniques d’attirance plus saines. Ce qui fait que l’on peut attirer aujourd’hui des femmes qui se connaissent et qui sont totalement épanouies.

Hommes vs Femmes

Dans les relations hétérosexuelles, on remarque en général une grande disparité chez les hommes et les femmes dans le nombre de partenaires « idéal ». Celui rapporté chez les hommes étant très supérieur. Il se dégage une moyenne de 60 chez les garçons contre 3 chez les filles.

Le facteur psychologique évoqué la plupart du temps pour justifier cet écart c’est celui de la fertilité : selon une interprétation simpliste, la femme n’étant fertile que 4 jours par mois alors que l’homme l’est en permanence, il y aurait une disponibilité plus grande au sexe chez lui que chez elle. Cette observation peut également s’expliquer par des facteurs sociaux. Il est, en effet, considéré comme gratifiant pour un homme de confesser un grand nombre de conquêtes féminines, alors que l’on considéreraient la même confession avilissante chez une femme. Bien sûr, je ne pense pas comme ça mais force est de constater que beaucoup d’hommes, oui !

La leçon des neurosciences quant au comportement hétérosexuel humain, c’est qu’il est fondamentalement asymétrique. Les attentes des hommes dans une relation hétérosexuelle ne sont pas partout les mêmes que celles d’une femme, ce que l’évolution explique largement.

Le rôle des deux sexes dans la conception diffère, par exemple, en terme de dépense énergétique, et si un homme peut féconder une femme puis une autre avant de les quitter, la physiologie de la gestation ne donne pas une telle latitude à la femme.

On note aussi que, parmi les marqueurs rapportés comme les plus fréquents d’attirance sexuelle pour l’homme chez la femme, la plupart sont acquis, comme la carrure en V (qui peut se travailler) et la sagacité. Ces deux caractéristiques témoignant d’une capacité à chasser et à défendre sa progéniture, on peut comprendre leur prévalence dans de nombreuses cultures.

L’attirance de l’homme pour la femme, en revanche, relève plus souvent de la génétique. Le rapport taille-hanche (0.75) est un facteur d’attractivité sexuelle très partagé dans le monde. Une femme callipyge signale d’une certaine manière à l’homme que l’enfant qu’elle portera ne manquera d’acides gras essentiels, nécessaires au bon développement cérébral.

Je parle de tous ces factures d’attirance dus à l’évolution dans mon ouvrage Evopsy & Séduction, si le sujet vous passionne autant que moi.

Notons cependant que, si un marqueur d’attractivité partagé signifie une forte probabilité de plaire dans tous les pays, de nombreux facteurs culturels peuvent rendre un homme ou une femme attirants chez le sexe opposé. En aucun cas, l’attractivité d’un homme ou d’une femme n’est enfermée dans la génétique ; je pense d’ailleurs, au-delà de la génétique, que l’épanouissement est le plus puissant des aphrodisiaques humains.

L’observation générale qui demeure, c’est que les hommes désirent maximiser leurs opportunités de relations sexuelles, tandis que les femmes désirent les sélectionner davantage.

L’application de rencontres hétérosexuelles en ligne Tinder témoigne de cette asymétrie : des photographie défilent et l’utilisateur doit les faire glisser à gauche de l’écran de son téléphone si elles ne lui plaisent ou à droite si elles lui plaisent. Sans surprise, les hommes font défiler beaucoup plus de profils par jour que les femmes, ce qui constitue l’un des problèmes principaux de l’application. Il faut donc avoir un profil QUI SORT DU LOT pour « ramasser la mise » sur Tinder. Ce que j’enseigne dans mes ebooks sur la séduction en ligne.

Les lois de l’attraction

Un biologiste suisse (Claud Wedekind) a cherché à savoir si la teneur de notre système immunitaire pouvait expliquer en partie pourquoi une odeur corporelle masculine plaisait davantage à certaines femmes hétérosexuelles.

Il fit porter un t-shirt deux nuits de suite à des étudiants puis demanda à des étudiantes de dire si l’odeur leur plaisait.

La conclusion a été que les étudiantes préféraient les odeurs dont le système immunitaire était le plus différent du leur. Mais attention, ce choix n’a pas été fait si elles étaient sous contraceptif.

Les femmes, elles, sont plus désignées comme plus attirantes lorsqu’elles sont fertiles (à ce moment-là de leur cycle). Par exemple, les chercheurs ont pu observer que des strip-teaseuses avaient plus de pourboires durant la période précédent leur ovulation.

Dans une autre expérience, on constata qu’un homme semble être un meilleur père s’il est barbu sur sa photographie. Une femme fertile a tendance à trouver le port d’une barbe sensiblement plus masculin.

Dans une autre expérience de l’université de Floride : des étudiantes au physique « dans la moyenne » sont payées pour aller boire des garçons et leur proposer une relation sexuelle. 75% acceptent.

La même expérience en inversant les rôles : aucune femme n’accepte.

C’est un fantasme pour beaucoup d’hommes hétéros d’être interpelés par les femmes, sans avoir à réaliser l’effort d’une parade nuptiale.

Dans certaines conditions (attention) l’insistance est attirante pour une femme. Ne faites pas pour autant n’importe quoi, de nos jours…

Autre phénomène intéressant  la confusion de l’excitation sexuelle. De même que certains marqueurs physiologiques (rythme cardiaque élevé, sensation de chaleur, respiration plus profonde) peuvent signifier aussi bien l’excitation qu’une autre émotion, nous pouvons confondre une autre émotions avec de l’excitation sexuelle.

L’expérience de Dutton et Aron consistait à donner son numéro après la traversée d’un pont bringuebalant, effectivement, les gens se montraient plus enclins à appeler si le numéro était donné juste après le passage du pont plutôt qu’après une période de récupération.

C’est connu que parfois une forte colère peut être confondue avec de la passion sexuelle.

 

Libérez vos cerveau !

Cet article est basé sur le livre d’Idriss Aberkane.

neurosciences seduction

Je vous conseille le livre de Idriss Aberkane « Libérez votre cerveau ! »

 

Marketing et neurosciences

Je vous suggère également de lire mon article basé sur ce livre au sujet du marketing.

 

Votre coach en séduction,
Fabrice Julien

Comment coucher avec une fille en 7 jours ?

Recevez gratuitement ce guide de séduction : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre formation offerte !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.