Le savoir-vivre

Le savoir-vivreUne bonne éducation pour ne pas séduire n’importe qui

Un manque d’éducation gâche tout un potentiel de séduction. Les conseils qui suivent ne vous donneront probablement pas plus de conquêtes, mais des meilleures. Et ils vous éviteront le mépris de votre voisin et de vos amis.

Marchez du côté dangereux du trottoir, celui des voitures, et laissez à la fille le côté sûr.

Décidez-vous vite au café ou au restaurant et ne dégustez pas votre plat ou votre verre comme si c’était la première nourriture comestible que vous mangiez de l’année. Enquérez-vous de ses souhaits avant de commander les vôtres, puis commandez tout à la fois au serveur, en commençant par le sien. Ne claquez pas des doigts pour attirer leur attention.

Chez elle, proposez de vous déchausser ; généralement elle dira non mais l’attention lui aura fait plaisir. N’arrivez pas les mains vides. Le vin est un classique.

Chez vous, après mangé, croyez-vous que vous voir les mains dans l’eau chaude avec des gants Mappa en plastique rose vous couvrant les avant-bras la rendra folle de désir ? Ne remettez pas non plus le napperon au centre de la table comme chez ses parents…

Soyez respectueux vis-à-vis des ancêtres des autres !

Ne jugez jamais la qualité de choses à leur prix !

Laissez naturellement une femme rentrer en premier dans la cage d’ascenseur, laissez-la sortir la première, ce qui peut parfois vous obliger à quelques contorsions malaisées. Dans ce cas précis et quand vous ne pouvez pas faire autrement que de sortir en premier, tenez-lui la porte et attendez sur le seuil de la sortie qu’elle passe devant vous.

Veillez, après votre douche ou votre bain, à rincer soigneusement la baignoire ou le bac.

Toujours mettre la main devant sa bouche ou réprimer son bâillement quand l’on vous parle.

L’homme précède la femme en rentrant dans un bistro, un café ou un restaurant ; ceux-ci ayant parfois été par le passé de mauvaise fréquentation, il s’agit là pour l’homme de jouer le rôle de protecteur. En toute autre circonstance, l’homme doit ouvrir la porte et laisser passer la femme avant lui.

On ne dit jamais “bon appétit”. Si on vous le dit, ne répliquez pas “bon appétit”, arrangez-vous d’un “vous aussi” tout au plus.

Ne mastiquez pas la bouche ouverte, ne parlez pas la bouche pleine.

Invité chez quelqu’un, même un ami proche, à dîner, venez avec une bouteille de vin, des fleurs, un dessert, un petit quelque chose. Veillez à ôter soigneusement l’étiquette ou la mention du prix sur votre cadeau.

Si vous êtes chapeauté et ganté et que vous rencontrez quelqu’un, commencez par vous découvrir et ensuite enlevez votre gant droit pour serrer la main de la personne.

Ne jamais porter de chaussettes blanches, de chaussettes de sport, en dehors du sport.

Évitez les chemises à manches courtes.

Mettez en valeur vos invités et plus particulièrement votre interlocuteur. Introduisez habilement des sujets de conversation qui valorisent vos interlocuteurs. Évitez toutefois la vile flatterie, tout autant que l’obséquiosité.

Proscrivez le “moi je”. Partez du principe que “vous n’êtes pas intéressant”, sauf si l’on vous pose des questions. N’hésitez pas à en poser vous-même, c’est très bien vu, mais évitez d’être trop intrusif ou personnel.

Ne posez pas les coudes sur la table.

Attendez d’être seul pour mettre votre doigt dans votre nez ou ailleurs. Si vous êtes pris en public d’une envie de démangeaison en dessous de la ceinture, restez stoïque et ne vous grattez pas.

Apprenez à marcher légèrement, à ne pas claquer des talons. De même, apprenez à ouvrir et fermer délicatement les portes, à ne pas les claquer.

Évitez de vous curer les dents en public.

Rares sont les personnes qui méritent que vous en arriviez aux mains, ou même que vous vous mettiez en colère. Ne vous salissez pas, traitez-les avec mépris ou indifférence.

Ne rien consommer avec excès, tout avec modération. En revanche, ne pas pécher par excès de modération.

On ne dit pas “excusez-moi”, mais “je vous prie de m’excuser”. L’excuse n’est pas acquise.

Lorsque vous organisez une fête chez vous, n’oubliez pas de prévenir vos voisins afin de les prier par avance de bien vouloir excuser vos amis pour le bruit occasionné.

Il est souhaitable de se fiancer dans les règles avant de se marier, de trois mois à un an.

Ne jamais couper le fromage par le bout, toujours prendre un bout de la croûte.

Demandez la permission à vos voisines, à vos voisins avant de fumer.

Votre intérieur doit être rangé, ordonné, aéré, toujours prêt à recevoir un visiteur.

Toujours répondre par l’affirmative ou par la négative à une invitation. Si vous ne répondez pas, vous ne serez plus réinvité, si vous êtes invité, sachez que vous devrez inviter à votre tour la personne. Chacun tient compte des invitations données et reçues, des refus et des acceptations. Refuser deux fois de suite une invitation signifie que vous ne voulez pas voir la personne. Si l’on vous invite et que vous ne pouvez pas venir, tenez néanmoins compte de cette invitation pour inviter à votre tour la personne en question. N’oubliez pas que vous avez l’immense chance d’être invité, vous, alors que d’autres ne sont jamais invités nulle part.

Ne jamais dire “Mince”, y préférer le “Zut”, “Flûte”, et même le “Merde” (y préférer cependant le “crotte”, mais ce n’est plus guère usité).

Ne pas commencer ses phrases par “non”, “je sais” (vous n’en paraîtrez que plus aimables).

Ne pas utiliser “sur” à toutes les sauces, à la place de “à” (exemple : “je suis à Paris” et non “je suis sur Paris”), ne pas utiliser “à” à la place de “de” (“c’est le frère de Véronique”, et non “c’est le frère à Véronique”).

Ne jamais dire “il” ou “elle” en présence de la personne : la nommer.

On ne dit pas “Ouais” ou “Nan”, on dit “Oui” ou “Non”. De même, on ne dit pas “Chais pas”, mais “Je ne sais pas”.

Les hommes portent à la piscine ou à la plage un maillot de bain en forme de short ou plutôt de bermuda, ils doivent proscrire le slip.

Les hommes ne doivent pas mettre les mains dans les poches ; cela risquerait de les déformer, et puis on ne sait jamais ce qui s’y passe.

Lorsque vous êtes souffrant, physiquement ou moralement, ne sortez pas, n’infligez pas vos miasmes aux autres.

Prenez conscience de la très forte probabilité que si vous êtes amenés à dire du mal de quelqu’un, celui-ci finira par le savoir et en trouvera l’origine. Abstenez-vous donc dans la plupart des cas, préférez-y le silence meurtrier.

Mouchez-vous avec discrétion et rangez votre mouchoir en le pliant, sans regarder ce que vous y avez déposé. Lorsque vous éternuez ou baillez, mettez votre main devant la bouche.

Il est de bon ton de passer Noël en famille, alors que le premier de l’an est réservé aux amis.

Évitez de vous ronger les ongles, aveu de faiblesse et de nervosité. Plus vous vous rongerez les ongles et plus vous aurez des saucisses en guise de doigts. Il en va de même pour les petites peaux autour des ongles. Gardez vos extrémités intactes, elles pourraient vous servir plus tard… Si vous ne pouvez pas vous abstenir de vous les ronger, évitez de les avaler.

La règle de ne pas se percer reste en usage pour les autres parties du corps que les oreilles, notamment le nez, la langue, le nombril, les tétons ou encore les grandes lèvres.

Présentez à votre voisin la corbeille de pain, ne prenez jamais directement un morceau pour le lui donner.

Évitez les bruits de succion et les pâtes quand vous recevez. Faites très attention à ne pas vous asperger de sauce, ce qui s’avère souvent mission impossible.

Être poli avec le personnel de maison, ou les serveurs. Ils ne vous en serviront que mieux.

Ne jamais se plaindre, c’est de très mauvais goût.

Invité à un repas, sachez que vous devez manger de tous les plats. Si certains mets vous font vomir, prenez-en quand même en vous débrouillant pour les donner au chien de la maison s’il y en a un, à l’insu de tous, ou encore les cacher sous vos couverts. Le rôle de la maîtresse de maison consiste néanmoins à connaître vos allergies alimentaires.

Ne jamais finir un plat, sauf si l’on vous y prie et après moult refus polis, renvois de balle, etc. Il en va ainsi de la dernière huître sur le plateau, de la dernière tranche de foie gras, etc.

Être poli et plaisant en toutes circonstances.

L’enfant doit un respect absolu à l’adulte. L’adulte se sert souvent de la politesse pour maintenir de la distance avec son interlocuteur. Plus la différence socioculturelle est grande, plus la politesse doit être affirmée.

Laissez un pourboire symbolique dans un café, un restaurant, ou encore quand vous prenez le taxi. L’usage le veut, même si vous n’êtes plus obligé d’appliquer la règle des 10 %, en tout cas en France. Les rares fois où vous pouvez ne pas laisser de pourboire est quand vous voulez vraiment sanctionner un comportement goujat ou indélicat à votre encontre.

Dans une maison de famille ou amie, veillez à remplacer dans la mesure du possible le rouleau de PQ que vous venez de terminer avec la réserve. On préférera l’emploi de “papier toilettes” à celui de “PQ”.

Choisissez des prénoms comme Louis, François, Édouard, Philippe, enfin des prénoms de rois ou de grands de ce monde. Donnez entre trois et cinq prénoms à vos enfants, et n’hésitez pas à user du “Marie”, même pour un garçon, pour le placer sous la protection de la Vierge. Les prénoms tels que Nathan, Job, Édith, etc., sont connotés donc déconseillés.

N’hésitez pas à céder votre place lorsque vous vous trouvez dans une queue (supermarché ou autre), notamment en faveur d’un(e) client(e) qui n’achète que deux produits alors que vous disposez d’un caddie plein. N’oubliez pas de le faire avec le sourire. N’hésitez pas non plus, en l’absence de vifs remerciements, à lancer un sonore “De rien !” à l’impoli(e).

Quand vous avez mal entendu, ne dîtes pas “Quoi ?”, ou “Hein ?”, mais “Comment ?”, ou “Pardon ?”, ou mieux encore “Je vous demande pardon ?”. Vous pouvez parfois dire “Vous pouvez répéter la question s’il vous plaît ?” Un hochement léger de la tête, ou un sourcil interrogateur, peut suffire à relancer votre interlocuteur.

Quand vous organisez une réception, assurez-vous que le buffet ne manque pas d’alcool, et qu’il y ait suffisamment de papier toilettes dans la salle de bains, que du savon et des serviettes propres y soient présentes.

À la suite d’une invitation, téléphonez à la personne qui vous a reçu, le lendemain, pour la remercier. Sinon envoyez-lui une petite carte de remerciements. Ou un mail, profitez des technologies modernes. N’hésitez pas à le faire, vous seriez surpris par la rareté de ce geste et votre hôte en éprouvera de la gratitude.

Pour un homme, proscrire le retard vis-à-vis d’une femme. Pour une femme, vingt minutes sont tolérables, mais il faudra qu’elle prie son compagnon de bien vouloir l’excuser. Entre un homme et un homme, l’exactitude est la politesse des rois.

Vous pouvez rire, mais évitez le barrissement, ou le hennissement. Y préférer le sourire. Dans certaines familles, les trop grandes manifestations telles qu’un éclat de rire sont presque malvenues, tant il est de bon ton de tout prendre avec cynisme et second degré.

Toujours offrir des roses en nombre impair.

Ne jamais saucer son assiette. À l’extrême rigueur, vous pouvez prendre délicatement un petit bout de pain, planter votre fourchette dedans et saucer. Ne pas prendre son assiette entre les mains et la lécher directement, seuls les chiens y ont droit.

Si la domesticité s’occupe de vous spécifiquement, lave votre linge ou cire vos chaussures par exemple à l’hôtel, laissez-leur lors de votre départ, dans petite enveloppe, un “pourboire” en liquide.

Ne tendez pas en premier la main à quelqu’un de plus âgé ou de “supérieur”. Attendez qu’il le fasse lui-même. Évitez également de broyer la main de votre interlocuteur, ou de présenter une main molle, ou encore le bout des doigts. La poignée de main se doit d’être ferme et franche.

Les garçons portent des caleçons, et non des slips. Les tricots de corps sont à éviter sauf le Damart par grand froid. Il est malséant (autrement dit, vulgaire) de laisser apparaître un tricot de corps ou un polo dans l’échancrure de son col de chemise ouvert. On prononce “sweatshirt” et non pas “sweet-shirt”.

Ne pas être mauvais joueur, rester calme, ne jamais s’énerver. Ne pas dire “Oh, quelle chance tu as !” lors d’un beau coup même hasardeux de votre partenaire, mais “Bien servi” ou encore “Bien joué”. Dans certains cas extrêmes, en sport ou dans des jeux de société, laissez gagner votre partenaire si vous voyez que cela lui fait vraiment plaisir.

Veillez, en passant le plat, à respecter le protocole des femmes avant les hommes, des personnes les plus importantes dans la hiérarchie. Les femmes d’abord (exception faite d’un membre du clergé), de la plus âgée à la plus jeune (exception faite des enfants qui se servent en dernier), et également de la plus éloignée de ceux qui reçoivent (exemple : la jeune femme de 22 ans, amie du fils de la famille, passera avant la vieille cousine germaine de 40 ans), puis les hommes (même règle croisée de l’âge et de l’éloignement). La hiérarchie vous sera indiquée par le plan de table qui est à respecter, les invités d’honneur étant placés à côté des hôtes, à la droite de la maîtresse de maison pour l’homme invité numéro 1, à sa gauche pour le numéro 2. Idem pour la femme invitée numéro 1, à droite du maître de maison, etc. Plus on s’éloigne des hôtes et plus l’on tombe bas dans la hiérarchie.

Évitez de téléphoner avant 9h, après 21h, ainsi qu’à l’heure présumée des repas. Quand vous appelez quelqu’un, présentez-vous sur le champ, déclinez votre identité, et seulement ensuite demandez à parler à la personne désirée.

Il est recommandé, dans le cas d’un téléphone sans fil, lors d’un appel de l’extérieur, de répondre mais seulement pour dire à l’interlocuteur de bien vouloir rappeler plus tard, ou qu’on le rappelle le soir-même. Si cette conversation téléphonique est absolument nécessaire, passez dans une autre pièce pour ne pas gêner vos invités, et écourtez cette conversation au maximum. Évitez, bien entendu, de parler fort et de faire participer la terre entière à votre conversation, la technologie moderne accomplit des miracles en termes de qualité d’écoute.

Ne pas utiliser le terme “toilettes”, ni “chiottes”, ni “WC”. Préférez des expressions comme “le bout du couloir”, “l’endroit où même les rois se rendent seuls”, les “wawas”, “le petit coin”, “le trône”, ou encore les “cheugueudeugueux”. Pour la braguette, « le petit oiseau va sortir ».

Veillez bien entendu, quand vous êtes un homme, à baisser la lunette et à tirer la chasse d’eau avant votre départ. N’hésitez pas, dans la mesure du possible, à laisser les toilettes aussi sinon plus propres qu’à votre arrivée.

Toujours veiller à ce que les verres de vos voisines de table soient remplis d’eau ou de vin. Lorsque le verre est vide, leur proposer avant de vous servir vous-même (idem pain, sel…)

Quand vous emménagez dans un endroit, il est d’usage d’inviter vos voisins dans les premières semaines, histoire de faire semblant de faire connaissance. Histoire aussi d’identifier les nuisibles et ceux à qui on pourra emprunter un tire-bouchon.

Évitez une conduite brusque, ne vous transformez pas en macho au volant, ne jurez pas, ne klaxonnez pas à tout bout de champ, ne soyez pas impatient.

Ouvrez la porte à votre passagère, offrez-lui votre bras pour l’aider à rentrer ou à sortir de votre carrosse.

Quand vous vous garez, veillez à ne pas coller les voitures devant et derrière, ménagez-leur un peu d’espace pour se dégager. Ne serait-ce que pour éviter des représailles.

Toujours vouvoyer votre interlocuteur quand vous ne le connaissez pas et que vous ne vous êtes pas mutuellement et expressément autorisés le tutoiement. Critère d’âge ?

Quand on vous rend un service ou qu’on vous dépanne, ne pas oublier de faire un cadeau pour remercier la personne de son obligeance.

Toujours présenter à la personne, la plus « importante » en premier. Exemple : (maman) je te présente mon ami (prénom), (prénom) voici (maman). Homme à femme, jeune à vieux…

L’art du baisemain: pour l’homme, il ne s’agit pas seulement de se baisser et de faire semblant d’embrasser la main, il lui faut l’effleurer de ses lèvres. Veiller à ne pas lever la main de la personne que vous embrassez : c’est vous qui vous inclinez jusqu’à elle. Manière pour un homme de saluer une femme, à l’exception des jeunes filles non mariées (sauf si vieilles filles) ou de membres de la famille proche. À pratiquer exclusivement en intérieur, jamais dans les endroits publics, à l’exception de jardins privés, et encore, ou de lieux tels que les courses hippiques de Longchamp et certains endroits exclusivement constitués de membres de la bonne société.

Envoyez vos condoléances aux amis et proches qui perdent un être cher, déplacez-vous à l’enterrement ou à la cérémonie religieuse dans la mesure du possible.

Dans les dîners placés, ne pas essayer de changer de place. L’art du placement à table relève exclusivement de la maîtresse de maison.

Ne jamais tourner le dos à vos voisins, quand vous êtes à table. Tenez-vous droit, ne vous avachissez pas. Vous n’êtes pas un mollusque ou une nouille trop cuite. Ne traînez pas des pieds. Surmontez la pesanteur de votre corps.

Si, par malheur, vous avez des enfants sans être mariés, n’hésitez pas à vous marier plus tard, cela sera mieux que rien.

Quand vous avez des invités chez vous, même pour une nuit, les fournir en serviettes de bain et gant de toilette. Demandez-leur ce qu’ils prennent au petit-déjeuner. Si vous leur donnez une chambre, toquez toujours à la porte, et demandez à vos invités la permission d’y entrer. Respectez strictement l’intimité de vos invités et favorisez leur bien-être.

Avec la relative tombée en désuétude des bretelles, ajustez une ceinture sur vos pantalons.

Ne jamais oublier le credo “merci”, “s’il vous plaît”, “bonjour” en toutes circonstances. Ne pas oublier le “pardon”. Selon l’interlocuteur, préciser “Monsieur, Madame, prénom”. Ne pas hésiter à apprendre ces mots dans la langue de tous les pays que vous visiterez. Ne dites pas « m’sieur, dame ».

Rafraîchissez votre haleine, évitez l’ail pour un rendez-vous galant.

Son voisin de table doit aider la femme à s’asseoir sur sa chaise, en deux mouvements : il se place derrière la chaise de la voisine, la recule pour que celle-ci puisse s’asseoir, puis il la rapproche de la table une fois assise, de manière à ce qu’elle se trouve à la juste distance.

Les hommes s’assoient après les femmes.

Le ou les couteaux se placent à droite de l’assiette, lame vers l’assiette, la ou les fourchettes à gauche, dos bombé vers l’extérieur. Le verre d’eau se place à gauche du verre à vin.

Ne pas mener sa tête à la nourriture, mais lever son coude et approcher la fourchette ou la cuiller de votre bouche. Vous risquez certes d’en renverser le contenu ce faisant, cela vous oblige à prendre de plus petites portions. La tête et le dos doivent rester droits.

Partagez votre conversation de manière égale entre votre voisine de droite et celle de gauche. Quand vous parlez à l’une d’entre elles, tournez uniquement la tête dans sa direction et non les épaules, pour ne pas tourner le dos à votre autre voisine. Évitez de vociférer à travers la table si celle-ci est trop grande.

Ne jamais commencer à manger (ne pas même mettre la main sur ses couverts) avant que tout le monde ne soit servi et qu’à la suite de la maîtresse de maison. Si elle est distraite demandez négligemment la permission d’attaquer votre assiette avant qu’elle ne refroidisse.

Laissez toujours la banquette à la femme, ou le siège le plus confortable. Laissez-lui également le siège qui dispose de la meilleure vue.

Apprenez à ne pas parler de votre travail sauf si on vous pose des questions dessus, à considérer votre travail comme un mal nécessaire qu’il n’est nul besoin d’évoquer dans la sphère privée. Réservez vos éventuelles sollicitations professionnelles à des moments précis, en tête-à-tête et quand vous êtes certain de ne pas déranger votre interlocuteur.

Un verre se tient par au-dessous (mais pas par le pied). Ne pas le prendre à pleines mains mais délicatement. Une tasse se tient par son anse.

Ne jamais négliger les vœux, c’est un exercice obligatoire ou presque, tout comme de répondre par vos propres vœux à ceux qui vous en envoient.

Respectez les autres, ne faites pas toujours comme « chez vous ». Soyez alpha mais pas un gros malappris. Faites un bon usage de votre savoir… respectez la loi, n’harcelez pas, etc.

N’oubliez pas que les personnes qui ont de bonnes manières ne vous diront jamais ce qui se dit, se fait, ne se dit ou ne se fait pas : ce ne serait pas convenable, justement. Mais faites-leur confiance pour le remarquer et le dire à d’autres.

Cyprineman

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre de droite. Avec ça, vous saurez tout sur le Game (le jeu de la séduction et de la drague) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*