Le street-fucking : mode d’emploi

Le street-fucking : mode d'emploi

Introduction

Ce dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est un exercice que je pratique depuis ma tendre enfance : le street fucking. Même si, enfant, c’était surtout du street kissing. Cette activité ancestrale a longtemps été réalisée par les anciens.

Comme la pêche à la mouche rassemblerait de vieux croûtons un dimanche de printemps, notre passion partagée pour la concrétisation d’un acte bestial sur la chaussée d’une rue piétonne vers 3h du matin nous réunis aujourd’hui autour de cet article.

 

Un peu d’histoire…

L’homme de Cro-Magnon n’était pas du genre à s’emmerder avec des soucis de logistique, le bougre baisait là où il pouvait. En ces temps si dangereux pour l’Homme, il fallait bien faire jaillir la sacro-sainte purée avant d’être dévoré par un tigre à dents de sabre ou je ne sais quelle saloperie de bestiole, histoire de perpétuer l’espèce humaine !

Nos ancêtres s’adonnaient donc régulièrement à des sessions de street fucking, ou l’art de levretter une coquine discrètement derrière un rocher. Aujourd’hui, les sociétés ont urbanisé les territoires, le terrain a changé mais le sport reste le même. Une bonne session en hiver, ça ravive la circulation sanguine et ça booste le cœur à coup de pics d’adrénaline.

 

Conseils

Ma formation de base est très street mais je me suis diversifié sur les terrains aquatiques et les moquettes de luxe. En tant que pratiquant chevronné, je vais vous prodiguer quelques conseils que je ne tiens pas de ma grand-mère :

– Si possible, ayez toujours un tapis sur vous pour allonger votre femelle sans qu’elle ne se déglingue le dos sur des herbes piquantes, ou soyez gentleman et posez votre t-shirt à même le sol afin de la protéger.

– Ayez également toujours sur vous une paire de protection pour les genoux, style Hockey. Vous protégerez ainsi votre intégrité physique, car les coups de hanches en position quatre pattes sur du goudron, ça nique la peau.

– Je vous recommande également une lampe torche, le street fucking se pratiquant surtout de nuit, il vous arrivera fréquemment d’égarer votre portefeuille. La lampe torche pouvant aussi servir de gode ou de matraque en cas d’agression par des petites vieilles.

– Des capotes phosphorescentes pour faire un combat de chevalier Jedi si vous pratiquez, en trinôme, avec un partenaire.

Les quatre questions que je pose prioritairement à une femme pour savoir si elle mérite de monter dans l’escabeau de mon estime sont donc :
– Aime-t-elle baiser dehors ?
– La belle s’arrêterait-elle en cas de flagrant délit ?
– Morbleu, est-ce que sa position préférée c’est la levrette ?
– Et la fessée, elle en pense quoi de la fessée, bon sang ?!

 

Conclusion

Aussi sûr que Luke devait affronter son père, que la Force guide inévitablement nos queues vers les chattes lubriques, notre destin est de pratiquer la baise sur béton. Je crois que tout est dit. Personnellement, j’ai toujours mon kit de street fucker dans une mallette, que j’amène partout avec moi. Blague.

Sortez le cœur plein d’espoir, la mallette au bras et le regard déterminé !

Comment coucher avec une fille en 7 jours ?

Recevez gratuitement ce guide de séduction : dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous envoyer votre formation offerte !

Adresse e-mail non valide
Je respecte votre vie privée, votre adresse e-mail ne sera jamais partagée ni vendue. Pas de spam !

1 commentaire pour “Le street-fucking : mode d’emploi”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *