Skip to main content

Les bases de la lecture du langage corporel

Les bases de la lecture du langage corporel Synergologie

Les humains bougent leur corps quand ils communiquent parce que, comme l’ont montré les recherches, ça “facilite la compréhension quand la communication est difficile.” L’étude du langage du corps est appelée synergologie.

Le langage du corps révèle énormément de choses sur la personne qui communique. Par exemple, la gestuelle permet de souligner un point, une posture peut révéler de l’ennui ou un grand intérêt, et le toucher communiquer de l’encouragement ou un avertissement. La gestuelle inconsciente humaine comme se frotter l’œil, se toucher les lèvres, se gratter le nez, la tête ou l’oreille, croiser les doigts, etc.  peut révéler d’incroyables informations selon les contextes. Par exemple, au poker, on appelle ça des “tells” parce que ça permet aux joueurs de deviner le jeu de leur adversaire. En séduction, l’intérêt peut être révélé par des posture ou des regards, comme se tenir débout et écouter religieusement. Cependant, certaines personnes ont un langage corporel atypique. Interpréter leur gestuelle ou leurs expressions faciales (ou leur absence de communication) comme un body language normal peut mener à des mauvaises interprétations et des malentendus (en particulier si le body language a la priorité sur le langage parlé). Il a aussi été prouvé que des personnes de cultures différentes interprètent un même langage corporel différemment. L’interprétation du body language ne doit donc pas être basée juste sur une posture. Pease suggère qu’elle soit basée sur trois règles :
– Lire les gestes dans leur ensemble ;
– Rechercher de la congruence ;
– Interpréter les postures selon le contexte.

Les bras

Les bras peuvent indiquer qu’on est sur la défensive, ouvert, dominant, etc.

Un des signaux les plus basiques et les plus puissants du body language c’est quand une personne croise ses bras devant sa poitrine. Ca peut indiquer qu’elle élève une barrière entre elle et les autres. Cependant, ça peut aussi indiquer qu’elle a froid, ce qui peut être confirmé par des frissons. Dans une situation totalement amicale, ça peut aussi illustrer le fait que la personne pense profondément à ce qu’elle dit, mais dans un contexte plus sérieux ou de confrontation, ça révèle une volonté d’opposition. En particulier si la personne s’éloigne de celui qui parle. Une expression du visage neutre ou dure indique souvent une franche hostilité.

Les bras croisés sont en général des barrières. On les retrouve souvent dans des situations d’ennui ou de menace. Si une personne a froid, elle peut inconsciemment choisir de croiser les bras, ce qui peut facilement brouiller les signaux. Il faut donc savoir quoi regarder.

S’attraper le haut des bras peut être perçu comme un signe d’insécurité. On embrasse son propre corps de la sorte quand on essaie de se rassurer lors d’une situation de malaise.

Quand les bras sont positionnés derrière le corps, ça véhicule souvent de l’autorité et de la confiance. On retrouve souvent ces cas chez les professeurs, les policiers ou chez les officiers de l’armée.

Il y a beaucoup de signaux liés aux bras qui sont dus à la nervosité et utilisés pour ériger une barrière physique et inconsciente contre un stimulus agressif ou dérangeant. On trouve par exemple (liste non-exhaustive) :
– Un sac (à main) placé devant le corps.
– Des papiers tenus près de la poitrine.
– Ajuster ses manches, ses bracelets, sa cravate, etc.
– Les bras ou les mains qui protègent le bas ventre, et ainsi de suite.

Les yeux

Un contact visuel soutenu peut montrer que celui qui écoute est concentré sur ce que celui qui parle dit. Ca peut aussi démontrer que celui qui écoute ne croit pas suffisamment ce qui est dit, il vous fixe car il est suspicieux. Peu de contact visuel, ça peut aussi être négatif. D’un autre côté, les individus qui ont des problèmes d’anxiété sont souvent incapables de soutenir un contact visuel, même quand ils sont à l’aise. Le contact visuel peut aussi être un geste secondaire et trompeur parce que les normes culturelles varient énormément. Si une personne vous regarde, mais croise ses bras devant sa poitrine, ce contact visuel peut montrer que quelque chose la dérange et qu’elle souhaite en parler. Ou si en faisant un contact visuel direct, elle joue avec quelque chose, même si elle vous regarde dans les yeux, ça peut montrer que son attention est ailleurs.

En parlant à quelqu’un, le contact visuel direct peut être une indication d’honnêteté envers cette personne, bien que des menteurs entraînés puissent facilement reproduire cette attitude. Quand vous écoutez quelqu’un, que vous vous ouvrez et soutenez le contact visuel ça signifie généralement que vous ressentez de l’intérêt, de l’attention et une sorte d’attirance pour cette personne.

Le centre noir de l’œil d’une personne devient plus grand pour laisser entrer la lumière et plus petit pour en faire entrer moins. Quand il fait noir les pupilles ont tendance à se dilater. Une autre raison pour laquelle des pupilles peuvent se dilater c’est la vue de quelque chose d’intéressant ! La dilatation de la pupille indique donc de l’attirance, de l’intérêt et une forme d’invitation. En général, de l’intérêt pour quelqu’un ou quelque chose que vous regardez. L’exception c’est quand la dilatation des pupilles est couplée avec un haussement de sourcils. Les femmes ont tendance à dilater naturellement leurs pupilles pour être plus attirantes.

Les frottements des yeux peuvent être associés à de l’incrédulité (comme si vous vérifiiez votre vision) à de la tristesse (des larmes) ou à de la fatigue. En général, si c’est couplé avec des battements de cils limités, ça veut dire que la personne est fatiguée ou s’ennuie.

Quand un personne bat beaucoup des cils ça ne veut pas forcément dire qu’elle ment mais en tout cas qu’elle est excitée. Si le battement des cils est rare, ça peut montrer de l’ennui si la personne n’est pas concentrée, ou une grande attention si elle l’est.

Enfin, quand le regard part vers le haut, c’est en général signe de frustration ou de contrariété.

Jambes et pieds

Le fait que les femmes s’assoient différemment des hommes doit être pris en compte : les hommes ont tendance à écarter les jambes, pas les femmes. Donc quand une femme s’assoit jambes ouvertes, ça a une signification différente de quand un homme le fait. Les signaux des jambes vont en général de pair avec les signaux des bras.

Quand une personne est assise, son pied part souvent dans la direction de son centre d’intérêt. Quand une conversation ou une personne ne l’intéresse pas, son pied va, la plupart du temps,  pointer dans une autre direction. Quand les jambes sont croisées, c’est le genou supérieur qui indique si la personne est intéressée ou pas.

Quand les jambes ne sont pas croisées, c’est une position d’ouverture, que ce soit un homme ou une femme qui adopte cette posture.

Les jambes collées montrent le souhait de paraître bien sous tout rapport chez les femmes, c’est rare chez les hommes. Ca peut être lié à l’éducation de la femme.

Les jambes ouvertes peuvent être signe d’arrogance, de sexualité ou de combativité. On l’observe rarement chez les femmes, encore moins si elles sont en jupe. Ca peut véhiculer de la combativité car fait apparaître la personne plus imposante qu’elle l’est vraiment. Les signaux de confiance sont renforcés quand les bras sont ouverts et écartés.

On considère les chevilles croisées comme un signal négatif qui peut montrer qu’on est sur la défensive… tant chez les hommes que chez les femmes.

Selon ce qui se passe, les jambes entrelacées peuvent communiquer un inconfort ou de la sexualité. C’est une posture de femme en général. C’est considéré comme une posture sexuelle car ça a tendance à souligner le muscle et le galbe de la jambe. Ceci devrait être évalué en tenant compte d’autres signaux (principe de congruence).

Des jambes croisées en position debout peuvent révéler de l’insécurité, de la soumission ou de l’engagement. Evidemment, quand les jambes ET les bras sont croisés, ça véhicule en général plus de malaise que lorsque SEULEMENT les jambes sont croisées mais les bras ouverts.

Incrédulité et ennui

L’incrédulité est souvent accompagné d’un détournement de regard, du fait de se toucher l’oreille ou de se gratter le menton. Quand une personne n’est pas convaincue par ce que l’autre dit, l’attention se perd quelques instants et les yeux regardent ailleurs.

L’ennui est révélé par l’inclinaison de la tête, ou par des yeux dirigés vers celui qui parle mais avec le “regard vide”. Cette inclinaison de tête peut aussi indiquer un cou endolori, le fait que l’on a confiance en la personne, ou qu’on se sent en sécurité (une partie du cou devient exposée, donc vulnérable). Il est pratiquement impossible d’incliner notre tête devant quelqu’un en qui nous n’avons pas confiance ou dont nous avons peur. Un regard dans le vide peut indiquer que celui qui écoute a des problèmes oculaires.

Le mirroring

La lecture du langage corporel est une technique répandue. Le langage corporel peut révéler aux autres les sentiments de quelqu’un, ce qui fonctionne dans les deux sens. Les gens qui vous montrent leur langage corporel en disent aussi long que vous en dites. Refléter le body language de quelqu’un indique qu’on le comprend (et les gens aiment ce qui leur ressemble). Refléter le body language de ses interlocuteurs pour les mettre à l’aise est une technique très répandue chez les journalistes. Il est important de remarquer que des révélateurs d’émotions (comme sourire/rire quand on est heureux, froncer les sourcils/pleurer quand on n’est pas bien) sont universels. Dans les années 90, Paul Ekman a étendu sa liste des émotions basiques, incluant beaucoup d’autres émotions positives et négatives, qui ne sont pas toutes liées aux muscles faciaux :
– L’amusement ;
– Le mépris ;
– Le contentement ;
– L’embarras ;
– L’excitation ;
– La culpabilité ;
– La fierté dans l’accomplissement ;
– Le soulagement ;
– La satisfaction ;
– La sensation de plaisir ;
– La honte.

Le mirroring, c’est le fait de copier le langage corporel d’une autre personne dans une situation sociale. Ca comprend le mime de la gestuelle, des mouvements, du body language, des muscles contractés, des expressions, des tons de voix, des mouvements oculaires, de la respiration, de la vitesse de parole, de l’accent, de l’attitude, du choix des mots et des métaphores, et de bien d’autres aspects de la communication encore. On l’observe souvent chez les couples ou entre amis proches, qui le font naturellement.

Le mirroring n’est pas rare dans les conversations. Celui qui écoute vibre en général “en phase” avec celui qui parle. Si la personne part dans des métaphores sur le sport, celui qui écoute répondra dans le même registre. Puisque les gens aiment le reflet de leur propre image, refléter le langage corporel de quelqu’un qui parle permet de le mettre à l’aise et l’aide à s’ouvrir.

Le mirroring direct apparaît souvent dans les conversations en face à face. Les amants le font beaucoup, les gens qui se connaissent bien ou qui sont très intéressés l’un par l’autre et les concurrents dans un concours aussi.

Le mirroring inversé c’est quand le côté gauche d’une personne reflète le côté droit de l’autre. Cela montre que les deux personnes ont de la complicité et de l’affinité (sociologie) ou indique de l’empathie. Dans tous les cas, le fait de vous synchroniser avec quelqu’un d’autre vous permettra de booster la conversation.

L’ironie peut être reflétée pour augmenter la complicité. Si une personne dit “bon” mais regarde par terre et n’a pas l’air satisfaite, une bonne synchronisation serait de répondre “très bien, très bien” sur le même ton.

On peut également refléter le mouvement d’une personne en réagissant par un autre mouvement, un autre type d’action, un autre son (mais qui s’apparente au mouvement de l’autre). Par exemple : elle croise les bras, vous croisez les jambes.

Le mirroring (phénomène qui se produit naturellement en séduction… mais qu’on peut provoquer) est une technique très utilisée en Programmation Neurolinguistique.

Extrait de : Comment sublimer votre langage corporel (25€)

---

Fab

Écrivain scandaleux, prof de Game et expert en relations hommes/femmes. "Coach en séduction", ça n'existe pas. Ou alors, montrez-moi un diplôme. Je ne vends pas de méthode spécifique, parce que ça reviendrait à fermer les autres portes : je m'intéresse à tout ce qui fonctionne. J'aime faire des essais, des expériences et y aller au culot. J'adore également mettre les pieds dans le plat. Ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que vous voulez entendre : je préfère dire les choses comme elles sont (selon mon expérience) mais je dois vous prévenir que, parfois, la vérité dérange. En d'autres mots : je ne fais pas dans le politiquement correct pour vous prendre pour des cons et vous prendre aussi vos sous par la même occasion. J'espère que vous apprécierez ! Mes valeurs sont : l'honnêteté, le respect et la sincérité. Mon but est de prendre mon pied sans me prendre la tête. Mes produits se veulent complets, exhaustifs et efficaces tout de suite. Si vous voulez améliorer votre compréhension et vos relations avec le sexe opposé, je vous propose une gamme de produits payants variés complémentaires des nombreux produits gratuits : si vous êtes intéressé(e), rendez-vous dans la rubrique "mes travaux" dans la barre gauche . Avec ça, vous saurez tout sur le Game !

Une réponse à “Les bases de la lecture du langage corporel

  1. Excellent décryptage de notre langage corporel pour comprendre ce qu’expriment nos attitudes (et pour mieux en jouer).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*